Skip to main content

Challenges Plan de Décarbonation : des ateliers privés inédits

« Réduire l’impact de sa logistique sur notre environnement et contribuer à atteindre la neutralité carbone nécessitent d’aller bien au-delà d’une vision encore trop dominante qui consiste à croire qu’une transition énergétique des poids lourds vers les biocarburants, l’électrique ou l’hydrogène seuls sont suffisants et que c’est aux transporteurs de régler tout le problème. » C’est ainsi que Yann Briand, l’un de nos 2 challengeurs résume le besoin de travailler ensemble à l’amélioration des stratégies de décarbonation des entreprises. Comment ? En partageant et en se remettant en question.

Depuis 2023, en petit comité privé, 3 ateliers engageants ont été menés dans le cadre du Lab SuppplyChain4Good de France Supply Chain en collaboration avec 2 think tanks. Apprenez-en plus grâce à l’interview croisée de leurs experts.

  • Photo de Yann Briand

    Yann BRIAND

    Chief Scientific Officer – Deep Decarbonization Pathways (DDP) initiative Climate, Energy and Transport expert

    Logo IDDRI
    L’Iddri est un think tank qui facilite la transition vers le développement durable

  • Photo de Reuben Fisher

    Reuben FISHER

    Chef de Projet Fret

    Logo The Shift Project
    The Shift Project est un think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone

Pourquoi l’IDDRI et The Shift Project se sont-ils impliqués dans ces ateliers ?

Yann Briand

L’intérêt de ces échanges, c’est de construire un espace de confiance où les entreprises peuvent humblement présenter où elles en sont de leurs réflexions, expliquer leurs problématiques, et accepter les critiques. Ce qui nous rassemble doit être la volonté de s’améliorer et d’être encore plus performant. L’organisation de ces dialogues doit continuer à permettre cette liberté de ton qui fait sa force et permet d’éviter que cela devienne un exercice de communication entre-soi. Elle doit continuer à rassembler des directeurs Supply Chains, mais aussi des directeurs RSE, achats, commercial, et même CFO, et leurs équipes !


Reuben Fisher

Les challenges de décarbonation sont l’occasion pour les entreprises participantes de partager quelque chose de critique — comment concilier la volonté économique (profits, croissance) avec les impératifs énergétiques et climatiques. En effet, notre point de vue au Shift Project est que les limites physiques telles que la quantité d’énergie disponible à un moment donné, ou la quantité totale de gaz à effet de serre dans l’atmosphère sont encore plus contraignantes que des concepts économiques.

Groupe de dirigeant dans les locaux Avril

Atelier dans les locaux du Groupe Avril

Que signifie « partager son plan de décarbonation » pour les entreprises que vous challengez ?

Reuben Fisher

Les entreprises expliquent comment elles se transforment pour rendre leurs activités et services pérennes dans les décennies qui viennent, et à court terme nous utilisons différentes grilles de lecture pour cela. D’entrée, si les chiffres clefs de l’entreprise ne font pas mention de l’énergie ou des émissions, cela donne l’impression que l’entreprise pense pouvoir fonctionner « hors sol », sans besoin d’énergie, sans émettre de gaz à effet de serre. Quand les « one pager » des entreprises comporteront ces informations, au même niveau & au même titre que le CA, l’EBITDA, le nombre de collaborateurs-rices ou les sites à travers le monde, nous aurons franchi un pas intéressant !

Pour entrer plus dans le détail, ensuite on s’intéresse à la valorisation du CO2 par l’entreprise — applique-t-elle un prix interne à la tonne de CO2, & si oui dans quels contextes — que les investissements ou aussi pour les achats courants ? Est-ce que le prix est le même que pour les émissions évitées ? Sinon quelle est la logique derrière la différence ? En allant plus loin, nous avons vu des résultats financiers d’entreprises qui étaient présentés déduction faite de l’impact financier du CO2.


Yann Briand

Cela signifie que les entreprises doivent partager les principales transformations qu’elles souhaitent mettre en œuvre et surtout les conditions qu’elles mettent en place pour y arriver ! Par exemple, cela peut nécessiter de requestionner avec ses fournisseurs et ses clients, les organisations logistiques propres à chaque chaîne de valeur et à chacun, qui limitent les possibles choix logistiques pour sortir du tout camion entre autres. Il faut changer les contraintes des services logistiques de coût et de délai entre autres. Cela peut nécessiter aussi de revoir ses stratégies d’achat et commerciale pour repenser les produits et la localisation de ces fournisseurs et clients afin de réduire les quantités, le poids ou les volumes utilisés et également les distances à parcourir entre la matière première et le client final. En bref, réduire les émissions du transport de marchandises nécessite des actions fortes des chargeurs en partenariat avec leurs logisticiens et transporteurs, jusqu’à l’implication des fournisseurs et clients finaux !

La bonne prise en considération et la mise en œuvre de ces transformations nécessite d’adopter une perspective de long terme allant bien au-delà de 5 à 10 ans pour comprendre nos limites et être à même de considérer ces changements plus structurels, mais nécessaires à l’atteinte de la neutralité carbone. Qui plus est, la problématique complexe que les entreprises et tout décideur doit affronter aujourd’hui, c’est que ces changements organisationnels, complémentaires aux changements technologiques, doivent être amorcés dès aujourd’hui, mais porteront leur fruit parfois seulement plusieurs années après, et qu’ils auront un impact sur la distribution de la valeur au sein de l’entreprise et parfois au sein de la chaine de valeur.

Deux experts think tank qui regardent 2 challengers

Les experts des 2 think tanks et 2 challengeuses : Pénélope Laigo, Sustainability & QHSE Group Director FM Logistic Corporate et Lucie Aitsahalia, Responsable Énergie et Environnement Groupe FM Logistic

Quels sont les éléments critiques à aborder en dehors du calcul CO2 ?

Yann Briand

Pour mieux comprendre comment les décisions peuvent changer, nous discutons et continuerons à discuter avec la diversité d’entreprises de France Supply Chain (chargeurs, logisticiens et transporteurs) sur le fait de :

  • adopter une stratégie systémique alliant transformations technologiques et organisationnelles ;
  • penser à 2050 pour revisiter la cohérence des choix pour les 5 prochaines années.

Reuben Fisher

Globalement, en dehors de la consommation des bâtiments, la consommation énergétique est assez peu suivie, à la fois en termes de quantité totale, ainsi que les types d’énergies utilisées. C’est assez surprenant pour un secteur dont la dépendance aux énergies fossiles liquides est flagrante, car un récent rapport du Shift (pour le ministère des armées) indique une baisse de plusieurs dizaines de % de la quantité de pétrole disponible d’ici 2050. C’est dire s’il est critique d’anticiper & d’entamer la transformation énergétique dès aujourd’hui, faute de quoi des entreprises risquent de se trouver comme des actifs échoués dans le monde sous forte contrainte énergétique qui se profile.

Félicitations aux 8 entreprises s’étant prêtées aux jeux jusqu’ici :

  • RENAULT_GROUP_LOGO_FULL_NOIR_RVB

  • michelin-logo-transparent

  • Logo_DB_Schenker

  • Directeur de Projets Supply Chain

  • remy-cointreau-logo

  • logo-point-p

  • Alternance – Chargé(e) de projets Supply Chain H/F

  • logo-legrand

Merci messieurs pour vos témoignages et votre investissement dans ce projet.


Sources :

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Métamorphoses avec Elles : les voix du changement

Les voies du changement, cela commence aussi par la parité, la complémentarité entre l’homme et la femme. Cet article revient sur les initiatives importantes et inspirantes partagées lors d’une table ronde du SITL 2024 par des professionnels de la Supply Chain et de la logistique.

  • Sabine Vu

    Fondatrice-présidente de l’association

  • Olga Alexandrova

    Directrice déléguée au pôle « terrestre »

  • Marie Defrance

    adjointe à la présidente déléguée de la CSIAM, et membre du conseil d’administration de Femmes en mouvement

    Logo CSIAM

  • Marie-Laure Furgala

    directrice de l’ISLI au sein de la Global Supply Chain de Kedge Business School, en charge de la communauté des femmes de France Supply Chain

  • Jean-Christophe Machet

    Directeur général de FM Logistic

Comment attirer plus de femmes en Supply Chain et logistique ?

4% des conducteurs sont des femmes

En France, en 2023,

Marie Defrance : On estime qu’en France, il y a une pénurie d’environ 60 000 conducteurs-conductrices. Or, la décarbonation peut être une opportunité pour recruter plus de femmes conductrices de poids lourd, et notamment dans le cadre de l’électrification des poids lourds.

Les poids lourds électriques amènent une amélioration des conditions de travail, ce qui peut attirer plus de femmes :

  • Absence de vibrations sous le siège, puisqu’il n’y a plus de moteur thermique;

  • Plus de bruit dans la cabine;
  • Et aussi, pour les camions de la logistique urbaine qui laissent tourner leur moteur thermique, le chauffeur descend sa livraison sont exposés aux risques chimiques.

Pour compléter, pour ce qui est des initiatives des constructeurs, on peut parler de l’amélioration de la cabine, du lit, et puis les toilettes et un lavabo offrent de nouvelles conditions d’hygiène et de sécurité. On voit aussi que des solutions plus inclusives pour les femmes, elles seraient aussi bénéfiques pour les hommes.

Une table ronde à découvrir en intégralité en replay

Et en entrepôt ?

JC Machet : Quand il faut parfois porter des charges, nos collaborateurs, sont équipés d’exosquelettes, d’outils d’aide à la charge, que ce soit hommes ou femmes. Mais donc, nos métiers, qui sont de plus en plus équipés, peuvent accueillir autant des femmes que des hommes sur la manutention.

Marie Defrance : Parmi les constructeurs adhérents de l’ACIAM, il y a de nombreuses initiatives et d’indicateurs qui sont mis en place pour faire progresser les femmes, des actions de mentoring, de coaching, de formation, pour faire aussi évoluer les femmes au sein des entreprises. Donc je pense que c’est un secteur qui bouge sur le sujet des femmes et de la diversité des parcours.

JC Machet : La supply chain est un terrain de jeu extraordinaire pour accueillir les talents de demain. Et en fait, aujourd’hui, je m’excuse presque de parler des femmes dans la supply chain. Dans la supply chain, on a besoin de talents. Il faut travailler sur l’attractivité des métiers, sans distinction de genre.

L’exemple inspirant de FM Logistic

Femmes en supply chain

les femmes représentent 20% de l’effectif et 18,5% dans la branche transport et logistique

Dans l’ensemble du secteur des transports,

JC Machet : Là où on a un vrai challenge, c’est sur les jobs qui sont postés qui sont souvent couverts par des hommes. Donc là, nous, il faut qu’on progresse dans nos entreprises pour faire en sorte de trouver des aménagements qui feront que ces postes-là soient aussi accueillants et possibles d’accès pour nos collaboratrices à tout moment de la journée.

Donc, des positions mises en avant, des référentes. Et puis, dans très peu de temps, on va débuter une formation qui sera réservée pour nos collaboratrices. Parce que je crois qu’il n’y a rien de tel qu’un mouvement collectif qui va donner envie à certains, qui va rassurer, qui va encourager.

C’est la complémentarité de tous les profils. Il faut parler de diversité davantage que simplement de genre. La diversité va faire que les entreprises seront solides, fortes et résilientes, et qu’on vivra dans un collectif où chacun se sent bien.

Effectivement, la logistique, les entrepôts, le transport, ce ne sont pas des métiers où l’on imagine voir beaucoup de collaboratrices. Et pourtant, l’idée si elle était juste il y a 30 ans n’est plus vraie aujourd’hui chez nous.

Il y a 49 % de collaboratrices chez FM. Le chiffre est éloquent et j’ai envie de dire, mais c’est juste normal puisque dans un secteur où on recrute, dans un secteur où on a une dynamique de développement, dans un secteur qui se réinvente en intégrant de nouveaux métiers, de l’automatisation, qui va chercher de nouvelles compétences comme l’informatique, comme la data, comme l’analyse, comme effectivement aussi les notions de développement durable. Malheureusement, je dois reconnaître, au niveau des cadres, nous sommes à 41 %, mais à nouveau, c’est au-delà des idées reçues. Et j’ai envie de communiquer, moi, sur ces informations positives.

On a besoin de toutes les compétences et c’est juste impensable chez FM qu’on ne puisse pas aller recruter dans 100 % du potentiel.

Les difficultés de la formation et du sourcing des talents

Femmes en supply chain

le nombre de femmes qui sont rentrées, qui ont postulé en école d’ingénieur a baissé de 6%

En 2023,

M.L. Furgala : je ne suis pas à la parité dans le sourcing de mes étudiants. Je suis à 70 % d’hommes, 30 % de femmes. C’est un petit peu moins déséquilibré sur la partie internationale. J’ai plus de femmes avec des profils internationaux qui viennent dans mon master. Néanmoins, je constate effectivement chaque année une érosion des profils de type ingénieur qui pèse à peu près pour 30 % de mon recrutement.

La Suisse est en train de mettre en avant un projet 2030, parce qu’ils ont bien conscience que s’ils ne recrutent pas suffisamment de personnes en logistique et supply chain, ça sera un frein au développement économique du pays. Il serait temps que la France se bouge à ce niveau-là.

