Pour accéder au replay, vous devez vous connecter à votre espace membre France Supply Chain.
2 avril 2021

Welcome to Africa

France Supply Chain déploie son réseau à l’international

Parce que sa mission ne s’arrête pas aux frontières de son territoire et que son secteur s’étend depuis de nombreuses années, France Supply Chain s’ouvre tout naturellement à l’international. Fort de membres passionnés et impliqués, l’association lance France Supply Chain International avec l’ambition de construire un réseau mondial.

Soucieuse de permettre à ses membres de mieux appréhender des enjeux mondiaux de plus en plus prégnants, France Supply Chain donne naissance à sa division « International ». En constituant un réseau composé de professionnels capables d’identifier les grandes tendances du secteur, de les diffuser et de partager les initiatives dans chacun des pays adressés, elle entend ainsi accompagner les entreprises désireuses de se développer durablement à l’étranger.

« Nous comptons parmi nos membres de grands groupes ayant l’international dans leur ADN. Nous souhaitons leur apporter une vision globale pour alimenter leurs réflexions en termes de culture, d’innovation et de développement mais également bénéficier de la richesse de leurs connaissances en local pour créer un réseau mondial d’acteurs de la supply chain. Pour ce faire, nous avons imaginé une gouvernance décentralisée et la création de chapters par pays, se nourrissant des savoirs des uns et des autres », détaille Jean-Michel Guarnieri, ex-président de l’Aslog et président de France Supply Chain International.

Les forces locales au service d’un réseau mondial

Pour structurer au mieux ce vaste projet international, France Supply Chain s’appuie sur un COPIL central composé de directeurs supply chain de grands groupes et de prestataires logistiques internationaux. Leurs missions ? Identifier les pays éligibles à la création des chapters, coordonner leurs actions tout en favorisant les échanges. Le développement d’une trentaine de chapters sur 24 mois a donc été échelonné par zones géographiques : Amériques et Afrique en 2020, Proche et Moyen-Orient, Europe de l’Est et Asie-Océanie en 2021 et enfin, Europe occidentale en 2022. Localement, un COPIL par chapter sera chargé d’identifier et de fédérer des entreprises locales membres ou non membres de l’association et d’animer les échanges. « Au niveau central, nous leur apportons de la matière via nos labs et l’ensemble de nos travaux mais c’est ensuite à eux de décider d’un programme annuel, d’ouvrir les adhésions et d’adresser des sujets en adéquation avec les problématiques locales », souligne Jean-Michel Guarneri.

Une organisation concrète au Maroc où est né le chapter Maroc Supply Chain, mené par un COPIL composé d’experts locaux. Dans ce pays positionné comme un hub régional, la supply chain est portée par des infrastructures en expansion, une économie dynamique, la présence d’opérateurs intégrés de classe mondiale et une volonté de digitalisation grandissante : « Le secteur logistique au Maroc représente 6% du PIB et emploie environ 500000 personnes. Plus de 8000 personnes y sont formées chaque année », signale Hicham Alami, directeur associé au sein du cabinet GCL. C’est dans ce contexte porteur que s’inscrit la création de Maroc Supply Chain. Quatre grandes thématiques seront abordées par le chapter en 2021 : les ressources humaines, la supply chain des PME PMI, la digitalisation ainsi que la place du Maroc dans les supply chains internationales.


L’Afrique, un « marché prioritaire »

D’autres chapters sont également en cours de constitution dans la zone Afrique : au Kenya, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud. Pour Yves Biyah, associé chez Africa Search Capital, le continent doit être considéré comme un « marché prioritaire » du fait de la dynamique de sa population, de son niveau de croissance économique, de sa capacité d’adoption de nouvelles technologies et de son caractère de plus en plus pacifique.

« L’Afrique compte 1,2 milliard d’habitants. Ce chiffre devrait être multiplié par deux dans les 30 années à venir. En une génération, nous allons donc assister au doublement des besoins en biens de consommation, en routes, en ports, en logement…. Ce choc de la demande va irriguer tous les secteurs d’activités comme nulle part ailleurs », analyse-t-il.

Et malgré un manque de connectivité intra régionale et la nécessité d’investissements en la matière, ce dynamisme devrait également être porté par l’entrée en vigueur au 1er janvier 2021 de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Comme le souligne Sébastien Beuque, deputy CEO Africa Sales & Development chez Bolloré Transport & Logistics, « les échanges interafricains ne représentent que 10 % du commerce de la zone africaine. À titre de comparaison, en Europe, le business intra-européen s’élève à 70 %. Le continent dispose donc d’un potentiel extraordinaire ».

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact