Auteur/autrice : webm@ster

Cinq membres de l’association font leur entrée au sein du conseil d’administration présidé par Yann de Feraudy

Au regard du développement important de France Supply Chain, qui fédère d’ores et déjà 450 entreprises de toutes tailles (grands groupes, ETI, PME) et de tous secteurs d’activité, cinq nouveaux membres font leur entrée au sein du Conseil d’Administration de l’Association.

Vincent LAMARCHE
VP Logistic Strategy & E2E network design – SCHNEIDER ELECTRIC

Charles LEONARDI
Directeur Général Supply Chain – NESTLE

Éric LE MIGNON
Directeur Général Supply Chain – INTERMARCHE

Jean-Christophe MACHET
Président – FM LOGISTIC

Didier SCELLIER
Directeur Général France – PTV GROUP

Ils rejoignent les 41 membres du Conseil d’Administration et renforcent les 2 collèges qui le composent :

  • le collège 1 fédérant les entreprises industrielles, entreprise de négoce et distribution, prestataires logistiques et structures de santé ;
  • le collège 2 représentant : prestataires de service, associations, fédérations, organismes de recherche et formation et Individuels.

Ces 5 nominations s’inscrivent dans la dynamique de France Supply Chain qui accompagne les entreprises à se transformer, et s’appuie sur la force de son réseau et la puissance de l’intelligence collective avec pour ambition commune : la Supply Chain pour changer le monde.


Collège 1 Chargeurs

  • Vincent BARALE, Vice-président Supply Chain – LOUIS VUITTON
  • Laurent CHARDON, VP Sales & Operations Planning – RENAULT TRUCKS FRANCE
  • Yann DE FERAUDY, Directeur General Adjoint Operations & IT – GROUPE ROCHER OPERATIONS
  • Xavier DERYCKE, VP Supply-Chain Transformation Europe – REXEL DEVELOPPEMENT SAS
  • Didier GRANGER, Président – OEMSERVICES
  • Jean-Michel GUARNERI, Directeur Général – RPI
  • Pierre-Martin HUET, Vice-président Global Supply Chain – MICHELIN
  • Benoit HUVERT, Group Supply Chain Director – ORANGE
  • Eric JAVELLAUD, VP Global Supply Chain & Rx Strategy, IT Group, Simplifeye – ESSILOR INTERNATIONAL
  • Vincent LAMARCHE, VP Logistic Strategy & E2E network design – SCHNEIDER ELECTRIC
  • Eric LE MIGNON, Directeur Général Supply Chain – INTERMARCHE
  • François-Régis LE TOURNEAU, Supply Chain Standards & Prospective Director – L’OREAL CORPORATE
  • Charles LEONARDI, Directeur Général Supply Chain – NESTLE France
  • François MARTIN-FESTA, VP Marketing Offer Data – Digital Customer Experience – SCHNEIDER ELECTRIC
  • Diego MOMBELLI, Directeur Supply Chain et Logistique – ASMODEE
  • Bertrand NEYRET, Global WC Supply Chain et Manufacturing – SAINT GOBAIN
  • François PEIGNES, Vice-président Supply Chain Operations – ORANO
  • Marc RAFFO, Directeur Digital, Systèmes d’Information et Transformation- GROUPE AVRIL
  • Aime-Frederic ROSENZWEIG, Supply Chain Expert Leader – RENAULT
  • Stéphanie ROTT, Supply Chain and Manufacturing Group Director – LVMH
  • Annie SAILLARD, Rolling Stock & Component Vice President – Americas – ALSTOM
  • Yves SIMON DE KERGUNIC, Directeur Supply Chain – COURIR
  • Jean-Marc VIALLATTE, VP global Supply Chain – ARKEMA

Collège 1 Prestataires logistique

  • Alexandre BERGER, Directeur Unité d’Affaires Solutions Logistiques et Transport de Proximité – LA POSTE
  • Emmanuel BONNET, Vice-président Vertical Market FMCG – GEODIS
  • Philippe DE CRECY, VP Air freight Europe / HMO Air freight Europe – BOLLORE
  • Jean-Christophe MACHET, Président – FM LOGISTIC
  • Anne-Brigitte SPITZBARTH, VP Opérations Excellence & Sustainability – GEFCO
  • Frédéric VALLET, Président – SCHENKER France

Collège 2 Prestataires service, Associations, Fédérations, Organismes de recherche et de formation

  • Alain BORRI, CEO – BP2R
  • Jérôme BOUR, PDG – DDS LOGISTICS
  • Loïc CHARBONNIER, Président AFTRAL
  • Jean DAMIENS, Consultant Associé – ADAMEO
  • Jean Charles DECONNINCK, Président du Directoire du Groupe – GENERIX GROUP
  • Fabien ESNOULT, President & Founder – SPRINTPROJECT
  • Marie-Laure FURGALA, Directrice du programme ISLI – KEDGE BUSINESS SCHOOL
  • Latifa GAHBICHE, Directeur Général France et Maroc – CHEP
  • Cédric LECOLLEY, Directeur Commercial et Filières – GS1 France
  • jérôme LEFORT, Avocat – LLC AVOCATS
  • Jean-Marie PAUMELLE, Partner, practice Supply Chain – WAVESTONE
  • Sébastien PERDEREAU, Practice Manager – MICHAEL PAGE
  • Philippe RAYNAUD, CEO – C-WAY
  • Laurent SABATUCCI, Directeur associé-Fondateur – EOL
  • Karine SAMUEL, Professeur des Universités – AIRL-SCM
  • Didier SCELLIER, Directeur Général France – PTV GROUP
  • William ZANOTTI, Président – DIGILENCE

À propos de France Supply Chain

Dans un monde de plus en plus complexe, faire de la Supply Chain un levier pour un monde plus durable est un enjeu essentiel pour toutes les entreprises. C’est pourquoi France Supply Chain apporte des solutions pertinentes à tous les acteurs de la Supply Chain, grâce à son réseau de 450 entreprises affiliées et une démarche reposant sur l’intelligence collective.

Contact presse : CLC Communications

Gilles Senneville et Laurence Bachelot

01 42 93 04 04 
g.senneville@clccom.com
l.bachelot@clccom.com 

Cinq membres de l’association font leur entrée au sein du conseil d’administration

Au regard du développement important de France Supply Chain, qui fédère d’ores et déjà 450 entreprises de toutes tailles (grands groupes, ETI, PME) et de tous secteurs d’activité, cinq nouveaux membres font leur entrée au sein du Conseil d’Administration de l’Association.

Vincent LAMARCHE
VP Logistic Strategy & E2E network design – SCHNEIDER ELECTRIC

Charles LEONARDI
Directeur Général Supply Chain – NESTLE

Éric LE MIGNON
Directeur Général Supply Chain – INTERMARCHE

Jean-Christophe MACHET
Président – FM LOGISTIC

Didier SCELLIER
Directeur Général France – PTV GROUP

Ils rejoignent les 41 membres du Conseil d’Administration et renforcent les 2 collèges qui le composent :

  • le collège 1 fédérant les entreprises industrielles, entreprise de négoce et distribution, prestataires logistiques et structures de santé ;
  • le collège 2 représentant : prestataires de service, associations, fédérations, organismes de recherche et formation et Individuels.

Ces 5 nominations s’inscrivent dans la dynamique de France Supply Chain qui accompagne les entreprises à se transformer, et s’appuie sur la force de son réseau et la puissance de l’intelligence collective avec pour ambition commune : la Supply Chain pour changer le monde.

Comment la blockchain fluidifie les échanges entre l’ensemble des acteurs de la supply chain

Le 2 juillet dernier, France Supply Chain et son partenaire Wavestone organisaient un live webinar autour de la Blockhain appliquée à la supply chain. Zoom sur des cas d’applications de la technologie dans le secteur, présentés de façon pragmatique et pratique.

La Blockchain – technologie de validation et d’historisation de transactions, transparente et sécurisée, fonctionnant sans organe central de contrôle- fait couler beaucoup d’encre depuis l’émergence de son concept en 2008. Et si elle est, selon l’édition 2021 du panorama de la digitalisation, considérée comme un chantier prioritaire pour 36% des sociétés interrogées, elle en reste néanmoins un sujet encore peu exploité dans le secteur de la supply chain.

Voilà pourquoi, autour de Marc Dauga, partner Supply Chain chez Wavestone et membre du Lab Digital & Technologies de France Supply Chain, trois startups – Ownest, KeeeX et Crystalchain – sont venues présenter des cas d’usages concrets de la Blockchain en supply chain.

Améliorer la gestion des stocks et fluidifier la supply chain

Véritable levier de création de valeurs pour la supply chain, capable de réduire les risques et d’optimiser les écosystèmes, la Blockchain et ses atouts – sécurisation, désintermédiation et décentralisation – font doucement leurs preuves dans le secteur. Pour preuve, le cas client présenté par Thibault Glaunez, CPO d’Ownest, autour de SNCF Réseau qui a choisi de mettre en place sur son site industriel d’assemblage d’éléments de voies (EIV) de Moulin Neuf une solution développée par Ownest permettant le transfert de tokens, des actifs transférables numériquement disposant d’un identifiant unique et inaltérable, de contenu et d’un propriétaire. Ainsi, à chaque pièce échangée entre le chantier et le magasin de l’EIV de Moulin Neuf, un transfert de responsabilités est associé : « Lorsqu’on transfère les produits, on se transfère également les tokens de responsabilité associée. Nous avons créé un consensus avec des intérêts individuels à chaque transfert de produits, afin de pouvoir les tracer et sécuriser les flux logistiques », détaille Thibault Glaunez. Résultats ? Une meilleure gestion des stocks, un taux de non-conformité lié à la perte d’un produit divisé par deux, une diminution de la perte de produit et la mise en place de KPIs concrets de ce qu’il se passe sur le terrain.

Faciliter la synchronisation des flux dans le transport multimodal

Vient ensuite le tour de l’entreprise KeeeX qui présentait un projet pour le Grand Port Maritime de Marseille, autour du transport multimodal. Les objectifs ? Augmenter le trafic tout en réduisant les délais et coûts de transport et en améliorant l’impact environnemental. Pour ce faire, KeeeX a développé une application sécurisée et utilisable par tous types d’usagers. « Elle permet de se connecter au système, de flasher le numéro de conteneur, d’effectuer différentes opérations et d’ajouter des informations sur la chaine en temps réel. Chaque ajout réalisé est signé par la personne qui le réalise. Finalement, parmi les ROI majeurs de cette solution, on note une réduction du nombre de transactions, une très forte augmentation des taux de visibilité et une synchronisation des échanges passés de 14 % à 100 % », souligne Cyprien Veyrat, VP Marketing et Pre sales chez KeeeX.

Vers des produits de grande consommation seront tracés de bout en bout 

Enfin, pour clôturer ce tour de table, Maxime Michelot, responsable des projets agroalimentaires chez Crystalchain dévoile un projet mené avec l’entreprise Raynal & Roquelaure. Ici, de l’agriculteur au point de vente, tous les acteurs enregistrent de façon autonome leurs informations de traçabilité sur un système sécurisé, fiable et distribué. Ces dernières sont ensuite repartagées à l’ensemble des maillons de la chaine. Ensemble, les entreprises connectent les données et les valorisent pour répondre, entre autres, à des problématiques de maîtrise du risque sanitaire et fluidification de la supply chain. « Non seulement cela répond au besoin de transparence du consommateur mais en plus, la plateforme permet en quelques clics de remonter toute la chaine de traçabilité et de mettre à plat de potentielles incohérences sur la quantité ou bien encore la provenance des produits », détaille Maxime Michelot. « Notre vision ? D’ici 5 à 10 ans, tous les produits de grande consommation seront tracés de bout en bout », conclut-il.

Enfin, afin d’apporter de plus amples détails sur ce sujet de plus en plus prégnant dans le secteur de la supply chain, France Supply Chain et Wavestone ont également édité un livre blanc à retrouver ci-dessous :

France Supply Chain et MichaelPage révèlent les résultats d’une étude menée sur les tendances et les nouveaux métiers de la supply chain

Comment les supply chain appréhendent-elles les nouveaux paradigmes du recrutement dans des entreprises qui font face à un climat d’incertitudes et qui se doivent d’être toujours plus agiles, résilientes et tournées vers l’économie circulaire ?

L’étude* menée auprès de professionnels membres de France Supply Chain en collaboration avec le cabinet Michael Page, dresse une photographie de la Supply Chain sous l’angle des ressources humaines, en observant les attentes des entreprises, les profils des candidats et les mutations du secteur. Elle constitue un ensemble de ressources sur lesquelles pourront s’appuyer les entreprises, les professionnels de la Supply Chain et manager RH pour suivre l’évolution des compétences, mais également les étudiants, les écoles et les universités, pour appréhender les formations et définir les cursus.

*étude menée auprès de 40 professionnels acteurs de la Supply Chain, 2020

Quatre des membres du Conseil d’Administration de France Supply Chain, experts du secteur, ont conduit avec le cabinet Michael Page, partenaire historique de l’Association, cette étude riche en enseignements, au sein des Lab RH et Digital de France Supply Chain qu’ils animent : Xavier Derycke, François Martin Festa, Sébastien Perdereau et Philippe Raynaud.

« Cette étude nous a permis de mettre en lumière de nouvelles opportunités pour la Supply Chain, appelant un vivier de candidats qualifiés, aux profils variés, aux compétences transverses, et dont les “soft kills“ sont de plus en plus questionnées dans le processus de recrutement.

Yann de Féraudy, Président de France Supply Chain

Marché de l’emploi et recrutement : quelles tendances ?

Aux vues de l’obsolescence programmée de certaines compétences, de la révolution digitale et du rythme de l’innovation, cette étude identifie des profils clés pour les entreprises, en mettant en lumière les plus demandés, les plus en pénurie mais également en identifiant les postes en croissance et ceux en transformation.

  • Au regard de la croissance du e-commerce et de l’industrialisation des sites logistiques, certains profils sont aujourd’hui très demandés: les directeurs de site logistique (représentant 27 % des missions traités par le Cabinet Michael Page) et les responsables Supply Chain en PME industrielle.
  • D’autres restent en tension, manquant cruellement de candidats comme les Ingénieurs d’études, les responsables Supply Chain PME industrielle, les responsables exploitation logistique ou encore les responsables douanes, fonction fortement impactée par le Brexit.
  • A contrario, certains postes comme les responsables transport, coordinateurs Service Client & Logistique, responsables Lean et Supply Chain Manager, sont actuellement en croissance. La part des Supply Chain Manager qui a longtemps représenté moins de 10 % des missions du cabinet de recrutement Michael Page, a plus que doublé en 2019 et reste stable 2020.
  • Appelés à se transformer, les postes de responsable exploitation témoignent de l’intérêt croissant des entreprises pour des profils issus de l’industrie, et parfois sans expérience logistique, mais rompu au management d’équipes opérationnelles, à l’organisation de flux complexes et au Lean Management.

Parmi les compétences techniques recherchées, l’étude des tendances et des nouveaux métiers de la Supply Chain pointe la Finance, la Gestion du risque, la Technologie/IT et l’Orientation Commerciale.

Rémunération et attentes :

Certains profils de consultants à peine diplômés possèdent déjà un niveau de salaire élevé en sortie d’école (40-45K) et peuvent rapidement espérer jusqu’à 20 % de gap salarial en changeant d’entreprise. Pour d’autres, cependant, le haut niveau de rémunération du départ n’évolue pas aussi rapidement. L’étude note par ailleurs une situation fortement contrastée chez les Supply Chain Manager, certains connaissant un niveau faible d’augmentation (5%), quand d’autres enregistrent une très nette évolution de leur rémunération (20%).

Si les facteurs d’attractivité de la Supply Chain sont nombreux, les candidats sont de plus en plus attentifs aux conditions d’exercice de leur métier et à l’écosystème de l’entreprise : variété des missions, parcours de carrière, relationnel avec le management, qualité du programme d’intégration, processus de recrutement et rémunération… Ils passent au crible l’organisation qui les recrute en évaluant les moyens qu’elle alloue à la Supply Chain.

Quatre nouveaux métiers de la Supply Chain

Pour clore cette étude, une série d’entretiens avec des experts de France Supply Chain, conduits et enrichis par les observations du cabinet Michael Page, ont permis d’identifier quatre professions clés pour la Supply Chain de demain :

  • Architecte Supply Chain,
  • Data Analyst Supply Chain,
  • Supply Chain Innovation Leader,
  • Sustainable Supply Chain Manager.

Encore confidentiels, ces métiers sont aujourd’hui l’apanage de quelques grands groupes membres de l’association et qui ont contribué à cette étude. A travers ce partage d’ informations sur les tendances et les nouveaux métiers de la Supply Chain, France Supply Chain illustre une nouvelle fois sa capacité à favoriser les échanges autour des enjeux du secteur, à appréhender ses transformations, en travaillant dans une démarche d’intelligence collective.


À propos de MichaelPage

Filiale de PageGroup (plus de 7 500 collaborateurs à travers le monde), Michael Page est le leader du recrutement spécialisé sur les postes de middle/top management en France. Michael Page identifie des cadres confirmés pour des missions en CDD et CDI grâce à l’expertise de consultants présents sur l’ensemble du territoire et intervenant au sein de 17 divisions spécialisées, secteurs ou métiers.

Contact presse : Agence PLEAD

Elodie Augrandenis
Tél : 06 48 03 65 24

elodie.augrandenis@plead.fr


À propos de France Supply Chain

Dans un monde de plus en plus complexe, faire de la Supply Chain un levier pour un monde plus durable est un enjeu essentiel pour toutes les entreprises. C’est pourquoi France Supply Chain apporte des solutions pertinentes à tous les acteurs de la Supply Chain, grâce à son réseau de 450 entreprises affiliées et une démarche reposant sur l’intelligence collective.

Contact presse : CLC Communications

Gilles Senneville et Laurence Bachelot

01 42 93 04 04 
g.senneville@clccom.com
l.bachelot@clccom.com 

Tendances et nouveaux métiers de la Supply chain par MichaelPage

Levier essentiel pour un monde plus durable, la Supply Chain est au cœur de la transformation des entreprises. Portées par la digitalisation, l’innovation et la nécessité d’une forte orientation client, les organisations d’aujourd’hui se doivent d’être résilientes, agiles et tournées vers l’économie circulaire. Des enjeux nouveaux qui appellent de nouveaux métiers.

À l’heure où de nombreux métiers disparaissent tandis que d’autres apparaissent*, il est une question que nous, professionnels de la Supply Chain, nous posons tous : quels sont les métiers qui feront la Supply Chain de demain ?

Si nous n’avons pas la prétention de lire dans l’avenir, notre position privilégiée en tant que 1er réseau français des professionnels de la Supply Chain combinée à celle de Michael Page, cabinet leader sur le marché du recrutement des cadres confirmés, nous invite à nous livrer à cet exercice.

Une série d’entretiens et d’ateliers réalisés avec nos adhérents, conduits et enrichis par les observations de Michael Page, nous ont permis d’arriver à une liste de quatre métiers. Quatre professions clés pour la Supply Chain de demain qui, si elles existent parfois aujourd’hui, restent l’apanage de grandes structures avec une position encore relativement confidentielle.

Parce que la Supply Chain est un enjeu vital pour les entreprises, que les Ressources Humaines en sont une condition nécessaire et sont même souvent la première préoccupation des Supply Chain Managers**, nous sommes heureux de partager avec vous le fruit de nos travaux et dernières observations sur le marché de l’emploi. Nous espérons que ce guide vous éclairera sur les enjeux que nous identifions comme essentiels à l’évolution de notre métier.

Replay du Live Webinar : Comment la Blockchain fluidifie l’ensemble des acteurs de la Supply Chain ?

La Blockchain est une technologie qui permet la sécurisation des transactions d’un écosystème en rendant les données transparentes et non modifiables. Elle a connu son essor grâce aux cryptomonnaies. Elle commence à être utilisée par les entreprises pour sécuriser leur Supply Chain.

D’après l’édition 2021 du panorama de la digitalisation qui suit la transformation de la Supply Chain des entreprises, pour 36% des sociétés interrogées, la Blockchain est un chantier prioritaire. Cela représente une hausse de 7 points de 2019 à 2020.

La Blockchain répond à 3 besoins métiers de la Supply Chain. Elle permet l’authentification des produits, une traçabilité sur l’ensemble du cycle de vie du produit et le suivi de la responsabilité de chacun des acteurs.

Après avoir partagé le niveau de maturité des entreprises, ce livre blanc détaillera la technologie Blockchain. Ensuite les cas d’usages Supply Chain seront présentés ainsi que les fournisseurs de solutions entre autre à travers le radar des startups.

La mécanisation : une démarche pour atteindre ses objectifs RSE

Poussée par le développement du e-commerce, accélérée par la crise, l’installation de systèmes de manutention automatisés en entrepôt a augmenté de 46% en 2020*. Face à cette évolution technologique de la logistique, zoom sur des projets performants en adéquation avec la notion de responsabilité environnementale au travers d’un webinar organisé par le LAB Digital & Technologies de France Supply Chain et son partenaire EOL.

De 70 millions d’euros en 2011 à 350000 aujourd’hui. En quelques années, l’automatisation a explosé en France, poussé par le développement des offres et l’intérêt grandissant de secteurs tels que l’agroalimentaire, la distribution ou bien encore le e-commerce. C’est d’ailleurs dans le but d’accompagner ces derniers qu’EOL, spécialiste de l’immobilier d’entreprise et France Supply Chain ont édité l’an passé un livre blanc dédié, à l’attention de tous les professionnels en recherche de solution logistiques mécanisées, robotisées et automatisées.

Aujourd’hui, face à la crise sanitaire, au-delà de la performance économique, les entreprises entrevoient également au travers des systèmes automatisés, des vertus en matière de RSE. Sécurité des hommes, bien-être au travail et impact environnemental occupent désormais une place de choix dans le développement de ce type de projets :

«La responsabilité du marché consiste à maintenir la confiance et entretenir la croissance afin qu’elle porte de nouveaux fruits, profitables à l’ensemble de la société : l’efficacité aux entreprises, l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement, un meilleur service  aux consommateurs ainsi qu’une plus grande maitrise de l’impact environnemental», introduit Etienne Webre, directeur du pôle développement d’Evolis.

Une supply chain durable et responsable pour rester compétitif

Et pour l’illustrer, Viastore, VPK et Auchan France ont présenté un projet inédit en France. «Il s’agit d’un système futuriste, premier en France dans la logistique du carton ondulé», entame Philippe Tran, directeur général de VPK France, du carton ondulé. Développé par le spécialiste intralogistique Viastore, le projet lancé représentant un investissement de 20 millions d’euros, s’étend sur une extension de 6000 m² attenante à l’usine de production de VPK à Saint-Quentin (02). Cette dernière accueille jusqu’à 25000 palettes au travers d’un magasin automatique composé de six transstockeurs.

«100% du stock était sous-traité dans sept magasins extérieurs, occupant six navettes à temps plein avec 4 fournisseurs différents et provoquant autant de ruptures de charges au niveau des magasins. Il s’agissait donc d’un process à la fois très compliqué et très polluant, générant un surcoût de 300000 euros liés à stockage extérieur, aux chariots, aux camions… Parallèlement, nous faisions face à des problématiques de non-qualité et d’identification des emplacements palettes. Finalement, notre taux de service clients sur les commandes expédiées le jour souhaité atteignait seulement 75%», explique Philippe Tran.

Concilier qualité, économie et environnement

L’installation désormais opérationnelle permet de stocker 55 formats de palettes différentes, de façon intelligente et de mettre fin au stockage extérieur. Elle comprend des robots chargés d’appairer, désappairer les palettes clients des palettes systèmes et de constituer les camions de façon optimisée, dans l’ordre et la configuration à mettre dans le camion. «Parallèlement, VPK a souhaité installer un système de récupération des eaux de pluie servant à fabriquer le carton ondulé, directement sur le toit du magasin. Un ensemble qui permet ainsi de concilier qualité de service, critères économiques et environnement», poursuit Jean-David Attal, directeur général de Viastore Systems France.

Quant au client de VPK, Auchan France, l’installation lui donne également entière satisfaction : «Cela nous permet d’être livré dans le délai imparti, d’avoir la meilleure fraicheur produit possible grâce au FIFO mis en place, de bénéficier d’un stock de sécurité chez le cartonnier pour faire face à d’éventuels pics, d’optimiser le taux de bonne livraison (98%) mais également de diminuer le nombre de camions sur la route et de s’appuyer sur des batchs plus longs pour lutter contre la surconsommation énergétique», témoigne Olivier Grignon, acheteur au sein du Groupe Auchan, client de VPK. Un projet porteur donc, qui, si les conditions sanitaires le permettent, pourrait faire l’objet d’une visite organisée par France Supply Chain.

Replay du Live Webinar : Comment amorcer la décarbonation de votre supply chain ?

Les entreprises l’ont bien compris : le statut quo n’est plus une option ! Entre l’urgence climatique et avec la volonté de consommer plus responsable qui s’installe durablement dans nos sociétés, le monde de la Supply Chain n’échappe pas à ces transformations et doit se réinventer pour intégrer cette nouvelle donne.

Quelles sont les opportunités de décarbonation de la Supply Chain?

Quelles sont les facteurs de réussite de la mise en place d’une démarche de décarbonation?

Après plusieurs mois de travaux sur cette thématique, Wavestone et France Supply Chain sont fiers de vous présenter leur publication autour du Radar de la Green tech Supply Chain, lors d’un webinar qui adressera ces problématiques.

Attractivité des métiers de la Supply Chain : enjeux de la découverte et de la valorisation

La Supply Chain souffre de vieux clichés. Peu connus et très souvent résumés à des tâches masculines, physiques et peu valorisantes, les métiers de la Supply Chain peinent à attirer les jeunes générations. Face au manque d’attractivité de la filière, comment faire naître des vocations ? Quels leviers permettraient de valoriser les métiers et faire évoluer les mentalités ? Retour sur le Webinar dédié, organisé par France Supply Chain, en partenariat avec SprintProject.

Attractivité des métiers, enjeu majeur d’une Supply Chain active

Fabien Esnoult, Président de SprintProject (www.sprint-project.com) et administrateur de France Supply Chain introduit les enjeux de la thématique en soulignant le caractère indispensable et stratégique de la filière Supply Chain, révélé au plus fort de la crise sanitaire. A ce titre, le maintien actif des forces vives ainsi que les enjeux de recrutement, de fidélisation et de formation prennent tout leur sens. Comment répondre aux besoins croissants et aux problématiques RH rencontrées par la filière ? Certaines innovations telles que les véhicules autonomes, l’IOT, la 5G, la dissociation transport/ logistique semblent être des solutions envisageables. Mais sont-elles les seules ?

A ce titre, le LAB RH de France Supply Chain, représenté à l’occasion par Marie-Laure Furgala, Directrice ISLI de Kedge Business School, et Guillaume Noirtin, Directeur Talent Acquisition de FM Logistic, est un groupe de travail d’une vingtaine de professionnels, partenaires ou intervenants actifs du monde des Ressources Humaines ou de la Formation. L’ambition du LAB RH est de valoriser la Supply Chain et de répondre aux priorités RH des entreprises qui sont : mieux recruter, améliorer l’attractivité du secteur, développer de nouvelles compétences dans les métiers de la Supply Chain.

« Je ne connaissais pas le secteur de l’Industrie et de la Supply Chain avant d’intégrer FM Logistic. J’avais moi-même beaucoup d’aprioris. J’ai finalement découvert un secteur passionnant au cœur des stratégies d’entreprise, créateur de valeur et d’une diversité de métiers incroyable. »
Guillaume NOIRTIN

La Supply Chain, en perpétuelle évolution, recherche constamment de nouvelles compétences pour faire face aux nouveaux besoins. Mais si les entreprises recrutent sans cesse, les collaborateurs eux-mêmes doivent être formés ou se former aux nouveaux enjeux de la filière et plus particulièrement sur : l’environnement, les enjeux sociétaux et les nouvelles technologies. Autant de thématiques abordées dans la formation Supply Chain de l’ISLI – Kedge Business School.

L’innovation pour améliorer l’attractivité des métiers de la Supply Chain

My Job Glasses a été créé il y a un peu plus de 5 ans avec une ambition : « L’épanouissement professionnel pour tous ». Mais pour être épanouis, Emilie Korchia, Co-fondatrice de My Job Glasses l’assure, il faut déjà être bien orienté. My Job Glasses remet donc l’humain au cœur de l’orientation professionnelle en connectant des jeunes de 15 à 30 ans, avec un réseau de 52 000 professionnels de tous métiers et secteurs d’activités, y compris la Supply Chain. Premier acteur du mentorat en France, My Job Glasses a accompagné plus de 100 000 jeunes en 2020 dans leur orientation professionnelle.

C’est aussi, pour l’entreprise, la possibilité de se créer un pool de jeunes talents intéressés par le secteur de la Supply Chain et d’entamer une action RSE d’entreprise citoyenne. Pour les collaborateurs, c’est également l’opportunité, en donnant un peu de leur temps, de partager leur métier avec les jeunes générations, de représenter leur entreprise et de déconstruire des clichés pour avoir le privilège, parfois, de faire naître des vocations.

« My Job Glasses n’est pas là pour vendre des paillettes aux jeunes générations, mais pour leur partager la réalité des métiers et leur permettre de découvrir tout ce qui se cache derrière le mot ‘Supply Chain’ »
Emilie Korchia

Delivery Academy, prend sa source au croisement du dernier kilomètre et de la logistique urbaine, explique Augustin Doumbe, son Fondateur : « là où les hommes et les femmes du secteur, acheminent les colis des entrepôts de proximité, vers le client final ». En 2017, on comptait 11 000 autoentrepreneurs sur la livraison à vélo. Ils sont aujourd’hui plus de 60 000. En parallèle, l’augmentation des collaborateurs salariés sur les métiers de livreurs urbains confirment l’évolution des modes de consommations et les nouveaux besoins, dont : l’expérience client. Comment conquérir puis fidéliser un client sur 30 secondes de livraison ?

« L’expérience client, c’est un métier […] Alors que les livreurs sont les seuls visages que le client rencontre entre la commande et la réception, la formation semble être la solution pour fournir une expérience de qualité ! »
Augustin Doumbe

En effet, si le sujet recrutement est une problématique pérenne dans la Supply Chain, la fidélisation l’est tout autant. En proposant des formations de quelques heures à plusieurs semaines selon les profils, la Delivery Academy propose une solution a formation comme vecteur d’augmentation des compétences pour palier l’attractivité des métiers et leur valorisation.

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact