Auteur : webm@ster

Roi de la Supply Chain : les 8 finalistes de l’opus 2021 ont été sélectionnés

Sur 19 dossiers, le Jury composé de Directrices et Directeurs Supply Chain a désigné les 8 finalistes pour 2021.
En 2020, MG2+ gagnant des Rois de la Supply Chain a été accompagné et soutenu par France Supply Chain, pour défendre ses couleurs aux ELA Awards. Le projet y a remporté le prix de « La meilleure présentation ».

Cette année encore, France Supply Chain, partenaire de Supply Chain Magazine et membre fondateur de l’ ELA soutiendra le gagnant des Rois de la Supply Chain au niveau européen.

Tous ces projets sont résolument tournés vers l’innovation, l’optimisation et le développement durable. De beaux projets à suivre et à promouvoir avec fierté.

Présentation des résultats du baromètre – service à la livraison, réalité sur les attentes des français

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU BAROMÈTRE

SERVICE À LA LIVRAISON : RÉALITÉS SUR LE SATTENTES DES FRANÇAIS
3e ÉDITION

Mardi 1er décembre 2020

rendez-vous en ligne de 10h30 à 12h


SprintProject, en partenariat avec DB Schenker, FM Logistic, GS1 France et Savoye ont le plaisir de vous convier à la présentation des résultats du baromètre « Services à la livraison : Réalités sur les attentes des Français – 3e édition », réalisé par l’Institut d’études OpinionWay.

Pour la 3e année consécutive, cette étude menée auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, permet d’analyser de manière qualitative et quantitative, l’évolution des usages et attentes des Français en matière de services à la livraison depuis 2018. Cette nouvelle édition, riche d’enseignements intègre par ailleurs des résultats percutants sur l’évolution des comportements en pleine crise du Coronavirus.

Je m’inscris

L’association France Supply Chain appelle de ses vœux une coordination nationale de la Supply Chain Vaccins.

Préparons efficacement le débarquement des millions de vaccins contre la Covid-19 !

Définir une politique publique de vaccination contre la Covid-19 est une chose, s’assurer de sa bonne exécution en est une autre. Face à la complexité de la livraison de millions de doses, seule une coordination nationale et transversale, assurera une campagne de vaccination fluide. L’association France Supply Chain propose son aide aux Pouvoirs Publics et préconise la création d’un conseil national de la Supply Chain Vaccins. Fort de relais locaux, il rassemblerait, sans silos, pouvoirs publics, prestataires logistiques, industriels et entreprises technologiques.

Risques de files d’attentes, ruptures de doses, stocks commandés non utilisés, trafic de vaccins par des personnes mal intentionnées… Jamais la bonne exécution d’une politique publique n’aura été aussi cruciale. Choisir le ou les vaccins les plus efficaces, arbitrer quels seront les bénéficiaires prioritaires et à quel rythme est un volet majeur d’une politique publique. Mais s’assurer de la capacité collective de tous les intervenants à tenir le rythme pour les administrer, sur tout le territoire, en est le deuxième. Essentiel.

Car le défi est colossal, le chantier énorme, le risque d’embouteillage explosif pour une population déjà en « mal être » chronique.

Posons les chiffres. Si on prend l’hypothèse de cibler 60% des 65 millions de Français soit 39 millions de personnes. Si le vaccin est administré en deux fois, à trois semaines d’écart, cela représente donc 78 millions d’injections de doses à réaliser. Sur trois mois, 866 000 injections par jour devront être effectuées et sur quatre mois, 650 000.

Pour donner une idée, actuellement entre 2 millions et 2,5 millions de tests PCR/antigéniques sont réalisés par semaine. Cette cadence a nécessité plusieurs mois. Rappelons-nous des queues de trois heures devant les laboratoires !

Ajoutons à cela la complexité de gérer plusieurs vaccins (six ont déjà fait l’objet d’un contrat) avec deux incertitudes majeures : leur nature (conservation à -70°C pour au moins l’un d’entre eux) et les dates de disponibilité.

La maitrise de la vaccination sur tout le territoire passe par la coordination de tous les acteurs, et ils sont nombreux, dans ce que l’on pourrait appeler la Supply Chain Vaccins.

Cette coordination passe par un pilotage et une approche globale comme le font les géants de l’industrie ou du commerce avec un véritable plan industriel et commercial. Tous ces acteurs ont un point commun : ils partent de la demande et non de l’offre et travaillent par-delà leurs silos.

Cette démarche contre intuitive, de planification en remontant le flux, est la seule qui fonctionne. Pour l’heure, la variable “demande” semble en cours de définition : non seulement concernant le nombre de Français à vacciner et en combien de temps, mais aussi quels seront les personnes prioritaires : les soignants, les personnes à risque, les étudiants qui vont passer un examen ?…

Seul le besoin effectif permettra de dimensionner les moyens. Pour atteindre ces publics divers, quels seront les moyens de diffusion (la médecine de ville, les hôpitaux, des hôpitaux de campagne gérés par l’armée…) ainsi que les contraintes de stockage et de conservation ?

Remontons d’un cran : où seront positionnés les stocks, viendront-ils directement de sites de production proches des lieux de vaccination ? Quelle devront être les conditions de respect de la chaîne du froid dans les différents entrepôts ? Et à partir de là, quels seront les moyens de transports et de répartition les plus appropriés ?

Plusieurs entreprises de logistique ont mis en place des taskforces pour organiser leurs moyens et proposer des réponses au défi de l’approvisionnement massif.

France Supply Chain appelle de ses vœux une coordination nationale de la Supply Chain Vaccins.


D’envergure nationale, cette coordination est cruciale à trois niveaux :

  • Pilotage de la demande : combien, où et à quel rythme (2 injections en 3 semaines)
  • Pilotage de l’acheminement vers les points d’administration du vaccin
  • Pilotage de l’approvisionnement

Cette coordination nationale doit avoir ses relais, eux-mêmes bien coordonnés : Agences Régionales de Santé, préfets, médecine de ville, partenaires du monde du transport…

Enfin, les solutions digitales sont essentielles pour assurer ce pilotage transversal complexe et son exécution. Nous ne sommes pas en flux tendus mais dans le domaine des imprévus où il faut s’adapter en permanence.

“Pour bien gérer et fluidifier l’administration du vaccin dans notre pays, la France doit réunir ses meilleurs professionnels afin de préparer, organiser et piloter la vaccination sur tout le territoire.” affirme Yann de Feraudy, Président de France Supply Chain. “Avec la crise sanitaire, la Supply Chain Made in France a révélé encore plus son rôle stratégique et sa capacité de réaction. Les experts de France Supply Chain proposent leur appui au ministère de la santé et se tiennent à disposition autant que de besoin pour définir le cadre opérationnel. Donnons-nous ensemble tous les moyens de combattre l’incertitude. Notre seule ambition est de contribuer à ce que l’administration de vaccins se déroule parfaitement bien.”


À propos de France Supply Chain

Dans un monde de plus en plus complexe, faire de la Supply Chain un levier pour un monde plus durable est un enjeu essentiel pour toutes les entreprises. C’est pourquoi France Supply Chain apporte des solutions pertinentes à tous les acteurs de la Supply Chain, grâce à son réseau de 450 entreprises affiliées et une démarche reposant sur l’intelligence collective.

Contact presse : CLC Communications

Gilles Senneville et Laurence Bachelot

01 42 93 04 04 
g.senneville@clccom.com
l.bachelot@clccom.com 

L’association France Supply Chain édite le 1er guide des formations supply chain en France

Face au manque de visibilité et d’informations complètes sur les différents cursus de formations dédiés aux métiers de la Supply Chain, ce guide inédit propose aux décideurs en entreprise, un panorama exhaustif de l’offre actuelle des formations dispensées sur le territoire national. Objectif : les aider aux recrutements des talents spécialisés.

Depuis de nombreuses années, la Supply Chain s’est imposée au cœur de l’économie française et de la stratégie des entreprises. De fait, sous tension, le secteur de la Supply Chain recrute chaque année et propose à tous les diplômés des rémunérations en hausse constante.

Néanmoins, les métiers de la Supply Chain restent méconnus. Extrêmement variés, de plus en plus techniques, ils couvrent l’ensemble de la chaîne de valeur : achats, approvisionnement, planification, de production, prévisions, entreposage, préparation de commandes, transports ou livraisons etc…

Parmi ses missions, l’association France Supply Chain s’est fixée comme priorité la promotion des métiers et des emplois de la Supply Chain, ainsi que le développement des formations via des relations plus proches avec les écoles, les universités et les centres de recherche.

Dans ce cadre, fort d’un travail d’inventaire, de rencontres et d’analyses, France Supply Chain propose aujourd’hui le 1er Guide des formations Supply Chain en France.

Cet outil inédit a été pensé et conçu pour aider les entreprises et les recruteurs en proposant :

  • Une photographie la plus exhaustive possible de l’offre de formations Supply Chain en France.
  • Des informations détaillées, en adéquation avec le processus de recrutement, accompagnées de commentaires de l’association sur les spécificités de chaque cursus.
  • Une grille de lecture simple et rapide pour appréhender les contours de chaque cursus et comparer les formations.

Xavier DERYCKE, Directeur Supply Chain Europe Groupe Rexel et membre du Conseil d’Administration et du Comex de France Supply Chain précise l’ambition du guide dont il a dirigé la réalisation : “En 2020, il est beaucoup plus sûr et utile pour une entreprise d’embaucher un jeune diplômé réellement formé en Supply Chain que celui issu d’une formation généraliste universitaire, ou d’une grande école alors que les métiers sont devenus très précis et pointus. Partant de ce constat, et face au manque criant d’informations, réaliser un guide s’est imposé à l’esprit pour aider non pas les étudiants, mais les entreprises leurs dirigeants, les jeunes ou les séniors en Supply Chain, les directions Ressources Humaines, la direction formation, bref les décideurs en entreprise qui sont bien légitimes à être guidés.”

Pour disposer du Guide des Formations France Supply Chain, suivre le lien suivant :


À propos de France Supply Chain

Dans un monde de plus en plus complexe, faire de la Supply Chain un levier pour un monde plus durable est un enjeu essentiel pour toutes les entreprises. C’est pourquoi France Supply Chain apporte des solutions pertinentes à tous les acteurs de la Supply Chain, grâce à son réseau de 450 entreprises affiliées et une démarche reposant sur l’intelligence collective.

Contact presse : CLC Communications

Gilles Senneville et Laurence Bachelot

01 42 93 04 04 
g.senneville@clccom.com
l.bachelot@clccom.com 

Réaction de France Supply Chain face aux conditions de travail rencontrées par les entreprises du transport routier de marchandises et de la logistique

Depuis quelques jours, et le retour au confinement sur tout le territoire national, les conducteurs routiers, qui jouent un rôle vital pour maintenir le flux d’approvisionnement vers l’ensemble de la population française, sont de nouveaux confrontés à des conditions de travail très dégradées. 

En cause, la limitation d’accès aux lieux d’aisances sanitaires et de confort, ainsi que la fermeture d’un très grand nombre d’aires de repos et de points de restauration sur les différents réseaux routiers. 

En tant que représentant de tous les professionnels de la Supply Chain, dont font partie les entreprises de Transport de marchandises et de la Logistique, l’association FRANCE SUPPLY CHAIN s’associe au mot d’ordre collectif de solidarité et de respect pour les conducteurs, lancé par les associations et fédérations professionnelles, sous la bannière #OnRoulePourVous.


À propos de France Supply Chain

Dans un monde de plus en plus complexe, faire de la Supply Chain un levier pour un monde plus durable est un enjeu essentiel pour toutes les entreprises. C’est pourquoi France Supply Chain apporte des solutions pertinentes à tous les acteurs de la Supply Chain, grâce à son réseau de 450 entreprises affiliées et une démarche reposant sur l’intelligence collective.

Contact presse : CLC Communications

Gilles Senneville et Laurence Bachelot

01 42 93 04 04 
g.senneville@clccom.com
l.bachelot@clccom.com 

3e semaine SAP Digital Supply Chain & Industry 4.0 — Experience weeks

SAP Digital Supply Chain & Industry 4.0

Experience weeks

Du 16 au 20 Novembre 2020

toutes les sessions pour Industrie 4.0, Production !


Le rendez-vous digital de SAP pour la Supply Chain et l’Industrie 4.0

Découvrir le programme

Je m’inscris

  • Mardi 17 novembre

    11h30 – 12h30

    Table ronde “Industrie 4.0 : Comment concilier agilité et efficacité ?” animée par Stéphane Bellec, journaliste spécialisé mandaté par l’Usine Nouvelle Live.

  • Mercredi 18 novembre

    12h00

    Keynote Expert SAP – La Production au Cœur de l’Industrie 4.0

  • Mercredi 18 novembre

    après-midi

    Avis d’expert de 30 minutes animés par nos partenaires 13h30 :

    • avec MICROSOFT – Hololens 2 au service de vos nouveaux défis industriels.
    • 14h30 : avec SOPRA STERIA – Quel outillage pour une gestion de configuration réellement intégrée ?
    • 15h30 : avec ACCENTURE – Architecture hybride : MES et Data platform Cloud.
    • 16h30 : avec WYNSYS – Pilote d’atelier.
    • 17h30 : avec BEARINGPOINT – Les prérequis pour une transformation 4.0 et digitale en industrie.
  • Jeudi 19 novembre

    matinée

    Retours d’expérience – sessions animées par nos partenaires :

    • 8h30 : avec BEARINGPOINT – Le Process Mining en remplacement des cartographies VSM, le Lean passe au 4.0.
    • 9h30 : avec SOPRA STERIA – Airbus digitalise ses ateliers de production avec la solution SAP Manufacturing Execution. Alexandre Sizaret, Head of Production System Efficiency & Manufacturing Digitalisation, AIRBUS
    • 10h30 : avec ACCENTURE – Next stage with Model plant Oscar Bolaños, Group Industrial/Manufacturing Vice President, FAURECIA
    • 11h30 : avec WYNSYS – Manufacturing Performance – témoignage SANOFI Khaoula Chaieb, ITS MII Architect / eOEE Scrum Master, SANOFI
    • 12h30 : avec MICROSOFT – La réalité mixte par l’usage avec Airbus. Fabien Dumon, Mix Reality Capability Leader, AIRBUS
  • Jeudi 19 novembre

    de 14h00 à 17h45

    N’oubliez pas de planifiez vos rendez-vous avec un expert ! ACCENTURE, BEARINGPOINT, MICROSOFT, SOPRA STERIA, WYNSYS et SAP

    Prendre rendez -vous

  • Vendredi 20 novembre

    12h00

    Table ronde ” Les grandes opportunités de l’Industrie 4.0 “ animée par Stéphane Bellec, journaliste spécialisé mandaté par l’Usine Nouvelle Live

Live Webinar VIVE LE PAYBACK

Live WEBINAR France Supply Chain by Aslog

VIVE LE PAYBACK : comment la RPA améliore la productivité et la Bottom-Line

Le vendredi 20 novembre 2020

de 9h à 10h30


Les solutions RPA (Automatisation Robotique des Processus) dégagent les collaborateurs des tâches répétitives (sources d’erreurs), qui peuvent ainsi se concentrer sur les missions à forte valeur ajoutée.

Pour les entreprises de tous secteurs, ces solutions offrent une réduction des coûts et génère un ROI rapide. Les applications en Supply Chain sont multiples.

Nous vous proposons de partager les expériences et d’échanger autour de 2 cas concrets de mise en œuvre de solutions RPA sur les processus de ‘’Order2Cash’’ et de pilotage de projets Supply Chain.

Pour un réveil écologique enquête sur les engagements écologiques des entreprises du luxe et des cosmétiques

Nous étions les premiers à leur donner la parole lors des RISC 2019 : la Supply Chain pour une satisfaction durable et responsable, après le lancement de leur manifeste « Pour un réveil écologique » en septembre 2018. Aujourd’hui ce collectif « Pour un réveil écologique » publie les résultats d’une enquête sur les engagements écologiques de quatre grands groupes français du secteur du luxe et des cosmétiques : L’Oréal, LVMH, Kering et Rocher.

Avec plus de 30000 signataires pour leur manifeste, ce n’était que le point de départ pour le collectif. L’envie des étudiants et jeunes diplômés, de travailler pour un employeur responsable écologiquement et socialement, est encore plus forte dans le contexte actuel. Le collectif a donc enquêté sur les engagements écologiques de grands groupes français par le biais d’un questionnaire. L’objectif est de faire un état des lieux des politiques écologiques mise en place et les comparer pour chaque secteur. Ils ont également pu compter sur la coopération de professionnels pour compléter leur enquête.

Quatre enseignements principaux ressortent de l’examen des stratégies environnementales des groupes L’Oréal, LVMH, Kering et Rocher :

La réduction de l’impact écologique est certes extrêmement importante pour la préservation de l’environnement, l’intérêt financier reste encore le premier facteur déclenchant de la démarche

Certains groupes mettent au point des outils d’évaluation d’impact mais leur portée reste assez faible. Les actions peu couteuses sont privilégiées face à un changement drastique de la politique de l’entreprise

La formation des collaborateurs sur les enjeux écologiques est encore trop peu mise en avant

Le secteur du luxe et de la cosmétique possède un avantage avec des savoir-faire régionaux et l’utilisation de matière première responsable

Retrouvez l’étude « LES GRANDS GROUPES DU SECTEUR DU LUXE ET DES COSMÉTIQUES SONT-ILS À LA HAUTEUR DE L’URGENCE ÉCOLOGIQUE ? » en détail sur le site du collectif « Pour un réveil écologique ».

L’ASLOG, le Club Déméter et l’Institut du Commerce créent E.VO.L.U.E

Les trois organisations militantes souhaitent collaborer à la structuration d’un engagement pragmatique pour une logistique urbaine efficiente orientée vers la Smart City.

Une meilleure efficacité doublée d’une plus grande représentativité sont les deux ambitions de cette collaboration. L’ASLOG, le Club Déméter et l’Institut du Commerce partagent le même constat : la distribution urbaine représente un enjeu majeur tant pour les pouvoirs publics que pour les acteurs économiques. Il y a urgence à structurer les démarches participatives qui associent ces deux parties prenantes pour développer des modèles efficients, tant sur le plan des opérations et de l’empreinte environnementale, que sur le plan de la réalité économique. Les trois instances s’unissent autour d’un même objectif : un modèle de logistique urbaine RSE.

Cette dynamique a été baptisée EVOLUE, soit Engagement VOlontaire pour une Logistique Urbaine Efficiente. Un engagement volontaire qui n’est donc pas figé et qui a pour ambition de fusionner les énergies des trois organisations et de mobiliser ses membres avec efficacité. L’objectif est de pouvoir construire des passerelles avec des territoires afin de déployer des solutions responsables.

La démarche EVOLUE va se nourrir des initiatives qui existent au sein de l’ASLOG, de l’Institut du Commerce ou du Club Déméter qui travaillent déjà sur le sujet. Réunir les travaux et parler d’une seule voix tend à rendre aussi plus crédible chacune des démarches à venir.

Les 4 leviers pour la mise en œuvre de solutions concrètes :

Data & Optimisation

Organisation de la chaîne d’approvisionnement

Moyens opérationnels & humains

Espaces de livraisons / infrastructures

Les étapes de mise en œuvre :

CONNAÎTRE : collecter des données afin d’avoir en priorité une base de connaissance sur le territoire étudié

AGIR : suggérer des expérimentations et les valoriser sur l’ensemble des externalités négatives connues : GES, polluants, bruit, accidentologie, congestion

COMPRENDRE :analyser les données, faire émerger les pistes potentielles en lien avec le territoire (collectivités, acteurs locaux, etc.)

PÉRENNISER : structurer un cadre d’engagement qui permet à la collectivité de reconnaitre les efforts entrepris par les opérateurs, les donneurs d’ordre et les prestataires vertueux

L’intralogistique au service de la performance

Le 17 octobre dernier, la commission Intralogistique a organisé, en partenariat avec le Grand Paris Sud, une journée de partage des meilleures pratiques en matière d’intralogistique.

La matinée a été ponctuée de conférences de divers intervenants :

  • Isabelle HAUTANT, Directrice et Pierre VEYER, Manager chez Argon Consulting
  • Vincent RICCI, Business Development Director, Supply Chain France, XPO Logistics
  • Justine BAIN-THOUVEREZ, avocate spécialisée en droit de l’énergie pour LLC Avocats & Associés
  • Franck LAMAS, Directeur R&D bâtiments logistiques au groupe IDEC

Les échanges se sont poursuivis l’après-midi par deux visites de sites : Sarenza et Showroom Privé.


L’automatisation,
au service du e-commerce

L’intralogistique est au cœur du développement du e-commerce. Les activités de picking pour des commandes individuelles sont beaucoup plus complexes que pour les commandes traditionnelles à la palette. L’automatisation influe tout particulièrement sur l’atteinte des performances.

L’augmentation capitalistique qui accompagne les projets d’automatisation conduisent à automatiser avec discernement, en sélectionnant les activités à fort enjeux sans chercher à tout automatiser. En particulier, la robotisation est appropriée pour les activités de picking et de préparation de commande en e-commerce, alors que les technologies traditionnelles sont souvent appropriées pour la logistique B2B traditionnelle (ie par palette).

Sponsorship, réalisme, implication des différents acteurs sont autant de facteurs essentiels à des projets complexes : projet d’entreprise, acteurs alignés, convictions partagées.

Un mini sondage proposé aux participants a mis en évidence les préoccupations usuellement rencontrées lors des projets d’investissement :

Qu’est-ce qui vous freine aujourd’hui pour lancer un projet de mécanisation ?


4 fondamentaux
pour une bonne implantation

Lors de sa présentation, Vincent Ricci a partagé 4 principes fondamentaux pour automatiser son entrepôt :

  • Être obsédé par la satisfaction client
  • Trouver du temps et de l’argent pour accéder aux nouvelles technologies
  • Maîtriser les data
  • Opérer les innovations

Satisfaction client

De nombreuses contraintes pèsent sur la Supply Chain pour répondre aux besoins clients, que ce soit B2B ou B2C :

Nouvelles technologies

Pour une entreprise logistique comme XPO, l’investissement dans les solutions technologiques représente 550 M$/an – ce qui reste bien moins que les investissements dans l’IT réalisés par les pure players.

La combinaison d’outils de gestion des transports (TMS) et d’entrepôts (WMS) est un must.

Utiliser la data

Les données ont un rôle central dans l’automatisation et l’optimisation des ressources, comme par exemple la captation des données via des IoT ou par l’intégration avec divers systèmes amont, combiner des données pour mieux prévoir la demande et saturer au mieux les capacités, faciliter les interactions avec les collaborateurs (mobiles) ou les robots pour bénéficier au mieux des automatismes.

Innovations

Les principales innovations portent sur des domaines tels que l’usine 4.0, les logiciels de gestion de commande, l’optimisation environnementale des emballages, automatisation des entrepôts… Il est également judicieux de faire appel à des 3PL qui ont la capacité de réaliser et rentabiliser les investissements nécessaires dans les technologies.

Avec ces solutions se profilent par exemple la réinternalisation des activités textiles à faible taux de MO, qui permettront la réalisation de petites productions au plus près pour optimiser les enjeux environnementaux.


Intégrer
la performance énergétique

Selon Franck Lamas, la performance énergétique est de plus en plus inscrite dans les entreprises, notamment avec la réglementation RT 2012-2020.

En revanche, les bâtiments vont être amené à consommer davantage, sous la contrainte du recours à l’automatisation, des recharges de véhicules électriques, de l’amélioration du confort du personnel avec des bâtiments plus éclairés, plus chauffés…

La réduction durable des consommations passe donc par un changement de politique énergétique. Les solutions performantes et durables existent, aux entreprises de mettre la performance énergétique au cœur de leurs préoccupations.

En termes d’énergies renouvelables, le photovoltaïque est très adapté aux entrepôts frigorifiques, avec un ROI même dans les régions peu ensoleillées. Cette technologie est appuyée par de nouvelles règlementations qui conduisent les entreprises à équiper leurs bâtiments de dispositifs photovoltaïques ou de toitures végétalisés. L’obligation est déjà en vigueur pour les nouvelles constructions supérieures à 1 000m²

Le chauffage représente une part croissante de la consommation des bâtiments, avec des technologies qui n’ont pas progressées depuis de nombreuses années. La géothermie est une solution très performante pour le chauffage des entrepôts avec en moyenne une diminution de 60% des consommations.

  • 1
  • 2

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact