2 avril 2021

France Supply Chain au féminin

Dans le cadre de la journée de la femme, SprintProject a rencontré Valérie MACREZ, Directeur Général de France Supply Chain, pour évoquer le travail que l’association initie sur l’attractivité de la Supply Chain auprès des nouvelles générations et plus particulièrement chez les jeunes femmes.

Selon vous, quel serait le premier facteur d’attractivité de la filière Supply Chain chez les jeunes ?

D’une manière générale, la filière Supply Chain gagne à être mieux connue des jeunes générations. Notre premier objectif est de faire comprendre aux jeunes générations les enjeux de toute notre filière et la richesse de l’ensemble de ses métiers. Au-delà des aspects de la logistique physique (entreposage, préparations de commandes et transport) la Supply Chain intègre l’ensemble du pilotage des flux, tels que les prévisions et la planification.

C’est d’ailleurs pour rassembler l’ensemble de ces activités, et non les opposer, que l’ASLOG (Association française de la Supply Chain et de la Logistique) est devenue l’été dernier l’Association française de la Supply Chain, France Supply Chain. L’un des objectifs de notre LAB RH est précisément de favoriser l’attractivité de nos métiers auprès des jeunes générations avec des actions de valorisation de la filière auprès des étudiants, et plus spécifiquement des étudiantes pour qui les formations et les carrières en Supply Chain semblent encore moins attrayantes.

Quel regard portez-vous sur la place des femmes dans la filière Supply Chain et l’enjeu de rendre les métiers attractifs pour la nouvelle génération de professionnelles ?

Pour France Supply Chain, la féminisation est aussi un enjeu important parmi nos actions de valorisation. En effet nous sommes convaincus que la diversité est une richesse à cultiver pour développer des Supply Chain performantes dans nos entreprises. La féminisation est une des dimensions de cette diversité

Les Femmes membres de France Supply Chain : 27% des contacts professionnels sont des femmes, 21% des étudiants sont des jeunes femmes.

France Supply Chain souhaite véhiculer une image plus représentative des métiers et montrer à la nouvelle génération que ce secteur offre des opportunités professionnelles qui permettent aussi de donner du sens et ce, dans tous les secteurs d’activité. A ce titre, les femmes du Conseil d’administration de France Supply Chain en sont le parfait exemple par la diversité de leurs parcours et leurs métiers.

Quel message souhaitez-vous véhiculer à la nouvelle génération ?

Nous avons pour ambition d’aider les nouvelles générations dans leur processus de formation. Plus encore aujourd’hui qu’hier, nous sommes conscients qu’elles ont besoin d’être guidées, et soutenues dans les choix qui déterminent leur avenir. France Supply Chain se donne la responsabilité de les aider à découvrir pour certains et certaines leur future vocation au-delà des clichés.

La situation actuelle nous prouve depuis plusieurs mois que la Supply Chain est désormais identifiée comme l’un des secteurs clés de notre société et qu’elle est un véritable levier de transformation pour les entreprises. La tendance laisse d’ailleurs à penser que les dirigeants de demain seront issus de parcours en Supply Chain ou avoir des connaissances solides dans le domaine. C’est aussi un moyen pour les jeunes de se projeter sur des postes à responsabilité.

Mais le plus grand défi reste de convaincre ceux et celles qui ne connaissent pas encore la Supply Chain ni l’étendue des opportunités qu’elle offre. C’est sur cette problématique que nous travaillons actuellement. Il est de la responsabilité de chaque professionnel du secteur d’encourager les femmes à s’y intéresser.

Pour les étudiants et étudiantes qui ont déjà trouvé leur voie et sont intégrés à des formations spécialisées membres de notre écosystème, ils deviennent via les écoles adhérentes membres de l’association France Supply Chain. Cela leur permet d’être en lien avec l’univers professionnel et de se créer un réseau avant leur entrée sur le marché de l’emploi. Ils ont également accès à des contenus pour améliorer leurs connaissances sur le secteur et les métiers. Enfin, depuis septembre 2020, nous mettons également à leur disposition un « Guide des Formations Supérieures en France » spécialisée dans la Supply Chain afin d’encourager ceux qui souhaitent continuer leurs études.


Dans le cadre de la journée de la femme, SprintProject a rencontré Marie-Laure FURGALA, Directrice ISLI, KEDGE – Membre du Conseil d’Administration, France Supply Chain, pour évoquer le travail que l’association initie sur l’attractivité de la Supply Chain auprès des nouvelles générations et plus particulièrement chez les jeunes femmes.

Quelle vision avez-vous des femmes dans la Supply Chain ?

La Supply Chain est une fonction assez jeune où les nouveaux talents formés se féminisent. J’ai pu mesurer l’évolution depuis ma diplomation de l’ISLI en 1996, où nous étions 6 femmes sur 46 étudiants et les effectifs féminins actuellement formés à KEDGE qui représentent 40% des promotions ISLI.

Malheureusement les postes clés occupés par les femmes restent encore sous représentés et la Supply Chain ne fait pas exception. À l’écoute, dans l’anticipation et l’action, elles disposent pourtant des soft skills indispensables pour réussir dans ce métier. Investies et exigeantes avec elles-mêmes, les femmes sont des moteurs et constituent de fabuleux atouts pour les entreprises.

En tant que professionnelle de la Supply Chain et aujourd’hui en tant que Directrice de l’ISLI, je souhaite démontrer aux étudiantes qui se lancent dans ce métier, qu’il s’agit d’un métier passionnant, en plein essor, porteur de nombreux challenges et où les seules limites sont celles que l’on se fixe.

Quelle vision avez-vous de votre métier en tant que femme ?

L’image de la Supply Chain reste encore trop cantonnée à une vision ancienne, technique et industrielle du métier, alors que la Supply Chain est justement un des secteurs évolutifs par excellence.

En tant que Supply Chain Manager, nous sommes amenés à côtoyer les fournisseurs, les sous-traitants, les clients… et collaborer avec différentes fonctions : achats, marketing, commerciales, RH… On peut travailler dans le transport, la production, l’ingénierie… Changer de poste ou changer de secteur d’activité, évoluer avec les nouvelles technologies, la digitalisation. Nous avons finalement un vrai impact sur les enjeux de l’entreprise actuels et futurs. C’est un métier transverse en pleine mutation qui sort de l’ombre et se révèle comme un des leviers importants du changement.

Mon ambition est de promouvoir une Supply Chain transverse et responsable. Et selon moi, l’innovation doit être le moteur de cette Green Supply Chain. Mon souhait est de voir les étudiants et étudiantes ISLI d’aujourd’hui relever le défi de bâtir la Supply Chain durable de demain.


Dans le cadre de la journée de la femme, SprintProject a rencontré Latifa GAHBICHE, Country General Manager France & Maroc CHEP – Membre du Conseil d’Administration, France Supply Chain, pour évoquer le travail que l’association initie sur l’attractivité de la Supply Chain auprès des nouvelles générations et plus particulièrement chez les jeunes femmes.

Quelle vision avez-vous des femmes dans la Supply Chain ?

Que ce soit dans la Supply Chain ou dans n’importe quel autre secteur historiquement assimilé à un univers dit « masculin », c’est surtout quand on regarde vers les postes à responsabilités que les femmes se raréfient. Pour contrer cela en entreprise, une volonté sans faille et des mesures d’accompagnement sont absolument nécessaires.

En bref, il s’agit de faire de cet état de fait non seulement un sujet de débat mais surtout celui de la mise en œuvre d’un plan d’actions concrètes et mesurables (coaching et mentorat par exemple).

Les choses ne changeront que parce que les entreprises se constituent un « vivier » de talents à la fois diversifiés et performants.

Chez CHEP, la part de responsabilité de l’entreprise pour voir évoluer la part des femmes aux postes de direction est prise très au sérieux. J’en suis la preuve vivante et, bien sûr, je ne suis pas la seule. Preuve de cet engagement, chez Brambles, la société mère de CHEP, 30% des postes de direction sont occupés par des femmes. Ce pourcentage sera passé à 40% d’ici 2025. C’est l’un de ses engagements RSE.

Par ailleurs, CHEP est devenu membre actif du LEAD (Leading Executives Advancing Diversity) network européen et, depuis l’automne 2019, au niveau national afin de réfléchir et d’agir pour augmenter le nombre de femmes assumant des fonctions de leadership dans les secteurs de la grande distribution et de l’industrie des biens de consommation à travers l’éducation, le leadership et le management.

Quelle vision avez-vous de votre métier en tant que femme ?

J’ai bien conscience de faire figure de pionnière dans le secteur. En cela, j’espère montrer la voie, inspirer des carrières et des ambitions féminines. Je voudrais donner envie aux femmes d’ouvrir leurs perspectives pour rejoindre n’importe quel secteur, de ne surtout rien s’interdire, de lutter contre l’auto-censure.

Quant à ma vision du métier stricto sensu, je ne crois pas qu’elle diffère de celle d’un homme tout simplement parce que, quand je travaille, je ne réfère pas à mon genre mais bien à ma seule fonction.


Dans le cadre de la journée de la femme, SprintProject a rencontré Anne BORDE, Supply Chain Director, Louis Vuitton – Membre France Supply Chain, pour évoquer le travail que l’association initie sur l’attractivité de la Supply Chain auprès des nouvelles générations et plus particulièrement chez les jeunes femmes.

Quelle vision avez-vous des femmes dans la Supply Chain ?

Dans mon univers professionnel du luxe, je côtoie beaucoup de femme qui font de la supply chain, que ce soit en production, en logistique ou dans les métiers de prévision de vente et gestion du stock. J’ai également observé avec ma génération, la prise de responsabilité forte au sein de l’entreprise sur ces métiers. Il faut encore poursuivre pour atteindre la parfaite mixité, mais c’est sur une très bonne voie ! En revanche, ce n’est pas encore le cas sur d’autres domaines d’activités, où les femmes sont sous représentées.

Mesdames, il y a des places à prendre !

Quelle vision avez-vous de votre métier en tant que femme ?

C’est un des métiers les plus passionnants dans une entreprise : stratégique, transverse, innovant, au contact du produit, au service du client, et dans les opérations !

Derrière ce mot « Supply Chain », la diversité des métiers est grande et en perpétuelle évolution.

Moi-même, j’ai fait plusieurs métiers de Supply Chain au fur et à mesure de ma carrière : d’abord en atelier pour planifier la production en fonction du besoin client. Puis au siège dans des rôles plus centraux de planification globale de production ou de prévision de vente ou de distribution/gestion de stock. Ce sont des métiers riches en contact avec la production, les achats, le développement produit, nos fournisseurs, la logistique, le retail, le marketing, le merchandising, la finance etc.

La crise du covid a montré à quel point les métiers de la Supply Chain étaient importants pour faire face à l’imprévisible. Cela a mis en avant des fonctions parfois méconnues, porteuses de forte valeur ajoutée, en avance en termes d’innovation et d’utilisation de la data.

Je n’ai jamais considéré que le fait que je sois une femme différencie la vision de mon métier vs un homme. Je raisonne en compétence, en soft skills.

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact