Skip to main content

Auteur/autrice : webm@ster

Boostez la maturité digitale de votre supply chain : les étapes et les leviers pour y parvenir

  • L’IA est-elle la solution à tous les enjeux Supply Chain ?
  • Pourquoi la digitalisation est-elle si importante dans nos métiers ?

Dans un monde qui bouge vite et incertain, nous avons de nombreux défis à relever en Supply Chain. La digitalisation est l’un des leviers majeurs identifiés pour réussir la transformation de nos Supply Chains. Autre raison pour se saisir du sujet : ceux qui seront les plus matures pourront en faire un avantage compétitif.

Dans cette vidéo, découvrez concrètement comment procéder en vous appuyant sur notre grille.

Avec
  • Yann de Feraudy

    Sébastien MARIE

    Partner

  • Yann de Feraudy

    Delphine CUVELLIER

    Responsable douane France

  • Yann de Feraudy

    Gilles VERDIER

    Innovation leader Supply Chain

Ce travail va aussi vous permettre

d’argumenter vos demandes d’investissements nécessaires pour vous transformer !

Dans les prochaines semaines, restez attentifs aux prochaines publications du LAB, en lien direct avec ce travail (SQUADs IA générative, S&OP, donnée et calcul des émissions CO2) et rendez-vous aux RISC (Rencontres Internationales de la Supply Chain), le 5 décembre à Paris où l’équipe tiendra un kiosque dédié à la Maturité Digitale afin d’échanger avec les participants.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS

PRESSE
Pour aller plus loin

Lire la suite

Le Mensuel de la Supply Chain #19

Retrouvez ce mois-ci :

  • France Supply Chain ferme ses portes

  • Les Entretiens FSC : 2e épisode
  • Regards croisés RH
  • Logistique hospitalière et médico-sociale
  • Objectif report modal mutualisé
  • Ce qui vous attend à la rentrée

Bienvenue à nos nouveaux membres de chez DAHER qui nous ont rejoints depuis notre dernière newsletter.

RISC : inspirer, oser de nouveaux modèles vers une supply chain frugale et désirable

France Supply Chain ferme ses portes !

Dans les coulisses

Vacances

France Supply Chain fermera ses portes du 3 au 25 août, nous vous souhaitons de bonnes vacances !

On se retrouve en pleine forme pour un second semestre qui s’annonce épatant.

Vacances

France Supply Chain fermera ses portes du 3 au 25 août, nous vous souhaitons de bonnes vacances !
On se retrouve en pleine forme pour un second semestre qui s’annonce épatant.

Madeleine Deby, HR Manager chez CHEP témoigne

Les acteurs

Le Lab RH, c’est aussi l’occasion de pouvoir mettre en avant ce que font nos talents en interne et d’avoir du benchmark sur les bonnes pratiques.

Madeleine Deby, HR Manager chez CHEP

Dans cette interview vidéo, la co-leader du LAB Richesses Humaines répond aux questions d’Elorri Thicoïpé, responsable communication de l’association. Découvrez :

  • Comment elle s’engage dans l’association ;
  • Ce que cela lui apporte concrètement ;
  • Enfin, apprenez-en plus sur notre membre : une découverte, une conviction, un projet qui lui tient à cœur peut-être ?

Regarder ou écouter l’entretien de 7 minutes dans son intégralité

À l’affiche

Regards croisés RH

La série “Regards croisés RH” vous propose un aperçu des échanges ayant lieu lors des réunions du Lab Richesses Humaines. Découvrez les bonnes pratiques de nos adhérents en matière de :

  • Onboarding des ressources
  • Recrutement interne
  • Management de transition
  • Emploi des seniors
  • travail avec des collaborateurs de cultures et pays différents
  • tendance des métiers, compétences et profils attendus en Supply Chain

Découvrir


  • Signature du partenariat Santexpo

    Logistique hospitalière et médico-sociale

    L’agence nationale de la performance sanitaire et médico-sociale (anap) et France Supply Chain by aslog signent un partenariat

    L’Anap, avec le soutien de France Supply Chain souhaite accompagner le passage de la logistique hospitalière et médico-sociale en Supply Chain et promouvoir l’usage de solutions technologiques pour la rendre plus efficiente.

    Lire l’article

  • Webinar sur les solutions du report modal

    Mutualisation entre chargeurs :

    la clé pour accélérer le report mondial ?

    Bâtir des offres de transport bas-carbone et créer de nouveaux axes ferroviaires et fluviaux, c’est ce que propose ce replay.

    Consulter les réponses en fin d’article

Manifeste pour une supply chain

MANIFESTE POUR UNE SUPPLY CHAIN FRUGALE ET DÉSIRABLE

L’avez-vous lu ?

Les prochaines séances

DATES A PAS MANQUER

  • [Lab]

    03/09

    Lab RH

  • [Lab]

    04/09

    Lab ETI/PME

  • [Communauté]

    04/02

    Experts douanes

  • [Lab]

    05/09

    LAB Supplychain4Good

  • [Salon]

    10/09

    Assises européennes de la transition

  • [Visite]

    12/09

    Camions électriques – site Renault Trucks

  • [Communauté]

    13/09

    Emballage & Conditionnement

  • [Lab]

    13/09

    LAB Digital & Technologies

  • [Visite]

    19/09

    Site de méthanisation

  • [Atelier]

    19/09

    Partage plans de decarbonation avec The Shift/IDDRI

  • [Cérémonie]

    03/10

    ELA Awards 2024

  • [Salon]

    03/10

    Forum ECO Class Logistics

  • [Table ronde Preventica]

    08/10

    Supply Chain, Logistique, transport : retours d’expérience en matière de prévention

  • [Table ronde Produrable]

    10/10

    Réinvestir le temps long et la circularité pour une Supply Chain durable

  • [Table ronde Produrable]

    10/10

    Témoignages de précurseurs de la Supply Chain circulaire

  • [Congrès]

    05/12

    RISC 2024 – Rencontres Internationales de la Supply Chain

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain

3 offres d’emploi et plus de 40 CV de candidats, mis à jour chaque semaine sont disponibles sur le site

Découvrir

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Mutualisation entre chargeurs : la clé pour accélérer le report modal ?

Vous travaillez à bâtir des offres de transport bas-carbone ? Vous aimeriez créer de nouveaux axes ferroviaires et fluviaux ? 

pour visionner le replay et les réponses détaillées des intervenants

Depuis 2022, un groupe du LAB SC4Good est dédié au transport multimodal. Son objectif est d’identifier des opportunités de mutualisation pour recourir au transport ferroviaire. Le groupe initial, composé de neuf chargeurs, a partagé et cartographié ses flux logistiques, identifiant des corridors communs entre la France et l’Espagne, ainsi que des flux Est-Ouest.

Cependant, l’analyse a montré que nous n’étions pas assez nombreux pour créer un effet de masse significatif. Pour approfondir le sujet de la mutualisation, la leader du groupe, Florence Ughetto Experte Développement durable & Logistique pour la Supply Chain Renault a organisé ce webinar.

Point de vue académique sur la mutualisation : quelles solutions pour le report modal ?

Hannah Yee, chercheuse post-doc à l’École des Ponts ParisTech a présenté des stratégies pour décarboner le transport de fret via un changement modal, passant de la route au rail intermodal. Elle a expliqué que le rail est utilisé pour les longues distances tandis que la route est utilisée pour les premiers et derniers kilomètres, en utilisant la même unité de chargement tout au long du trajet. Cela permet de réduire les émissions de carbone, car le transport ferroviaire est moins intensif en carbone que le transport routier.

La chercheuse a ensuite abordé le concept de mutualisation, où plusieurs expéditeurs se regroupent pour partager les volumes de transport, ce qui permet de réduire les coûts fixes et d’obtenir des réductions basées sur le volume. Elle a souligné que le rail intermodal est souvent plus coûteux que le transport routier en raison des coûts de manutention aux terminaux et des premiers et derniers kilomètres.

Quatre étapes ont été identifiées pour mettre en place une solution de mutualisation :

  • Chapitre 1

    Identifier

    les flux éligibles pour le rail intermodal

  • Chapitre 2

    Trouver

    des expéditeurs partenaires avec des origines et destinations similaires

  • Chapitre 3

    Établir

    un accord de collaboration entre les expéditeurs

  • Chapitre 4

    Définir

    une stratégie de mutualisation pour organiser le transport collaboratif en pratique

Elle a insisté sur l’importance d’une approche holistique et de la perspective de la chaîne d’approvisionnement pour synchroniser les expéditeurs et optimiser les coûts de transport et de gestion des stocks simultanément.

La plateforme gratuite Appel d’air : trouver ou créer des solutions de transport intermodales

Bernard Guilbot a présenté l’outil Appel d’Air, développé par l’association AI-Cargo Fondation dont il est le président d’honneur, pour aider à la décarbonation du transport de fret en facilitant le report modal. Financée par les certificats d’économie d’énergie, cette application est gratuite pour les chargeurs.

Appel d’Air utilise la plateforme numérique Cumulus pour aider les chargeurs à trouver des solutions de transport intermodal existantes ou à mutualiser leurs flux pour créer de nouveaux services. La plateforme propose des cartes détaillant les réseaux ferroviaires et fluviaux en Europe, avec la possibilité de zoomer sur les gares et ports.

Les utilisateurs peuvent effectuer des recherches simples en entrant des détails tels que le code postal, la ville, la date de livraison, et en définissant des critères de distance ou de durée pour le pré- et post-acheminement. L’outil fournit alors des services pertinents, classés par économie de CO2.

Pour des analyses plus complexes, les utilisateurs peuvent importer des fichiers CSV contenant leurs données de flux de transport. La plateforme évalue ensuite l’éligibilité de ces flux pour le report modal en fonction des services existants et propose des options de mutualisation pour maximiser l’efficacité et les économies de CO2. Toutes les données sont anonymisées pour préserver la confidentialité des chargeurs.

Exemple de cartographie analytique sur la plateforme

Exemple de cartographie analytique sur la plateforme

Retour d’expérience de Michelin sur l’utilisation de la plateforme pour optimiser les flux de transport

Depuis cinq ans, Michelin a une feuille de route ambitieuse pour réduire ses émissions de carbone. L’entreprise travaille sur des solutions multimodales, en commençant par le transport ferroviaire en Europe, utilisant des trains privés.

Depuis deux ans, Michelin utilise AI Cargo pour optimiser la décarbonation de ses volumes de transport. Une collaboration amorcée avec France Supply Chain.

L’intérêt de l’application selon Denis Brangeon, Network Capacity Analyst :

  • Décarboner le reste de nos volumes, plus faibles grâce à ai cargo et  à la mutualisation

  • Donner de la visibilité pour ouvrir le train à d’autres acteurs plus petits en fournissant l’ensemble de leur plan de transport 

  • Mâche une partie du travail réalisé auparavant manuellement

  • Utilisation simple et un accompagnement possible par un cabinet

  • C’est gratuit !

Si vous êtes convaincu comme nous que la mutualisation, la massification nous permettra d’accélérer ce report modal,

contactez-nous et nous relancerons notre groupe en nous appuyant sur ce projet prometteur d’Appel d’air

Nous contacter

pour découvrir le replay et l’ensemble des questions/réponses

  • Appel d’air fait-il une distinction entre les produits dangereux et les produits non dangereux ?

    Oui, il y a dans les templates, on signale si les produits sont dangereux ou sous température dirigée. Et en plus, on a lancé un algorithme d’identification de la nature des flux pour voir la compatibilité ou l’incompatibilité de chargement.

  • Comment rentrer en contact avec les autres chargeurs ?

    En fait, l’initiative vient d’Appel d’air, c’est à partir du moment où il y a des flux qui massifient, permettent la création d’un service potentiel, c’est Appel d’air qui va rentrer en contact avec les chargeurs pour voir s’ils sont d’accord de créer un groupe de travail avec des opérateurs pour lancer un projet.

  • Quid du périmètre de la plateforme ?

    Le périmètre de la plateforme n’est pas européen.

    Aujourd’hui, il est chargé avec pratiquement l’ensemble des services existants en France. Une partie des services européens sont dedans, et je pense qu’avant la fin de l’année, on aura l’ensemble des services existants sur l’Europe. Par contre, sur les services prospectifs, il est valable sur les 27 pays de l’Europe.

  • Quelles sont les fréquences ?

    Sur les fréquences, on voit les fréquences telles que je les ai montrées tout à l’heure dans le moteur de recherche. Quand j’affiche le résultat d’un moteur de recherche, j’ai l’affichage des résultats qui se fait sur 7 jours.

    Pour le reste, ce que j’ai oublié de dire, c’est que quand on fait des tests d’éligibilité des flux, le chargeur qui fait ce test peut faire un download sur un fichier CSV, récupérer l’ensemble de son fichier avec les résultats d’éligibilité, et là, il voit bien qu’il y a conformité entre les dates réelles de départ et les services qui sont opérés qui correspondent.

  • Est-ce qu’Appel d’air travaille avec les chambres consulaires, etc. ?

    Oui, on travaille avec les chambres consulaires, on travaille avec l’ensemble des groupes de travail, des associations, et notamment sur l’aspect ferroviaire et l’aspect fluvial. De plus en plus, aujourd’hui, on s’implique sur les territoires.

    Je voulais aussi dire que pour les chargeurs, quand il y a un peu de difficulté, etc., le programme Appel d’air prévoit aussi une forme d’accompagnement, c’est-à-dire la prestation d’un cabinet, bureau d’études, pour une durée limitée, bien sûr, mais complètement financée par le programme Appel d’air, c’est-à-dire que ça reste gratuit pour le chargeur, pour lui permettre de formaliser ses flux et utiliser la plateforme. Cet accompagnement aussi s’opère sur la durée du programme pour aussi mesurer les résultats, notamment les tonnes-km portables et les tonnes-km reportées.

  • Concernant les gains de CO2 donnés par Appel d’Air, quelles plateformes y sont calculées ?

    Alors, ils sont calculés avec les normes édictées par l’ADEME. On est complètement en phase avec les calculs de l’ADEME. Et le calcul se fait en comparant le flux routier avec le flux reporté pré-acheminement, transport principal et post-achemement.

  • Quel a été l’impact du report modal sur les délais, taux de service, autres ?

    Comme l’avait expliqué Anna, généralement, ce sont des solutions qui sont plus longues parce qu’il y a des ruptures de charges des deux côtés. Et puis, c’est un mode de transport qui est différent. On ne peut pas comparer la route au multimodal.

    C’est vraiment un report, un switch vers un autre mode de transport qui nécessite du coup d’avoir des buffers parce que quand un train est en retard, ce n’est pas un quart d’heure ou une demi-heure. C’est généralement une demi-journée, voire plus. Et puis derrière, il faut qu’il récupère ses créneaux pour être déchargé dans les terminaux. Ça peut être problématique quand les terminaux utilisés sont congestionnés. Donc, il y a des impacts qu’il faut déconstruire potentiellement en amont avec des buffers, déjà pour s’assurer d’avoir un taux de service qui soit presque équivalent à la route. C’est aussi la difficulté d’avoir dans le report modal un taux de service qui soit suffisamment bon pour ne pas impacter les supply chains, notamment quand on est industriel et qu’on est en production.

    Il faut vraiment qu’il y ait aussi une envie, un engagement de faire ce report-là. Parce qu’aujourd’hui, malheureusement, la tonne de CO2, elle n’est pas suffisamment valorisée et il n’y a pas de gains réels financiers à faire un report modal parce qu’on n’est pas payé, parce qu’on fait des émissions de CO2. La logique, c’est aussi vraiment dans nos entreprises.

    Les impacts, il y en a, mais après, c’est surmontable. Nous, en tant que chargeurs, on n’est pas encore aux objectifs qu’on voudrait. On doit faire aujourd’hui aux alentours de 5 à 6 % de report modal versus 1 % il y a cinq ans sur 300 000 voyages FTL en Europe. On continue d’essayer de créer des nouveaux projets, des nouveaux corridors sur différents axes. On espère que ça va s’accélérer avec les outils comme l’IA. On espère atteindre 15 % d’ici à 2030.

  • Votre plateforme est-elle connectable avec un TMS ?

    Alors elle est connectable avec un TMS, oui, il faut créer les API qui vont bien et selon le type de TMS, on peut même financer la création de ces API.

  • si je travaille avec un commissionnaire 3PL qui a la gestion de mes flux, quelle synergie sur la plateforme ?

    Les commissionnaires ne sont pas forcément les entreprises qui sont le plus facteur de changement, donc c’est la raison pour laquelle au niveau du programme Appel d’Air, on vient titiller les chargeurs pour que les chargeurs voient l’intérêt de ce report modal et qu’ils puissent ensuite faire une pression sur leur commissionnaire pour que le commissionnaire passe à ces phases de report modal.

    Donc le commissionnaire peut être complètement partie prenante du programme Appel d’Air, il n’y a pas de difficulté, il faut juste faire attention qu’il n’y ait pas redondance des flux, c’est-à-dire qu’on n’ait pas les flux à la fois par le chargeur et par le commissionnaire, il suffit de les identifier pour éviter cette redondance du flux, mais le commissionnaire est bienvenu, au contraire, à participer puisque dans le report modal.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS

PRESSE
Pour aller plus loin

Lire la suite

Logistique hospitalière et médico-sociale : l’Agence nationale de la performance sanitaire et médico-sociale (Anap) et France Supply Chain by Aslog signent un partenariat 

L’Anap souhaite accompagner le passage de la logistique hospitalière et médico-sociale en Supply Chain et promouvoir l’usage de solutions technologiques pour la rendre plus efficiente. L’objectif de ce partenariat avec l’association France Supply Chain est de partager les expertises et de mener des actions communes pour faire de la Supply Chain un levier de performance au service du temps soignant, de la qualité et de la sécurité des soins prodigués aux patients. 

Un partenariat avec une vision commune et stratégique de la Supply Chain 

L’Anap, agence de conseil et d’expertise publique, a pour mission d’accompagner les établissements de santé et médico-sociaux dans l’amélioration de leur performance. Elle propose aux professionnels de nombreuses publications, outils et appuis terrain sur la logistique. 

France Supply Chain by Aslog soutient, depuis de nombreuses années, le secteur hospitalier par ses travaux et ses actions, notamment dans le cadre de sa Commission Logistique Hospitalière (COLOGH). 

La Supply Chain désigne en effet l’ensemble des activités d’achat, de gestion des stocks et de réapprovisionnement nécessaire aux prestations de services des établissements. Elle permet de garantir la qualité, la sécurité et l’efficience du processus logistique, depuis le fournisseur jusqu’au patient. 

Développer la collaboration entre les acteurs de la Supply Chain et le secteur hospitalier et médico-social 

entraide-intelligence-collective

Ce partenariat est né de la forte volonté des deux entités qui fédèrent des compétences et expertises complémentaires. France Supply Chain by Aslog rassemble 450 entreprises de toutes tailles (Grands Groupes, ETI, PME) et de tous secteurs d’activité et des écoles en Supply Chain (France Supply Chain). L’Anap anime un réseau d’experts logistique et achats d’établissements de santé, médico-sociaux, publics et privés. 

Mercredi 22 mai 2024, le partenariat a été officiellement signé sur le stand de l’Anap lors du Salon SANTEXPO. Les experts logistique-achats et membres du réseau de l’Anap deviennent ainsi des membres de France Supply Chain et peuvent bénéficier des ressources, des expertises et des productions de ses groupes de travail. 

Une mise en commun des compétences pour des actions concrètes 

Pour accompagner la montée en compétences des professionnels de la logistique et des achats en établissements sanitaires et médico-sociaux, France Supply Chain s’appuie sur son Référentiel d’excellence Supply Chain adapté au secteur de la santé et sur le partage de connaissances au sein de groupes de travail. 

Les experts de l’Anap vont s’appuyer sur ces groupes de travail pour développer de nouvelles productions sur les thématiques d’automatisation / robotisation, digitalisation, Supply Chain durable, réduction de la pénibilité en logistique, décarbonation des transports, etc. 

L’Anap souhaite également renforcer ses capacités d’intervention et d’appuis terrain sur la logistique en intégrant des audits France Supply Chain. Ces audits seront menés conjointement par des experts du réseau de l’Anap et des experts de la Supply Chain membres de France Supply Chain. 

Signature du partenariat Santexpo

De gauche à droite : Yann de Feraudy, Président de France Supply Chain et Stéphane Pardoux directeur général de l’Anap lors de la signature du partenariat à Santexpo. 


À propos de France Supply Chain

La communauté FRANCE SUPPLY CHAIN BY Aslog agit pour renforcer l’impact de la Supply Chain dans la compétitivité des entreprises et en faire un levier pour un monde plus durable. L’association fédère en France et à l’International, 450 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, des Grandes Écoles et des organismes de formation. Ce réseau de 5000 membres, professionnels, enseignants-chercheurs et étudiants met en commun idées et expériences afin d’apporter des solutions concrètes aux acteurs de la Supply Chain.

Contact presse : Elorri Thicoïpé – Responsable Communication
elorri@francesupplychain.org
06 21 28 82 74

À propos de l’Anap

L’Agence nationale de la performance sanitaire et médico-sociale (Anap) est une agence publique de conseil et d’expertise qui agit avec et pour les professionnels des établissements sanitaires et médico-sociaux. Depuis 2009, elle a pour mission de soutenir, d’outiller et d’accompagner les établissements dans l’amélioration de leur performance sous toutes ses dimensions. Pour la mener à bien, l’Anap propose une offre d’accompagnement globale : diffusion de contenus opérationnels, organisation et animation de la mise en réseau et intervention sur le terrain. 

Contact presse : communication@anap.fr
06 11 66 48 13 

Atelier Prospective : Vivre les Impacts du Changement Climatique sur la Supply Chain pour construire un futur désirable

« Le cerveau humain a besoin de savoir de quoi l’avenir sera fait » nous dit Sébastien Bohler, or la conviction du groupe de travail prospective est que le futur se construit ! Ils ont donc œuvré pour sensibiliser et embarquer un maximum d’acteurs de la Supply Chain afin de bâtir des scénarios désirables et des stratégies d’adaptation des Supply Chains aux risques climatiques. Retour sur le premier livrable du chantier après un an de travaux collectifs : l’atelier des périls.

Le chantier prospective :

au-delà du CO2

Les signaux faibles sont déjà présents en 2024, comme le montrent de nombreux articles de presse. En 2040, gérer les impacts du changement climatique sera notre quotidien.

Comment s’adapter aux nouvelles attentes, aux réglementations et au changement climatique ? Quelles stratégies d’adaptation les entreprises doivent-elles construire, dès aujourd’hui ? Les actions amorcées par les entreprises sont-elles suffisantes et réalistes ?

L’essentiel des efforts liés au climat se focalise sur la décarbonation du transport, or d’autres éléments liés au changement climatique impactent déjà les Supply Chains de façon marginale, mais ils deviendront plus prégnants dans le futur, il faut les considérer dès maintenant pour transformer les entreprises.

  • atelier-prospective-futur-desirable-02

  • atelier-prospective-futur-desirable-05

  • atelier-prospective-futur-desirable-03

  • Brainstorm d'une équipe sur la question d'un futur désirable

    atelier-prospective-futur-desirable-04

Les participants à l’atelier de restitution.

L’atelier de design fiction :

la concrétisation du chantier prospective

Un groupe passionné guidé par Aurélie Delemarle, Principal chez Argon&Co s’est donc lancé dans une année de travail collectif suivant des choix méthodologiques structurants :

  • Périmètre de l’étude : les 6 périls plutôt que les 9 limites planétaires. En effet, les périls peuvent être expérimentés et font appel aux émotions. De plus, ils permettent de prendre en considération toutes les catégories de la taxonomie européenne, à savoir :

    1. la hausse des températures ;
    2. l’augmentation des tempêtes violentes ;
    3. la perte de biodiversité ;
    4. les inondations ;
    5. la montée des eaux ;
    6. le stress hydrique.
  • Scénarii d’impacts plutôt que de transition ou de changement climatique : l’étude s’intéresse aux impacts directs ou indirects sur les 4 fonctions essentielles de la Supply Chain (demande, approvisionnements, production et distribution logistique).

Les résultats de ces travaux seront publiés au cours de l’année (Livrable péril​, PESTELs, Nouveaux Récits​, 1 ou 2 articles scientifiques​). Le premier d’entre eux a fait l’objet d’un test grandeur nature avec les membres du Lab SupplyChain4Good.

Le premier livrable du groupe a pris la forme d’un atelier de prospective de 3 h par design fiction. Ce parti pris s’explique par la capacité à embarquer les participants dans l’histoire, à leur faire vivre et donc mieux mesurer les impacts du changement climatique.

Zoom sur les outils utilisés lors de l'atelier

Les artefacts du péril sur la biodiversité

Cette approche immersive a séduit, renforçant l’engagement à passer à l’action.

Les participants ont à leur disposition une mallette de jeu regroupant des artefacts​ (objets tout droits venus de 2040) et une note explicative à destination des animateurs, avec notamment le contexte du scénario synthétisé via un PESTEL.

La biodiversité :

« parent pauvre de l’ensemble des enjeux du changement climatique »

Voici un enjeu qui tenait à cœur à certains des participants, en effet on parle bien plus souvent de la hausse des températures par exemple que de la biodiversité. « On est sur un sujet de footprint de la Supply », nous raconte Tariel Chamerois, CSR & Sustainability Manager France & Morocco pour DB Schenker dans un contexte où les entreprises sont dans l’obligation de réduire des sites de production, en l’occurrence éoliens, parce qu’ils sont sur une zone de migration d’oiseaux.

Argent

Cet atelier dit du « péril biodiversité » donne l’enjeu de la limitation des accès aux fonciers, avec des zones sanctuarisées où l’on ne pourra plus s’implanter.

Puis évidemment ce thème ouvre la question de la budgétisation et de l’impact sur les prix. Comment valorise-t-on la biodiversité ? Quel est le prix du poisson ? Quel est le prix des oiseaux ? La biodiversité fournit tout un tas de ressources et/ou de services écosystémiques qui sont aujourd’hui gratuits ou considérés comme tels et donc l’idée première serait de la réintégrer dans les budgets futurs.

Aujourd’hui pas de valeur, le groupe du jour conclut donc que le cadre réglementaire doit et va évoluer.

Si l’on reprend le cas de la pêche, aujourd’hui ce qu’on compte dans le prix de la vente du poisson, c’est uniquement l’énergie et les ressources humaines qu’il a fallu pour aller pêcher le poisson, mais pas du tout la ressource poisson qui elle est gratuite une fois qu’elle est prise. Demain, peut-être qu’il va falloir considérer le fait de la régénérer comme c’est aujourd’hui très bien fait par le modèle FSC par exemple (plantation d’arbres en contrepartie de ceux prélevés).

Pénélope Laigo, Sustainability & QHSE Group Director chez FM Logistic

Enfin, un autre impact pressenti : le devoir de concevoir des Supply Chains biodiversity friendly. C’est-à-dire des business modèles, des bâtiments, des flux et solutions qui tiennent compte dès le départ des potentiels impacts sur la biodiversité et donc comment, les éviter voire avoir des impacts positifs, régénératifs.

Il est impératif pour les entreprises de développer des stratégies proactives et intégratives qui tiennent compte de tous les aspects du changement climatique, incluant les impacts sur la biodiversité. Cela nécessite de repenser les modèles économiques, les infrastructures et les processus de manière à minimiser les impacts négatifs et à promouvoir des pratiques régénératives. L’engagement collectif et l’innovation seront essentiels pour transformer les Supply Chains et assurer leur résilience face aux défis climatiques à venir.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS

PRESSE
Pour aller plus loin
  • PRIX DU MEILLEUR ARTICLE EN SUPPLY CHAIN DURABLE • ÉDITION 2024

    France Supply Chain et l’AIRL-SCM lancent la 3e édition du Prix du Meilleur Article en Supply Chain Durable.

    En savoir plus

  • COMMENT CONSTRUIRE DES SUPPLY CHAIN CIRCULAIRES ? RETOUR SUR UN ATELIER DE RÉFLEXION COLLABORATIVE
    Entreprises, institutions, académies, collectivités et associations affirment ensemble que la Supply Chain circulaire est incontournable pour une économie circulaire.

    En savoir plus

Lire la suite

Le Mensuel de la Supply Chain #18

Retrouvez ce mois-ci :

  • Une nouvelle recrue pour vos chantiers

  • Parole de membre
  • 2 Prix du meilleur article en Supply Chain durable
  • Regards croisés d’experts SC
  • Le Baromètre intralog ouvert à tous
  • Zoom Supply Chain & Afrique de l’Est
  • Ce qui vous attend dans les prochains mois

Manifeste pour une supply chain

MANIFESTE POUR UNE SUPPLY CHAIN FRUGALE ET DÉSIRABLE

L’avez-vous lu ?

Bienvenue à nos nouveaux membres de chez Mobivia et LABORATOIRES THEA qui nous ont rejoints depuis notre dernière newsletter.

Une nouvelle cheffe de projet pour soutenir l’activité des LABS

Dans les coulisses

Photo de Mervé AKPINAR

Je suis Mervé AKPINAR, j’ai le plaisir d’avoir intégré l’association France Supply Chain et ses membres en mai 2024. J’ai en charge les Labs ETI-PME et Digital & Technologies ainsi que les chapters Asiatiques. Dans mes précédentes expériences, j’ai eu l’opportunité de travailler en prévision des ventes chez DIM et Samsung, ainsi qu’en tant que coordinatrice de prestataire logistique chez Nestlé.

Aujourd’hui je suis extrêmement impatiente de contribuer aux futurs projets de France Supply Chain et de continuer à relever de nouveaux défis avec une équipe aussi dynamique, engagée et passionnée par le monde de la Supply Chain.

Gilles Verdier, Innovation leader at Michelin Supply Chain témoigne

Les acteurs

J’ai beaucoup partagé avec mes collègues du groupe Passage à l’échelle et cela m’a permis de modifier et d’ajuster mon pilotage de l’innovation en prenant directement des idées que j’ai pu puiser dans nos échanges.

Dans cette interview vidéo, Gilles Verdier répond aux questions d’Elorri Thicoïpé, responsable communication de l’association. Découvrez :
  • Son rôle chez Michelin ;

  • Ce que signifie pour lui, s’engager dans l’association ;
  • Ce que cela lui apporte concrètement ;
  • Enfin, apprenez-en plus sur notre membre : une découverte, une conviction, un projet qui lui tient à cœur peut-être ?

Regarder ou écouter l’entretien de 5 minutes dans son intégralité

À l’affiche

  • Les gagnants 2024 du prix du meilleur article en supply chain 2024

    Prix du Meilleur Article en Supply Chain Durable

    Les gagnants 2024 sont ex-aequo cette année, reflétant la qualité exceptionnelle des travaux présentés. Félicitations aux autrices et auteurs de :

    • “Introducing a framework toward sustainability goals in a supply chain 4.0 ecosystem”
    • “Cognitive digital twins for freight parking management in last mile delivery under smart cities paradigm”.

    Découvrir

  • La Supply Chain face aux enjeux d’agilité, de résilience et d’ESG

    La Supply Chain face aux enjeux d’agilité, de résilience et d’ESG

    La Supply Chain est un actif stratégique, son efficacité et son adaptabilité sont devenus les conditions de la résilience des entreprises elles-mêmes. Une interview croisée de :

    • Yann de Feraudy, Président de France Supply Chain
    • Souhail Haddaji, Transformation Strategy & Value Advisory Leader chez ServiceNow

    Consulter le blog ServiceNow

  • Couverture du document

    Le Baromètre des priorités en intralogistique accessible à tous

    Le baromètre 2024 des attentes et priorités de l’écosystème logistique et des industriels en matière d’intralogistique est désormais public.

    Découvrez la riche analyse développée par l’équipe


Les spécificités de la Supply Chain en Afrique de l’Est

Xavier Ameil a contribué au développement de Decathlon au Maroc avant de s’installer au Kenya jusqu’à fin 2021 pour ouvrir des magasins “en propre” comme dans le reste de l’Afrique subsaharienne. Dans cette interview, il présente le modèle et le “footprint” africain de production et de distribution, puis se concentre sur la mise en place de hubs de distribution en Afrique. Il aborde également, une région généralement moins connue des Français par rapport au reste de l’Afrique.

Les prochaines séances

DATES A PAS MANQUER

Billetterie ouverte des Rencontres Internationales de la Supply Chain

  • [Salon]

    18-20/06

    Preventica 2024 • Strasbourg

  • [Atelier]

    19/06

    Prospective “Beyond co2” – design fiction

  • [Salon]

    19-20/06

    Top logistics Europe 2024

  • [Salon]

    25/06

    Journées hydrogène dans les territoires

  • [Table ronde]

    25/06

    Décarbonation de la chaine logistique avec France Hydrogène

  • [Réunion]

    25/06

    Lab Richesses Humaines

  • [Webinar]

    26/06

    Un nouveau partenariat pour de nouvelles solutions

  • [Prix]

    02/07

    Les ROIS DE LA SUPPLY CHAIN

  • [Réunion]

    10/07

    Communauté des risques – panorama des outils de gestion de risques

  • [Réunion]

    10/07

    Lab ETI/PME

  • [Réunion]

    10/07

    Lab SupplyChain4Good

  • [Webinar]

    18/07

    MBA manager de la supply chain par De Vinci executive education

  • [Congrès]

    05/12

    RISC 2024 – Rencontres Internationales de la Supply Chain

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain

Plus de 40 CV de candidats, mis à jour chaque semaine sont disponibles sur le site

Découvrir

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Challenges Plan de Décarbonation : des ateliers privés inédits

« Réduire l’impact de sa logistique sur notre environnement et contribuer à atteindre la neutralité carbone nécessitent d’aller bien au-delà d’une vision encore trop dominante qui consiste à croire qu’une transition énergétique des poids lourds vers les biocarburants, l’électrique ou l’hydrogène seuls sont suffisants et que c’est aux transporteurs de régler tout le problème. » C’est ainsi que Yann Briand, l’un de nos 2 challengeurs résume le besoin de travailler ensemble à l’amélioration des stratégies de décarbonation des entreprises. Comment ? En partageant et en se remettant en question.

Depuis 2023, en petit comité privé, 3 ateliers engageants ont été menés dans le cadre du Lab SuppplyChain4Good de France Supply Chain en collaboration avec 2 think tanks. Apprenez-en plus grâce à l’interview croisée de leurs experts.

  • Photo de Yann Briand

    Yann BRIAND

    Chief Scientific Officer – Deep Decarbonization Pathways (DDP) initiative Climate, Energy and Transport expert

    Logo IDDRI
    L’Iddri est un think tank qui facilite la transition vers le développement durable

  • Photo de Reuben Fisher

    Reuben FISHER

    Chef de Projet Fret

    Logo The Shift Project
    The Shift Project est un think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone

Pourquoi l’IDDRI et The Shift Project se sont-ils impliqués dans ces ateliers ?

Yann Briand

L’intérêt de ces échanges, c’est de construire un espace de confiance où les entreprises peuvent humblement présenter où elles en sont de leurs réflexions, expliquer leurs problématiques, et accepter les critiques. Ce qui nous rassemble doit être la volonté de s’améliorer et d’être encore plus performant. L’organisation de ces dialogues doit continuer à permettre cette liberté de ton qui fait sa force et permet d’éviter que cela devienne un exercice de communication entre-soi. Elle doit continuer à rassembler des directeurs Supply Chains, mais aussi des directeurs RSE, achats, commercial, et même CFO, et leurs équipes !


Reuben Fisher

Les challenges de décarbonation sont l’occasion pour les entreprises participantes de partager quelque chose de critique — comment concilier la volonté économique (profits, croissance) avec les impératifs énergétiques et climatiques. En effet, notre point de vue au Shift Project est que les limites physiques telles que la quantité d’énergie disponible à un moment donné, ou la quantité totale de gaz à effet de serre dans l’atmosphère sont encore plus contraignantes que des concepts économiques.

Groupe de dirigeant dans les locaux Avril

Atelier dans les locaux du Groupe Avril

Que signifie « partager son plan de décarbonation » pour les entreprises que vous challengez ?

Reuben Fisher

Les entreprises expliquent comment elles se transforment pour rendre leurs activités et services pérennes dans les décennies qui viennent, et à court terme nous utilisons différentes grilles de lecture pour cela. D’entrée, si les chiffres clefs de l’entreprise ne font pas mention de l’énergie ou des émissions, cela donne l’impression que l’entreprise pense pouvoir fonctionner « hors sol », sans besoin d’énergie, sans émettre de gaz à effet de serre. Quand les « one pager » des entreprises comporteront ces informations, au même niveau & au même titre que le CA, l’EBITDA, le nombre de collaborateurs-rices ou les sites à travers le monde, nous aurons franchi un pas intéressant !

Pour entrer plus dans le détail, ensuite on s’intéresse à la valorisation du CO2 par l’entreprise — applique-t-elle un prix interne à la tonne de CO2, & si oui dans quels contextes — que les investissements ou aussi pour les achats courants ? Est-ce que le prix est le même que pour les émissions évitées ? Sinon quelle est la logique derrière la différence ? En allant plus loin, nous avons vu des résultats financiers d’entreprises qui étaient présentés déduction faite de l’impact financier du CO2.


Yann Briand

Cela signifie que les entreprises doivent partager les principales transformations qu’elles souhaitent mettre en œuvre et surtout les conditions qu’elles mettent en place pour y arriver ! Par exemple, cela peut nécessiter de requestionner avec ses fournisseurs et ses clients, les organisations logistiques propres à chaque chaîne de valeur et à chacun, qui limitent les possibles choix logistiques pour sortir du tout camion entre autres. Il faut changer les contraintes des services logistiques de coût et de délai entre autres. Cela peut nécessiter aussi de revoir ses stratégies d’achat et commerciale pour repenser les produits et la localisation de ces fournisseurs et clients afin de réduire les quantités, le poids ou les volumes utilisés et également les distances à parcourir entre la matière première et le client final. En bref, réduire les émissions du transport de marchandises nécessite des actions fortes des chargeurs en partenariat avec leurs logisticiens et transporteurs, jusqu’à l’implication des fournisseurs et clients finaux !

La bonne prise en considération et la mise en œuvre de ces transformations nécessite d’adopter une perspective de long terme allant bien au-delà de 5 à 10 ans pour comprendre nos limites et être à même de considérer ces changements plus structurels, mais nécessaires à l’atteinte de la neutralité carbone. Qui plus est, la problématique complexe que les entreprises et tout décideur doit affronter aujourd’hui, c’est que ces changements organisationnels, complémentaires aux changements technologiques, doivent être amorcés dès aujourd’hui, mais porteront leur fruit parfois seulement plusieurs années après, et qu’ils auront un impact sur la distribution de la valeur au sein de l’entreprise et parfois au sein de la chaine de valeur.

Deux experts think tank qui regardent 2 challengers

Les experts des 2 think tanks et 2 challengeuses : Pénélope Laigo, Sustainability & QHSE Group Director FM Logistic Corporate et Lucie Aitsahalia, Responsable Énergie et Environnement Groupe FM Logistic

Quels sont les éléments critiques à aborder en dehors du calcul CO2 ?

Yann Briand

Pour mieux comprendre comment les décisions peuvent changer, nous discutons et continuerons à discuter avec la diversité d’entreprises de France Supply Chain (chargeurs, logisticiens et transporteurs) sur le fait de :

  • adopter une stratégie systémique alliant transformations technologiques et organisationnelles ;
  • penser à 2050 pour revisiter la cohérence des choix pour les 5 prochaines années.

Reuben Fisher

Globalement, en dehors de la consommation des bâtiments, la consommation énergétique est assez peu suivie, à la fois en termes de quantité totale, ainsi que les types d’énergies utilisées. C’est assez surprenant pour un secteur dont la dépendance aux énergies fossiles liquides est flagrante, car un récent rapport du Shift (pour le ministère des armées) indique une baisse de plusieurs dizaines de % de la quantité de pétrole disponible d’ici 2050. C’est dire s’il est critique d’anticiper & d’entamer la transformation énergétique dès aujourd’hui, faute de quoi des entreprises risquent de se trouver comme des actifs échoués dans le monde sous forte contrainte énergétique qui se profile.

Félicitations aux 8 entreprises s’étant prêtées aux jeux jusqu’ici :

  • RENAULT_GROUP_LOGO_FULL_NOIR_RVB

  • michelin-logo-transparent

  • Logo_DB_Schenker

  • Directeur de Projets Supply Chain

  • remy-cointreau-logo

  • logo-point-p

  • Alternance – Chargé(e) de projets Supply Chain H/F

  • logo-legrand

Merci messieurs pour vos témoignages et votre investissement dans ce projet.


Sources :

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

France Supply Chain by Aslog décerne deux Prix du Meilleur Article en Supply Chain Durable pour récompenser des travaux sur les jumeaux numériques de smart cities et l’impact positif des technologies de l’industrie 4.0 pour la tenue des objectifs de développement durable

Depuis 2022, France Supply Chain collabore avec l’Association Internationale de Recherche en Logistique et Supply Chain Management (AIRL-SCM) afin de récompenser une publication scientifique apportant une contribution significative dans le domaine de la Supply Chain durable. Cette année, le jury n’a pu départager les 2 derniers papiers en lice tant ils méritaient à eux deux la récompense, sur des thèmes bien distincts mais fondamentaux.

Une démonstration de l’impact des technologies de l’industrie 4.0 sur chacun des processus du modèle SCOR pour construire la supply chain 4.0

Les auteurs affirment que les technologies de l’industrie 4.0 sont la capacité d’innovation qui devrait être soutenue pour faire passer les supply chains de leur modèle linéaire, connu pour sa forte consommation d’énergie et de ressources, à un modèle circulaire où la technologie remplace les intermédiaires et conduit les opérations vers la durabilité et l’efficacité.

Ils relient les capacités résultantes de cette transformation à l’atteinte potentielle des objectifs de développement durable (ODD).

Des preuves de l’efficacité des jumeaux numériques cognitifs pour la livraison du dernier kilomètre

Cet article examine le problème de la gestion du stationnement du Transport de marchandises (FPMP) pour la livraison du dernier kilomètre dans le contexte des villes intelligentes où les objets sont gérés par des jumeaux numériques.

Les résultats suggèrent :

une meilleure efficacité logistique 

une réduction des externalités négatives 

de nouveaux services commerciaux potentiels pour les prestataires de services logistiques

de nouvelles informations de gestion pour les urbanistes et décideurs municipaux

Ce papier présente également une étude de cas sur la livraison de colis à Paris utilisant la plateforme Thing in the future (Thing’in) de Orange France afin de démontrer une application réelle de cette approche.

Un prix pour développer la collaboration entre mondes académique et professionnel

L’idée de ce concours est née du rapprochement de deux associations de la logistique et du Supply Chain management. L’une rassemble des chercheurs francophones (AIRL-SCM), l’autre des professionnels et des écoles (France Supply Chain), mais toutes deux sont convaincues de la nécessité d’un dialogue et d’actions communes pour faire de la Supply Chain un levier vers un monde durable.

Cette récompense concerne les enseignants-chercheurs ayant publiés un article en français ou en anglais et dont les résultats peuvent avoir un impact via une application pratique ou par son potentiel à influencer sur des décisions en entreprise ou dans des organismes publics. Le caractère innovant de la recherche est également un critère cher aux organisateurs. Preuve de la relation privilégiée entre praticiens et scientifiques, France Supply Chain a remis son prix lors du gala annuel de l’AIRL-SCM qui se tenait le 30 mai 2024 à l’aquarium de La Rochelle.

Retrouver les articles gagnants :

Introducing a framework toward sustainability goals in a supply chain 4.0 ecosystem
par Saoussane Srhir, Anicia Jaegler et Jairo R. Montoya-Torres de Kedge Business School, France et School of Engineering de Universidad de La Sabana, Colombia.

Cognitive digital twins for freight parking management in last mile delivery under smart cities paradigm
par Yu Liu, Shenle Pan Thierry Coupaye, Pauline Folz, Fano Ramparany et Sébastien Bolle de Mines Paris, PSL University, Centre for Management Science (CGS), i3 UMR CNRS, France et Orange Innovation, France.


À propos de France Supply Chain

La communauté FRANCE SUPPLY CHAIN BY Aslog agit pour renforcer l’impact de la Supply Chain dans la compétitivité des entreprises et en faire un levier pour un monde plus durable. L’association fédère en France et à l’International, 450 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, des Grandes Écoles et des organismes de formation. Ce réseau de 5000 membres, professionnels, enseignants-chercheurs et étudiants met en commun idées et expériences afin d’apporter des solutions concrètes aux acteurs de la Supply Chain.

Contact Presse

Elorri Thicoïpé – Responsable Communication
elorri@francesupplychain.org
06 21 28 82 74

Le Mensuel de la Supply Chain #17

Retrouvez ce mois-ci :

  • Rencontre FSC – Listes européennes
  • Objectif #FemmesenSupplyChain
  • Vos priorités en intralogistique
  • Le « juste » emballage
  • Ce qui vous attend dans les prochains mois

Manifeste pour une supply chain

MANIFESTE POUR UNE SUPPLY CHAIN FRUGALE ET DÉSIRABLE

L’avez-vous lu ?

Bienvenue à nos nouveaux membres de chez FINDLE et EFESO qui nous ont rejoints depuis notre dernière newsletter.

France Supply Chain interpelle les candidats aux européennes pour la mise en œuvre d’une stratégie européenne d’intégration des expertises de la Supply Chain, « Supply Chain Experts »

Dans les coulisses

Projet Influence, rôle de la Supply Chain comme vecteur structurant pour la conduite de politiques publiques

Dans le cadre de son projet « Influence », le COMEX de France Supply Chain a convié ce jeudi 16 mai 2024 les principales listes aux élections européennes afin de débattre du rôle de la Supply Chain comme vecteur structurant pour la conduite de politiques publiques.

Découvrir l’appel de l’association et les réponses des candidats

À l’affiche

  • Panel mixte au SITL 2024

    Métamorphoses avec Elles : les voix du changement

    Les voies du changement, cela commence aussi par la parité, la complémentarité entre l’homme et la femme. Cet article revient sur les initiatives importantes et inspirantes partagées lors d’une table ronde du SITL 2024 par des professionnels de la Supply Chain et de la logistique.

    Consulter l’article et le replay

  • supply-chain-circulaire

    Sécuriser son intralogistique : vos priorités en 2024

    Le baromètre 2024 des attentes et priorités de l’écosystème logistique et des industriels en matière d’intralogistique est disponible pour nos membres !

    Découvrir les résultats de l’enquête (disponible en anglais)

  • France Supply Chain devient membre du CONSEIL NATIONAL DE L’EMBALLAGE (CNE)

    Ce qui signifient que tous nos membres peuvent :
  • accéder à leurs publications et notes de tendances directement sur leur site;

  • assister à leurs évènements (Concours emballé 5.0, pack et petits-déjeuners) ;
  • participer aux travaux communs au sein de la communauté emballage et conditionnement FSC et des groupes de travail du CNE.
Valérie Macrez, Directrice Générale de FRANCE SUPPLY CHAIN rappelle les raisons de ce rapprochement :

Valérie Macrez

En 2023, à la demande de membres, nous avons monté une communauté d’entraide et de partage dédiée aux enjeux de l’Emballage et du Conditionnement. Cette communauté est une émanation de notre LAB SupplyChain4Good qui travaille sur tous les sujets de durabilité. Il nous est apparu primordial de mettre en contact les professionnels de l’emballage, de la distribution, de la production, de la recherche, etc. afin de faire avancer les réflexions sur le sujet particulier de l’emballage, et qui mieux que le CNE pour enrichir nos connaissances voire œuvrer de conserve ?

Les prochaines séances

DATES A PAS MANQUER

RISC, inspirer, oser, de nouveaux modèles vers une Supply chain Frugale et Désirable le 5 décembre 2024

  • [Salon]

    24/05

    ISLI FORUM : 32e édition

  • [Conférence]

    24/05

    Décarbonation de la Supply Chain, les défis de l’entrepôt et du transport maritime

  • [Salon]

    29/05

    SELFI

  • [Lab]

    29/05

    ETI PME

  • [Congrès]

    29-31/05

    Rencontres de l’AIRL-SCM 2024

  • [Forum]

    30/05

    Recrutement des apprentis IAE Paris-Sorbonne

  • [Gala]

    30/05

    des directeurs Supply Chain

  • [Table ronde]

    31/05

    Supply Chain & résilience entre professionnels et chercheurs

  • [Réunion]

    04/06

    Communauté des femmes en Supply Chain

  • [Afterwork]

    06/06

    alternants et professionnels membres

  • [Atelier]

    17/06

    Supply Chain Circulaire : témoignages de chargeurs #2

  • 19/06

    Top logistics Europe 2024

  • [Congrès]

    05/12

    RISC 2024 – Rencontres Internationales de la Supply Chain

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain

4 offres d’emploi et plus de 40 CV de candidats, mis à jour chaque semaine sont disponibles sur le site

Découvrir

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Métamorphoses avec Elles : les voix du changement

Les voies du changement, cela commence aussi par la parité, la complémentarité entre l’homme et la femme. Cet article revient sur les initiatives importantes et inspirantes partagées lors d’une table ronde du SITL 2024 par des professionnels de la Supply Chain et de la logistique.

  • Sabine Vu

    Fondatrice-présidente de l’association

  • Olga Alexandrova

    Directrice déléguée au pôle « terrestre »

  • Marie Defrance

    adjointe à la présidente déléguée de la CSIAM, et membre du conseil d’administration de Femmes en mouvement

    Logo CSIAM

  • Marie-Laure Furgala

    directrice de l’ISLI au sein de la Global Supply Chain de Kedge Business School, en charge de la communauté des femmes de France Supply Chain

  • Jean-Christophe Machet

    Directeur général de FM Logistic

Comment attirer plus de femmes en Supply Chain et logistique ?

4% des conducteurs sont des femmes

En France, en 2023,

Marie Defrance : On estime qu’en France, il y a une pénurie d’environ 60 000 conducteurs-conductrices. Or, la décarbonation peut être une opportunité pour recruter plus de femmes conductrices de poids lourd, et notamment dans le cadre de l’électrification des poids lourds.

Les poids lourds électriques amènent une amélioration des conditions de travail, ce qui peut attirer plus de femmes :

  • Absence de vibrations sous le siège, puisqu’il n’y a plus de moteur thermique;

  • Plus de bruit dans la cabine;
  • Et aussi, pour les camions de la logistique urbaine qui laissent tourner leur moteur thermique, le chauffeur descend sa livraison sont exposés aux risques chimiques.

Pour compléter, pour ce qui est des initiatives des constructeurs, on peut parler de l’amélioration de la cabine, du lit, et puis les toilettes et un lavabo offrent de nouvelles conditions d’hygiène et de sécurité. On voit aussi que des solutions plus inclusives pour les femmes, elles seraient aussi bénéfiques pour les hommes.

Une table ronde à découvrir en intégralité en replay

Et en entrepôt ?

JC Machet : Quand il faut parfois porter des charges, nos collaborateurs, sont équipés d’exosquelettes, d’outils d’aide à la charge, que ce soit hommes ou femmes. Mais donc, nos métiers, qui sont de plus en plus équipés, peuvent accueillir autant des femmes que des hommes sur la manutention.

Marie Defrance : Parmi les constructeurs adhérents de l’ACIAM, il y a de nombreuses initiatives et d’indicateurs qui sont mis en place pour faire progresser les femmes, des actions de mentoring, de coaching, de formation, pour faire aussi évoluer les femmes au sein des entreprises. Donc je pense que c’est un secteur qui bouge sur le sujet des femmes et de la diversité des parcours.

JC Machet : La supply chain est un terrain de jeu extraordinaire pour accueillir les talents de demain. Et en fait, aujourd’hui, je m’excuse presque de parler des femmes dans la supply chain. Dans la supply chain, on a besoin de talents. Il faut travailler sur l’attractivité des métiers, sans distinction de genre.

L’exemple inspirant de FM Logistic

Femmes en supply chain

les femmes représentent 20% de l’effectif et 18,5% dans la branche transport et logistique

Dans l’ensemble du secteur des transports,

JC Machet : Là où on a un vrai challenge, c’est sur les jobs qui sont postés qui sont souvent couverts par des hommes. Donc là, nous, il faut qu’on progresse dans nos entreprises pour faire en sorte de trouver des aménagements qui feront que ces postes-là soient aussi accueillants et possibles d’accès pour nos collaboratrices à tout moment de la journée.

Donc, des positions mises en avant, des référentes. Et puis, dans très peu de temps, on va débuter une formation qui sera réservée pour nos collaboratrices. Parce que je crois qu’il n’y a rien de tel qu’un mouvement collectif qui va donner envie à certains, qui va rassurer, qui va encourager.

C’est la complémentarité de tous les profils. Il faut parler de diversité davantage que simplement de genre. La diversité va faire que les entreprises seront solides, fortes et résilientes, et qu’on vivra dans un collectif où chacun se sent bien.

Effectivement, la logistique, les entrepôts, le transport, ce ne sont pas des métiers où l’on imagine voir beaucoup de collaboratrices. Et pourtant, l’idée si elle était juste il y a 30 ans n’est plus vraie aujourd’hui chez nous.

Il y a 49 % de collaboratrices chez FM. Le chiffre est éloquent et j’ai envie de dire, mais c’est juste normal puisque dans un secteur où on recrute, dans un secteur où on a une dynamique de développement, dans un secteur qui se réinvente en intégrant de nouveaux métiers, de l’automatisation, qui va chercher de nouvelles compétences comme l’informatique, comme la data, comme l’analyse, comme effectivement aussi les notions de développement durable. Malheureusement, je dois reconnaître, au niveau des cadres, nous sommes à 41 %, mais à nouveau, c’est au-delà des idées reçues. Et j’ai envie de communiquer, moi, sur ces informations positives.

On a besoin de toutes les compétences et c’est juste impensable chez FM qu’on ne puisse pas aller recruter dans 100 % du potentiel.

Les difficultés de la formation et du sourcing des talents

Femmes en supply chain

le nombre de femmes qui sont rentrées, qui ont postulé en école d’ingénieur a baissé de 6%

En 2023,

M.L. Furgala : je ne suis pas à la parité dans le sourcing de mes étudiants. Je suis à 70 % d’hommes, 30 % de femmes. C’est un petit peu moins déséquilibré sur la partie internationale. J’ai plus de femmes avec des profils internationaux qui viennent dans mon master. Néanmoins, je constate effectivement chaque année une érosion des profils de type ingénieur qui pèse à peu près pour 30 % de mon recrutement.

La Suisse est en train de mettre en avant un projet 2030, parce qu’ils ont bien conscience que s’ils ne recrutent pas suffisamment de personnes en logistique et supply chain, ça sera un frein au développement économique du pays. Il serait temps que la France se bouge à ce niveau-là.

C’est un marché qui recrute et on manque de bras, il faut recruter, et on manque d’attractivité. Et c’est vrai que chez France Supply Chain, on y travaille beaucoup. Rendre attractif un métier méconnu, un métier qu’on a toujours du mal à expliquer à son entourage.

Des solutions à penser différemment par le monde

M.L. Furgala : Et pourquoi aussi c’est important qu’on ait des femmes dans ce métier ? Parce que sinon, les outils qui vont être mis en place vont être genrés. Vous avez parlé de l’intelligence artificielle. Si les femmes ne participent pas à l’élaboration de ces outils, eh bien les outils d’intelligence artificielle seront genrés.

Et donc ça va être une boucle, mais qui ne sera pas vertueuse. Ça va être une boucle qui ne va pas aller dans le bon sens. Donc il faut qu’on travaille notre attractivité au sens large. On ne peut pas se passer de la moitié de la population dans le monde.

Les étrangers l’ont beaucoup plus compris que nous. Il y a beaucoup plus de femmes dans des pays autres que la France

JC Machet : Alors là, on partage des réalités un peu différentes et on voit que la culture donne une certaine impulsion. On a effectivement le ratio que je vous ai dit au niveau du groupe, 49 %, le regard est un peu différent d’un pays à l’autre. On a plus de 50 % de collaboratrices, par exemple, en Pologne. Et chez nos managers aussi, c’est-à-dire qu’on a beaucoup de cadres et de managers femmes en Pologne.

Mais beaucoup de pays sont dits matriarcaux, de mon point de vue. Et par contre, il y a d’autres pays où on a encore beaucoup de choses à faire. Nous sommes en Inde. Et là, par contre, on a un taux de féminisation de l’emploi qui est extrêmement faible, moins de 10 % de collaboratrices.

Qu’est-ce que l’on fait, par exemple, pour accompagner ce mouvement, puisque c’était une de vos questions ?

Nous avons ouvert une classe, avec la fondation du groupe et avec l’implication de nos collaborateurs, pour ramener et réaccueillir les jeunes filles qui avaient été déscolarisées pour qu’elles puissent remonter dans le train. Parce que dans une famille en Inde et dans d’autres pays, les enfants sont aussi parfois des sources de revenus pour le foyer.

Pourquoi une communauté des femmes en Supply Chain ?

Femmes en supply chain

39 % selon le dernier rapport Gartner de 2023 et se raréfie sur les postes exécutifs à 26 %

La part des femmes en supply chain n’est que de

M.L. Furgala : On se sentait un petit peu seules. On avait besoin de pouvoir échanger, d’avoir un réseau. Et donc cette communauté, elle a répondu à un besoin. Et parmi les actions qu’on a développées, la notion de rôle modèle a primé. Cette jeune génération, elle a besoin de s’identifier, elle a besoin de savoir que c’est possible.

Et le meilleur moyen de leur démontrer ça, c’est de leur mettre en avant des profils inspirants. Donc on a mis en place des webinars inspirants avec des femmes qui ont des postes de direction en Supply Chain et où il n’y a aucune question de tabou, y compris sur la gestion de la vie personnelle, la vie professionnelle, la mixité et la faisabilité de mixité des deux.

J’insiste sur l’importance d’être bien accompagnée quand on est à des postes à responsabilité, parce qu’effectivement, les enfants, ça se partage au niveau de la responsabilité. Et ça passe aussi par ces rôles modèles-là des parents vis-à-vis de la nouvelle génération qu’on est en train de former.

Ce que l’on voudrait développer maintenant, c’est des outils pour aider ces femmes dans leur quotidien à réseauter, à prendre confiance en elles et à se développer pour qu’on soit un peu plus présentes au comex des entreprises, puisque c’est un métier, c’est un élévateur social, mais encore faut-il avoir de la représentativité au niveau des comités de direction.

Marie Defrance : Je pense que les rôles modèles sont très importants pour se projeter sur un parcours, pour casser aussi les stéréotypes de genre, surtout dans nos domaines du transport et de la logistique, et pour essayer, en fait, d’ouvrir le champ des possibles métiers pour les femmes dans ce secteur.

Créons des équipes et des collectifs

qui seront riches de leurs différences de genre et pas que

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Pour aller plus loin
  • Webinar Inspirant : tête à tête avec la Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton

    Valérie Dubois, Directrice Industrielle

    En savoir plus

  • Témoignages de Femmes Inspirantes : retour sur le 2e webinar

    La communauté des femmes en Supply Chain s’est attaquée à l’enjeu de visibilité de nos métiers auprès de leurs consœurs.

    En savoir plus

  • Témoignages de Femmes Inspirantes – Episode #1

    Les participantes et participants ont découvert des femmes authentiques, accessibles et inspirantes.

    En savoir plus

Lire la suite

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      S'abonner      I      Contact      I      Plan du site