C’est un marché qui recrute et on manque de bras, il faut recruter, et on manque d’attractivité. Et c’est vrai que chez France Supply Chain, on y travaille beaucoup. Rendre attractif un métier méconnu, un métier qu’on a toujours du mal à expliquer à son entourage.

Des solutions à penser différemment par le monde

M.L. Furgala : Et pourquoi aussi c’est important qu’on ait des femmes dans ce métier ? Parce que sinon, les outils qui vont être mis en place vont être genrés. Vous avez parlé de l’intelligence artificielle. Si les femmes ne participent pas à l’élaboration de ces outils, eh bien les outils d’intelligence artificielle seront genrés.

Et donc ça va être une boucle, mais qui ne sera pas vertueuse. Ça va être une boucle qui ne va pas aller dans le bon sens. Donc il faut qu’on travaille notre attractivité au sens large. On ne peut pas se passer de la moitié de la population dans le monde.

Les étrangers l’ont beaucoup plus compris que nous. Il y a beaucoup plus de femmes dans des pays autres que la France

JC Machet : Alors là, on partage des réalités un peu différentes et on voit que la culture donne une certaine impulsion. On a effectivement le ratio que je vous ai dit au niveau du groupe, 49 %, le regard est un peu différent d’un pays à l’autre. On a plus de 50 % de collaboratrices, par exemple, en Pologne. Et chez nos managers aussi, c’est-à-dire qu’on a beaucoup de cadres et de managers femmes en Pologne.

Mais beaucoup de pays sont dits matriarcaux, de mon point de vue. Et par contre, il y a d’autres pays où on a encore beaucoup de choses à faire. Nous sommes en Inde. Et là, par contre, on a un taux de féminisation de l’emploi qui est extrêmement faible, moins de 10 % de collaboratrices.

Qu’est-ce que l’on fait, par exemple, pour accompagner ce mouvement, puisque c’était une de vos questions ?

Nous avons ouvert une classe, avec la fondation du groupe et avec l’implication de nos collaborateurs, pour ramener et réaccueillir les jeunes filles qui avaient été déscolarisées pour qu’elles puissent remonter dans le train. Parce que dans une famille en Inde et dans d’autres pays, les enfants sont aussi parfois des sources de revenus pour le foyer.

Pourquoi une communauté des femmes en Supply Chain ?

Femmes en supply chain

39 % selon le dernier rapport Gartner de 2023 et se raréfie sur les postes exécutifs à 26 %

La part des femmes en supply chain n’est que de

M.L. Furgala : On se sentait un petit peu seules. On avait besoin de pouvoir échanger, d’avoir un réseau. Et donc cette communauté, elle a répondu à un besoin. Et parmi les actions qu’on a développées, la notion de rôle modèle a primé. Cette jeune génération, elle a besoin de s’identifier, elle a besoin de savoir que c’est possible.

Et le meilleur moyen de leur démontrer ça, c’est de leur mettre en avant des profils inspirants. Donc on a mis en place des webinars inspirants avec des femmes qui ont des postes de direction en Supply Chain et où il n’y a aucune question de tabou, y compris sur la gestion de la vie personnelle, la vie professionnelle, la mixité et la faisabilité de mixité des deux.

J’insiste sur l’importance d’être bien accompagnée quand on est à des postes à responsabilité, parce qu’effectivement, les enfants, ça se partage au niveau de la responsabilité. Et ça passe aussi par ces rôles modèles-là des parents vis-à-vis de la nouvelle génération qu’on est en train de former.

Ce que l’on voudrait développer maintenant, c’est des outils pour aider ces femmes dans leur quotidien à réseauter, à prendre confiance en elles et à se développer pour qu’on soit un peu plus présentes au comex des entreprises, puisque c’est un métier, c’est un élévateur social, mais encore faut-il avoir de la représentativité au niveau des comités de direction.

Marie Defrance : Je pense que les rôles modèles sont très importants pour se projeter sur un parcours, pour casser aussi les stéréotypes de genre, surtout dans nos domaines du transport et de la logistique, et pour essayer, en fait, d’ouvrir le champ des possibles métiers pour les femmes dans ce secteur.

Créons des équipes et des collectifs

qui seront riches de leurs différences de genre et pas que

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Pour aller plus loin
  • Webinar Inspirant : tête à tête avec la Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton

    Valérie Dubois, Directrice Industrielle

    En savoir plus

  • Témoignages de Femmes Inspirantes : retour sur le 2e webinar

    La communauté des femmes en Supply Chain s’est attaquée à l’enjeu de visibilité de nos métiers auprès de leurs consœurs.

    En savoir plus

  • Témoignages de Femmes Inspirantes – Episode #1

    Les participantes et participants ont découvert des femmes authentiques, accessibles et inspirantes.

    En savoir plus

Lire la suite

France Supply Chain interpelle les candidats aux européennes pour la mise en œuvre d’une stratégie européenne d’intégration des expertises de la Supply Chain, «Supply Chain Experts»

Dans le cadre de son projet « Influence », le COMEX de France Supply Chain a convié ce jeudi 16 mai 2024 les principales listes aux élections européennes afin de débattre du rôle de la Supply Chain comme vecteur structurant pour la conduite de politiques publiques.

La Supply Chain, c’est quoi et pour quoi ?

La notion de Supply Chain reste encore abstraite pour le grand public et dans les médias. Elle s’apparente à la logistique, elle-même trop souvent limitée au transport et au stockage. La Supply Chain gère les flux de produits, les flux d’information, les flux financiers, les infrastructures physiques et les organisations humaines.

Elle est stratégique pour la conduite de politiques publiques et l’atteinte des objectifs de transformation, de résilience et de souveraineté. Rappelons que la Supply Chain couvre plus de 80 % du bilan carbone d’une entreprise.

Pendant des années, en optimisant les flux, la Supply Chain a permis la mondialisation tout en sous-estimant ou en n’intégrant pas les impacts qu’elle génère sur les habitants et la planète. En recherchant toujours plus d’agilité́ et de réactivité́, engageant toujours plus de matières premières, plus de kilomètres, plus d’énergie fossile, plus d’impacts1 et en créant toujours plus de fragilité comme on le constate avec des évènements successifs impactant nos économies et même la protection de nos concitoyens.

En réponse à cette dérive sans lendemain, France Supply Chain publiait en 2021 son premier Manifeste. La dernière mise à jour de ce plaidoyer a été publiée en décembre 2023 (Manifeste pour une Supply Chain frugale et désirable).

L’appel de France Supply Chain : «Supply Chain Experts»

Notre engagement est clair : nos Supply Chains doivent devenir durablement frugales et positives, c’est-à-dire sobres pour produire le juste nécessaire, optimiser les flux, réduire les énergies fossiles et être porteuses de valeurs fortes reposant sur la collaboration, la solidarité2 et le sens de nos métiers. Ainsi elles contribueront à consolider les chaînes organisationnelles des entreprises et de la société.

En ce sens notre association, forte de son expérience issue de sa longue histoire, de son engagement européen au sein de l’association ELA — European Logistics Association et de l’expertise de ses très nombreux membres propose aux candidats aux élections européennes de partager ces enjeux.

La communauté France Supply Chain milite pour la mise en œuvre d’une stratégie européenne d’intégration des expertises de la Supply Chain coordonnée à l’échelle de l’Union Européenne, comme le font les États-Unis avec le Council on Supply Chain Resilience3 et la Chine avec le B.R.I. (Belt and road initiative)4. Une prise en compte au plus haut niveau permettrait de faire face aux crises qui s’annoncent et de soutenir les performances économiques et environnementales des pays, au service de l’intérêt commun.

La rencontre sera relayée par la presse dans les prochains jours afin de diffuser le besoin de prise en compte par chacun de l’importance que revêt la Supply Chain dans l’organisation des chaînes de valeur et l’absolue nécessité que l’Union Européenne construise et mette en œuvre une stratégie européenne de souveraineté fondée sur la maîtrise des Supply Chains.


1 Il est couramment admis que 80% des impacts environnementaux viennent de la Supply Chain, comme par exemple le démontrent les travaux de Kering https://kering-group.opendatasoft.com/pages/report/

2 https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2023/11/27/fact-sheet-president-biden-announces-new-actions-to-strengthen-americas-supply-chains-lower-costs-for-families-and-secure-key-sectors/

3 https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/la-maison-blanche-se-transforme-en-tour-de-controle-des-chaines-dapprovisionnement-2037487

4 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/routes-de-la-soie

Les premiers résultats concrets pour une Logistique Urbaine Plus Efficiente racontés par les acteurs du projet E.VO.L.U.E

Christelle Seiller, Directrice Mobilité GPSO, Xavier Hua, Directeur Général l’Institut du Commerce, Gaëlle Quéré, Directrice RSE – Distribution et Express GEODIS, Tariel Chamerois, Head of Sustainability France & Maghreb DB Schenker, Jean-Baptiste Derdoy, Manager Mobility PTV Logistics et Nathalie Woock, Cheffe du service « Fret et entreprises de transport» Région Île-de-France absente ce jour

Découvrez l’histoire d’E.VO.L.U.E au travers des témoignages des 5 intervenants de notre conférence au SITL 2024.

Comment cela s’est-il passé ? À quoi aboutit-on aujourd’hui ? Et surtout, comment le projet peut-il continuer dans les prochains mois ou années ?

Un projet pilote régional et multi acteurs

X.Hua : Donc E.VO.L.U.E, ça veut dire, engagement volontaire pour une logistique urbaine plus efficiente. Il s’agit d’une initiative dont je vais détailler un petit peu les contours et qui a démarré il y a à peu près deux ans.

Cette initiative privée au départ est à mettre au crédit de 3 associations. La première, ce n’est pas très bien, mais la première que je représente est l’Institut du Commerce. Les 2 autres associations que vous connaissez bien, le Club Déméter, qui anime la fresque de la logistique juste derrière. Et France Supply Chain qui est vraiment l’association de la Verticale Supply Chain tous secteurs confondus. Vous avez compris que ces 3 associations sont totalement complémentaires.

On a eu cette idée bizarre et étrange de travailler ensemble, de vouloir travailler ensemble et de mettre en commun finalement tout ce réseau de nos adhérents pour travailler sur une logistique urbaine plus efficiente.

Puis, au milieu c’est le territoire de test, le Grand Paris-Seine-Ouest et ses différentes communes. Cela représente 320000 habitants. Un territoire avec une étendue qui est à la fois très urbaine, par exemple Boulogne, Boulogne-Billancourt et des territoires un peu plus champêtres, on va dire. Marne-la-Coquette, tout à l’ouest de ce territoire. Et vous avez un fleuve au milieu, vous avez la Seine. Donc c’est un territoire qui est très représentatif avec des contraintes qui sont assez intéressantes pour la logistique urbaine.

Enfin, en dessous les sponsors et les partenaires techniques de ce projet :

  • La région Île-de-France

    qui subventionne cette initiative

  • LLC, associé avocat

    pour le cadrage juridique

  • PTV

    pour tout ce qui est traitement des données

  • SprintProject

    sur la gestion de projet et sur l’innovation

Les données : plus de 25 000 livraisons et ramasses sur le territoire de GPSO

X.Hua : Revenons une minute sur un point extrêmement important pour la suite, sur lequel on a passé beaucoup de temps : donner un cadre juridique totalement sécurisé pour que les contributeurs, entre autres DB Schenker et Geodis, mais d’autres également, puissent partager leurs données en toute confidentialité.

Le projet en tant que tel, pour ceux qui nous avaient suivis il y a 2 ans ou un peu plus, on avait présenté ce projet avec plusieurs phases. La première étant la collecte de données. Parce qu’il était extrêmement important de savoir ce qui se passe sur un territoire avec des contributeurs, avec des chargeurs, avec des acteurs économiques qui livrent des marchandises sur ce territoire.

Contribution d'EVOLUE pour le SITL 2024

3 contributeurs ont accepté de partager leur nom, Geodis, DB Shenker et Raja

Toutes ces données représentent 400 livraisons ou ramasses par jour. Cela représente quand même un volume qui est assez conséquent. On peut se dire, comme ça j’évite peut-être la question, oui c’est que 5 contributeurs, mais ça représente finalement un volume de données qui est tout à fait pertinent et sur lequel on a des résultats qui sont très intéressants à partager.

Les résultats et des solutions pour nos villes

JB. Derdoy : PTV logistics a pris en charge l’exploitation des données qui ont été transmises par les partenaires. On a récolté un total de plus de 25000 livraisons et ramasses sur le territoire de GPSO et on les a analysées. Grâce aux solutions logicielles, on a reconstitué les tournées, on a pu faire différentes analyses et on vous en présente deux principales ici.

La première approche : comment passer de 20% de ramasses et livraisons desservies à un meilleur taux et un meilleur niveau de service ?

Localisation

Sur le territoire de GPSO, il y a aujourd’hui 260 aires de stationnement qui sont représentées par les triangles jaunes. Elles permettent de desservir 5 000 livraisons dans une hypothèse d’aire de chalandise de 50 mètres. Donc il y a 5 000, c’est-à-dire 20% des livraisons et ramasses qui sont dans l’aire de chalandise d’une aire de stationnement sur le territoire aujourd’hui. À partir de ce constat, on a réalisé l’exercice d’augmenter l’offre en aire de livraison pour voir quel niveau de service on pouvait offrir aux livraisons et aux ramasses.

On a poussé l’exercice et on est allé jusqu’à 1000 aires de stationnement, on couvrirait 90% des livraisons et ramasses sur le territoire.

Le deuxième exercice : positionner 3 hubs urbains de manière pertinente sur le territoire

Evolue analyse les livraisons micro hub

On a aussi analysé les temps de parcours des véhicules de livraison. Les bouchons impactent relativement peu les tournées sur le territoire. En revanche, pour le déplacement du dépôt jusqu’à l’accessibilité du territoire, il y a un vrai enjeu. Pour pouvoir réaliser les livraisons et les dessertes à partir de 9h du matin, il faut partir tôt et être sur le réseau structurant d’Île-de-France pendant la pleine période de pointe.

C’est-à-dire de pouvoir couvrir le territoire mais aussi d’être sur des axes qui sont relativement accessibles pour la circulation routière. À partir de ces positions-là, on serait en mesure de desservir 95% des livraisons et ramasses sur le territoire, en respectant notamment la question des coupures urbaines et la Seine qui impose des contraintes en termes de circulation, avec une aire de chalandise théorique de 2 km.

Les témoignages de Géodis et DB Schenker

  • Guillemets ouvrants

    Quelles sont les stratégies que Géodis a pour la logistique urbaine ?

    « C’est un écosystème qu’on doit structurer pour arriver à améliorer notre logistique et réduire notre impact ensemble. » Gaëlle Quéré

  • Guillemets ouvrants

    Qu’est-ce que ces cartographies apportent à DB Schenker ?

    « ce projet il accompagne finalement la vision de la transformation de la chaîne de distribution des marchandises que nous gérons en donnant un éclairage certes fait par une équipe on va dire de droits privés mais qui quand même éclaire quand même le l’ensemble du paysage et qui pourra j’espère apporter une contribution aussi plus largement et éclaire finalement les pouvoirs locaux » Tariel Chamerois


Je dis qu’il n’y a pas de hub urbain mutualisé est-ce que c’est vrai ou est-ce que c’est faux ? Quelles sont les initiatives que vous portez ?

Quels enseignements pour le territoire ?

C. Seiller : Alors dans les enseignements très clairement nous ça nous a permis d’objectiver en fait un ressenti et de le quantifier. Pour bien faire il faudrait qu’on fasse quatre sur les aires de livraison, on s’aperçoit que les points de livraison sont extrêmement diffus. Là au moins j’ai la quantité et je sais que je ne vais pas y arriver c’est à dire que faire fois 4 sur les aires de livraison dans un milieu urbain déjà contraint c’est très compliqué on est confronté tous les jours à la nécessité d’utiliser l’espace de stationnement pour autre chose notamment à l’installation des bornes de recharge pour véhicules électriques, aujourd’hui c’est une pression assez forte qu’on a sur l’espace public et on a la même chose sur le stationnement vélo.

Faire des outils logistiques tactiques temporaires expérimentaux et se dire on fait la démonstration de l’utilité et après on se rend en capacité de pérenniser, de réserver du foncier de manière plus volontariste.

Comment aller plus loin ?

X. Hua : on a deux pistes en fait qui ont été identifiées la première avec le territoire gpso avec les acteurs ici présents sur cette notion de hub urbain mutualisé car on s’est aperçu qu’il n’y avait pas finalement d’initiatives, de réalisation concrète de hub urbain mutualisé entre plusieurs acteurs économiques et opérés par plusieurs prestataires.

L’autre piste et qui était celle en fait poursuivie à l’origine de ce projet : modéliser une approche, une sorte de kit en fait, d’outils pour aller voir les collectivités en disant « si vous voulez gérer de la manière la plus efficace possible la logistique urbaine dans votre territoire, on vous apporte en fait toute une méthodologie ».

On est prêt à tester cette méthodologie-là sur un autre territoire.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Pour aller plus loin
  • E.VO.L.U.E : LES PREMIERS RÉSULTATS CONCRETS POUR UNE LOGISTIQUE URBAINE PLUS EFFICIENTE

    France Supply Chain, le Club Déméter, et l’Institut du Commerce portent le projet E.VO.L.U.E.

    En savoir plus

  • POURQUOI ET COMMENT UTILISER LE GREEN RADAR SUPPLY CHAIN ?
    Cette publication répond aux attentes des entreprises qui ne souhaitent plus choisir entre compétitivité et durabilité.

    En savoir plus

  • FRANCE SUPPLY CHAIN DÉCERNE SON PRIX DU MEILLEUR ARTICLE EN SUPPLY CHAIN DURABLE
    «First and Last Miles by Cargo Bikes: Ecological Commitment or Economically Feasible? The Case of a Parcel Service Company in Paris»

    En savoir plus

Lire la suite

Supply Chain Day : France Supply Chain fait le point avec ses membres et annonce la couleur pour 2024

Pour cette exercice annuel, l’association, ses membres, partenaires et invités ont été accueillis à l’Orange Gardens, le campus d’Innovation d’Orange. Un lieu formidable pour revenir sur les faits marquants de 2023 et présenter les projets lancés ou attendus sur 2024. Au cours de cet évènement, l’association a toujours à cœur de promouvoir des entreprises innovantes qui partagent sa vision telles que Zéphyr & Borée, Skipper ou encore l’Agence du Don en Nature.

Les 3 annonces du Supply Chain Day 2024

Annie Saillard, Vice President Operation at Alstom Digital & Integrated Solutions est montée sur scène pour faire le point sur les communautés actives et annoncer le lancement d’une communauté planification pour répondre aux besoins d’échange et d’entraide de la profession. « C’est un sujet qui me tient à cœur, dans un monde de plus en volatile avec des crises à gérer, je pense que la planification doit être revisitée ».

Le 1er porte conteneur à voile

soutenu par la Shipper Coalition for a Low Carbon Maritime Transport (SCLCMT) entre prochainement dans sa phase de production.

Pour rappel, cette coalition est née il y a deux ans à l’initiative de 12 chargeurs et grâce à l’alliance de 2 associations majeures du secteur, France Supply Chain et l’Association des Utilisateurs de Transport de Fret (AUTF) et c’est la start up Zéphyr & Borée qui a remporté l’appel d’offres pour une liaison transatlantique hebdomadaire. Alain Goll, Supply Chain Sustainability and Transformation Leader at Adeo Services et secrétaire général de la coalition des chargeurs était sur scène aux côtés de Amaury BOLVIN, Co-fondateur et Directeur Général de Zéphyr & Borée pour annoncer la nouvelle. 

France Supply Chain s’associe avec des associations nationales et régionales afin de toucher plus d’ETI et PME et de les aider à transformer et faire maturer leur Supply Chain. Les acteurs impliqués dans ces partenariats en cours de construction sont :

partenaires-regionaux

Emmanuel GiouxSupplier Responsiveness Program Director chez L’Oréal et Christian Daudu, Président du Pôle d’Intelligence Logistique

63% des cadres de la supply chain ont reçu une augmentation cette année.

Quelques chiffres pour résumer les actions et résultats de 2023

Sébastien Sanchez, Managing Director chez Page Group a rappelé le succès de l’Étude des rémunérations des cadres en Supply Chain réalisée en collaboration avec Michael Page. Déjà 4000 téléchargements entre nos 2 sites web.

Découvrir la publication

C’est ensuite Marie-Laure Furgala, Directrice de l’ISLI MS/MSC de KEDGE BUSINESS SCHOOL en sa qualité de responsable de la communauté des #femmesensupplychain qui est montée à la tribune. Elle a rappelé l’importance de donner des rôles modèles féminins afin d’attirer, de retenir mais également de pousser  plus de femmes vers les directions Supply Chain et logistique.

  • 3 lives

    310 participants

    + 140 vues en replay

  • 3 articles

    710 lecteurs

femmes-supply-chain

Les webinars inspirants et leurs intervenantes

Découvrir ces femmes inspirantes

L’année dernière, le Lab Digital & Techno a beaucoup produit avec en particulier 4 livres blancs sur la data, la digitalisation du transport, le RPA et l’automatisation en entrepôt qui cumulent à ce jour près de 700 téléchargements, ainsi qu’une enquête sur les cas d’usage qui a permis au Lab d’affiner sa feuille de route 2024.

Retrouver les publications sur la banque de ressources avec le filtre “Innovation, Digitalisation & nouvelles techno”

Quid de 2024 ?

Les Richesses Humaines pour propulser la Supply Chain

Pour cette année, le Lab s’est lancé dans la rédaction d’un Guide de bonnes pratiques de l’onboarding et du suivi des alternants avec le soutien et la méthode de la chercheuse Blandine Ageron de l’Université de Grenoble. Une enquête qualitative a déjà été menée et sera bientôt complétée par un volet quantitatif grâce à un sondage auprès de nos membres.

Le prochain projet d’ampleur débutera en septembre : la mise à jour du Guide des Formations Supérieures en Supply Chain avec un objectif de publication en 2025. Une core team sera composée et bénéficiera du soutien d’un alternant France Supply Chain dédié au projet.

En vidéo et sur scène : Laurie Ziegler, Mathis Hebert, Alexandre de Luca, Mathieu Pouhal, Khalil Ghazouani, Maxime Bouquin, Inko Arandia

Le Lab Richesses Humaines et son prolongement, le Lab Jeunes ont encore et toujours pour mission de démocratiser l’image de la Supply Chain. Les étudiants-membres de l’association s’attèle ainsi à sensibiliser étudiants et lycéens directement dans les établissements ou via une communication active sur les réseaux sociaux.

Suivez le Lab Jeunes sur les réseaux sociaux

Les squads du Lab Digital et Technologies rencontrent leur public

Après 1 mois de réunions hebdomadaires (mensuelles pour l’intralog), l’équipe constate un engouement pour le nouveau format du Lab qui a vu ses effectifs doubler ! Plus agile, moins chronophage et avec des productions à court terme, très orienté cas d’usage. Les 1ers livrables sont d’ailleurs attendus dans 1 mois seulement.

Arnaud de Moissac, Co Founder – CEO de DCbrain, Jérôme Bour CEO / PDG, chez et Karine Louarn, consultante logistique chez EOL

Pour les squads en cours, nous avons concentrés les travaux sur 5 sujets, à la fois avec un objectif de production et de défrichage ou partage de connaissance : grille de maturité digitale, les données pour le suivi du CO2, le S&OP, l’IA générative et l’intra-logistique. Les prochains sujets seront décidés par les membres lors du prochain rendez-vous du Lab.

S’inscrire au Lab Digital et Techno du 26 avril

Des projets pour aller encore plus loin et plus vite en matière de RSE

Aimé-Frederic Rosenzweig, Expert Leader Supply Chain chez Groupe Renault, Camille Demarquilly VP Global Supply Chain Engineering chez Michelin, Pénélope Laigo, Group Sustainability & QHSE Director chez FM Logistic, Florence Mazaud, Sustainable Solutions Manager at Sightness, Anaïs Leblanc Partner – CSR, Sustainable Operations and Demand Driven Management chez Citwell, Reuben Fisher et Aurélie Delemarle

Pour la 1re fois, nous avons partagé en public les travaux menées conjointement avec The Shift Project et l’IDDRI. C’est Reuben Fischer qui a pris la parole pour expliquer l’intérêt des challenges de plan de décarbonation d’entreprises réalisé en comité restreint pour garantir la qualité et la confidentialité des échanges.

Reuben Fisher, Chef de projet Fret à The Shift Project. Il est aussi le Directeur RSE & Développement Durable chez HOPPS GROUP.

Autre projet fondamental et encore peu connu : la prospective ou l’étude de l’impact du changement climatique sur la Supply Chain. Un chantier mené par Aurélie Delemarle en charge chez Argon du Développement de la durabilité dans les process industriels et offre de produits et services qui consiste à construire des scénarios pour répondre aux crises attendues en 2040 (températures, stress hydrique, montée des eaux, biodiversité).

Enfin, Anaïs Leblanc a indiqué que les ateliers pour co-construire des Supply Chains circulaires démarreront en ce mois d’avril. Ce seront des rendez-vous en présentiel afin de profiter de l’expérience d’acteurs ayant déjà procédé à l’intégration de boucles à grande échelle dans leur Supply Chain et faire monter l’écosystème en compétences.

Un nouveau Conseil d’Administration aux manettes

Pour mener à bien notre mission nous avons la chance de pouvoir compter sur des membres engagés à nos côtés et notamment des administrateurs qui nous ont tous renouvelé leur confiance cette année. Deux nouveaux administrateurs rejoignent les rangs de la gouvernance répartie entre les 2 collèges :

  • Le collège 1

    fédérant les entreprises industrielles, entreprises de négoce et distribution, prestataires logistiques et structures de santé

  • Le collège 2

    représentant : prestataires de service, associations, fédérations, organismes de recherche et formation et Individuels

Bienvenue à
  • Henri de La Gravière

    Senior Vice President & Global Supply Chain

  • Sébastien Sanchez

    Managing Director

Découvrir la constitution du Conseil d’Administration

Merci à nos membres venus en nombre pour l’édition 2024 du Supply Chain Day au cours de laquelle s’est tenue notre Assemblée Générale, ainsi qu’à Lionel Benezech, Directeur Supply Chain d’Orange et à ses collaborateurs pour leur accueil. Cette journée fut l’occasion de remobiliser les forces vives de notre association autour d’une ambition commune : une Supply Chain frugale et désirable !

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Pour aller plus loin
  • L’aventure de Skipper, acteur engagé de la slowlogistique

    Revoir l’intervention de Fabien JOUVET, Président de Skipper et acteur de la slowlogistique

    En savoir plus

  • Comment soutenir l’Agence du Don en Nature ?

    Découvrez le témoignage d’Alexandra Vidal · Directrice Supply Chain d’ADN

    En savoir plus

Lire la suite

Quelles sont les voies du changement ? Retour sur le SITL 2024 — Salon International du Transport et de la Logistique

Cette année le SITL, et non plus la SITL, s’était fixé pour objectif de nous donner un aperçu de la logistique du futur. En tant que partenaire historique du salon, nous avons pris part à ce challenge en organisant ou en participant à de nombreuses tables rondes. Que faut-il retenir de ces 3 jours ? Voici un condensé des informations et nouveautés majeures.

Points d’alerte et convictions pour la Supply Chain de 2050

Lors de la conférence inaugurale, Anne-Marie Idrac, Présidente de FRANCE LOGISTIQUE, Mathieu Friedberg, Directeur Général chez CEVA Logistics et Jean-Thomas Schmitt, CEO chez Heppner ont partagé leur vision pour la Supply Chain du futur et la compétitivité de la France :

Partager la valeur

La solution passera par un partage du coût, des responsabilités et de la valeur entre chargeurs, logisticiens, clients et fournisseurs. « Dans 10-15 ans, la Supply Chain coûtera beaucoup plus cher » alerte Monsieur Friedberg.

  • Mixer les solutions

    pour décarboner

  • Les ports et le maillage territorial

    seront clé

  • Exploiter le potentiel massif de l’IA

    afin d’optimiser nos opérations et organisations

Une vision que France Supply Chain partage et à laquelle il faut ajouter une forte dimension humaine. Un article sera notamment dédié à la conférence #SITL24 – Métamorphoses avec elles : les voix du changement. Pour réaliser notre mission et nos ambitions, nous avons publié fin 2023 un “Manifeste pour une Supply Chain Frugale et Désirable”, riche de centaines de solutions et initiatives inspirantes.

Découvrir les 4 piliers du Manifeste

En savoir plus

SITL 2024

Inauguration du salon

Répondre au défi de la gestion du risque en Supply Chain

Lors de la conférence 50 nuances de risques animée par notre partenaire Wavestone, les co-leaders de la communauté des risques accompagnés de Luca Silippo, chief economist and strategy analyst de Geodis (retrouvez le replay de son keynote lors de notre congrès européen de 2023 en fin d’article) et Guillaume Walline de Prewave ont partagé leur expertise.

« Transformer l’urgence en structure, en système dans l’entreprise, c’est mon travail au quotidien »

Luca Silippo

Gérer le risque en Supply Chain est stratégique, les intervenants nous ont livré des exemples issus de leur pratique :

  • Remonter et recentrer la Supply Chain au CODIR afin d’obtenir la neutralité nécessaire à la prise décision. Par exemple, l’affectation de ressources dans le S&OP.

  • Créer un metaverse (ou jumeau numérique) industriel couplé à une control tower pour aider à la décision en quasi temps réel. Cette innovation intègre les informations de leurs 4000 fournisseurs de rang n-1, une partie de leurs 60 000 fournisseurs de rang N jusqu’aux 5000 points de vente client dans 130 pays (pour Renault).
  • Utiliser l’IA pour cartographier les réseaux et remonter les signaux faibles.
  • Calculer avant de décider ! Gérer le risque, c’est se baser sur une guidance quantitative. Le risque doit se résumer à un chiffre.

Un dernier conseil

Construire une Supply Chain anti-fragile, c’est-à-dire apprendre des crises pour être plus performant et plus que résilient, revenir à un point «améliorer». Une performance saine, durable et désirable.   

Grégoire VIALLON, Thierry BLEIN, Luca SILIPO et Guillaume WALINE

Lutter contre les idées reçues et la mauvaise image de la Supply Chain

Logo France travail

JOB DATING ET PARCOURS DE RECRUTEMENT

Grosse nouveauté, France Travail (ex Pôle Emploi) était présente afin de faire découvrir aux demandeurs d’emploi l’univers de la Supply Chain et de la Logistique ainsi que pour accompagner les entreprises dans leur recherche de talents. Une démarche à saluer tant nos métiers sont en tension et pâtissent d’un manque d’attractivité.

Aménagement du territoire

Yann DE FERAUDY, Gabriel SCHILLACI, Thomas STEINMULLER et Pedrouller MOREIRA

Les entrepôts ont mauvaise réputation et cristallise les débats pourtant ils ne représentent qu’environ 2 % de l’occupation des sols en France. Leur emplacement est stratégique pour les territoires, tant du point de vue économique (création d’emploi et de revenus) qu’environnemental (les poids lourds restent hors des villes, hub énergétique solaire, réserve d’eau via la récupération des eaux de pluie et réduction des émissions de GES liées au transport).

Lors de la conférence Warehouse location : a strategic choice for territories les intervenants ont appelé les pouvoirs publics à penser collectivement et intelligemment en intégrant à l’avenir tous les acteurs dans le cadre d’un projet d’implantation ou d’une nouvelle loi (référence à la Loi de zéro artificialisation).

Christelle Seiller – Directrice de la Mobilité de Grand Paris Seine Ouest (GPSO), Gaelle Quéré – Directrice RSE – Distribution et Express GEODIS, Tariel Chamerois – Head of Sustainability France & Maghreb DB Schenker, Xavier Hua – Directeur Général de l’Institut du Commerce, Jean-Baptiste Derdoy – Manager Mobility PTV Logistics et Nathalie Woock – Cheffe du service « Fret et entreprises de transport » de la Région Île-de-France

Nous avons tenu une autre conférence marquante en matière d’aménagement du territoire : E.VO.L.U.E : les premiers résultats concrets pour une Logistique Urbaine Plus Efficiente. Nous avons lancé ce projet aux côtés du Club Déméter et de l’Institut du Commerce afin de répondre aux enjeux majeurs de la logistique urbaine, à savoir massification des flux et exigence de durabilité. Nous y reviendrons au cours d’un articlé dédié.

Les pistes pour rendre la Supply Chain durable

Outils digitaux et nouvelles technologies

Nouvelles technologies

Parmi la large offre de solutions du salon, la recherche de performance semble être le critère roi : optimisation des flux, des opérations et des processus documentaires, automatisation, robotisation, etc. Heureusement, le programme des conférences et débats faisait la part belle à la décarbonation et à la circularité et les prix de l’innovation ont récompensé des offres apportant une réponse aux enjeux de la cyclo-logistique ou encore des éco-emballages.

À noter que le start up Village organisé par SprintProject concentrait de nombreuses innovations en matière de prévention de la pénibilité, transport à impact nul, calcul du bilan carbone via IA ou encore, production d’énergie verte sur bâtiment logistique. La grande gagnante du Start Up Contest 2024 est d’ailleurs la société marseillaise Deki ecologistic que nous avions déjà eu le plaisir de rencontrer lors du forum ISLI 2023 ! Son outil propose des tournées de livraison en ville optimisées suivant 3 critères, dits d’impacts minimums : émissions de GES, congestion et nuisances sonores.

Parmi la large offre de solutions du salon, la recherche de performance semble être le critère roi : optimisation des flux, des opérations et des processus documentaires, automatisation, robotisation, etc. Heureusement, le programme des conférences et débats faisait la part belle à la décarbonation et à la circularité et les prix de l’innovation ont récompensé des offres apportant une réponse aux enjeux de la cyclo-logistique ou encore des éco-emballages.

À noter que le start up Village organisé par SprintProject concentrait de nombreuses innovations en matière de prévention de la pénibilité, transport à impact nul, calcul du bilan carbone via IA ou encore, production d’énergie verte sur bâtiment logistique. La grande gagnante du Start Up Contest 2024 est d’ailleurs la société marseillaise Deki ecologistic que nous avions déjà eu le plaisir de rencontrer lors du forum ISLI 2023 ! Son outil propose des tournées de livraison en ville optimisées suivant 3 critères, dits d’impacts minimums : émissions de GES, congestion et nuisances sonores.

Supply Chain circulaire : repenser nos modèles

Cette conférence organisée par France Supply Chain a remporté un franc succès, preuve de l’intérêt des professionnels pour une transformation profonde de nos processus et business models. Grâce à l’expérience de l’industrie ferroviaire et les premiers travaux du Lab SupplyChain4Good, le public a pu découvrir plusieurs exemples concrets de mise en place de boucles de circularité :
  • Stratégie de récupération de minerais rares dans les équipements des rames, wagons et locomotives.
  • Maintenance industrielle et retrofit des rames de train, appelés « maintenance à 8 vies ».
  • Choix des matériaux et conception des structures ferroviaires simples et robustes.
  • Intégration du pilotage de la matière issue du réemploi au S&OP via un ratio perte/recyclage.
  • Tracking géographique et d’usage des pièces et matériels.
  • Mise en place d’un système de maintenance préventive basé sur l’IA.

Les Supply Chains linéaires, bien qu’optimisées touchent aux limites de nos ressources. Il existe de nombreuses autres pistes pour intégrer la circularité dans nos modèles organisationnels et adopter des comportements de consommation plus vertueux. Nous les creuserons lors du 2e atelier-témoignage dédié à la Supply Chain circulaire.

« La frugalité est l’une des vertus de l’économie circulaire »

François-Michel Lambert

Les intervenants : François-Michel Lambert, président de SOROA, vice-président de l’association interdisciplinaire pour la recherche en économie circulaire, Igor Bilimoff, Délégué Général de la Fédération Des Industries Ferroviaires, Yann de Feraudy, président de France Supply Chain et Anaïs Leblanc, partner Citwell

De l’Intelligence Artificielle à la General Intelligence

En ouverture du 2e jour du salon, Olivier Babeau fondateur de l’Institut Sapiens est monté sur la grande scène du SITL pour nous parler du futur à l’aune du passé et de l’histoire des grandes innovations.

« L’histoire de l’humanité, c’est l’histoire de l’accélération » alors comment s’adapter à des changements si rapides ? De nos jours, le cerveau est l’actif numéro 1, ce qui entraine une polarisation du pouvoir au profit de ceux possédant la technologie (en est pour preuve la cotation en bourse de NVidia, Apple ou Microsoft). Puis l’IA est apparue.

« Nous n’étions pas préparés à ce que le facteur capital et travail fusionne », désormais celui qui possède la meilleure IA a le pouvoir car elle améliore la performance, la qualité et réduit les coûts, à noter que ce que nous appelons aujourd’hui IA fait appel à une intelligence au sens américain du terme (intelligence en tant que traitement de la donnée). L’évolution exponentielle de l’IA nous mène vers un futur très proche dans lequel l’intelligence deviendra une « commodité », un futur où l’IA nous surpassera.

Intelligence artificielle

Représentation de l’évolution observée et attendue de l’Intelligence Artificielle

Alors quelle place pour l’être humain ?

Nous devrons nous hybrider avec la machine, devenir complémentaire et pour cela, nous former encore mieux et en continue afin d’éviter toute atrophie de nos capacités et toute possibilité de remplacement. Le spectacle vivant, les relations et les échanges entre humains vont reprendre de la valeur. L’économiste recommande donc de travailler son intelligence émotionnelle et sa communication.

En conclusion, le SITL 2024 a offert une vision éclairante de l’avenir de la logistique et de la Supply Chain. Les discussions ont souligné la nécessité d’une transformation profonde, allant de la collaboration accrue à la gestion des risques et à l’adoption de technologies innovantes telles que l’IA. Tout en abordant des enjeux cruciaux tels que la durabilité et la circularité, le salon a mis en lumière le rôle crucial de l’humain dans ce paysage en évolution, appelant à une hybridation harmonieuse entre l’homme et la machine, plaçant ainsi l’accent sur l’apprentissage continu et le développement des compétences interpersonnelles.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Pour aller plus loin
  • replay du keynote de luca silippo lors de notre congrès européen de 2023

    Une autre vision de la Supply Chain, humaine et émouvante avec le keynote de Luca SILIPPO

    En savoir plus

  • LA GESTION DES RISQUES EN SUPPLY CHAIN POSSÈDE DÉSORMAIS SA COMMUNAUTÉ D’EXPERTS

    La gestion des risques, c’est un métier, des savoir-faire et un état d’esprit

    En savoir plus

  • COMMENT CONSTRUIRE DES SUPPLY CHAIN CIRCULAIRES ?

    Le 22 novembre dernier, le Lab SupplyChain4Good et notre partenaire Citwell ont orchestré une journée de travail dynamique…

    En savoir plus

Lire la suite

Le Lab Digital et Technologies nouvelle formule se lance dans un 1er sprint de 2 mois

À partir du 26 février, et ce pour 2 mois, les membres du Lab testeront un nouveau fonctionnement, agile et dynamique. Répartis en 5 squads, chacune animée par un responsable, ils partageront et co-construiront des livrables pour la communauté.

1 squad = 1 sujet = 1 équipe autonome

Résultat attendu : des ressources applicables et concrètes (fiche pratique, webinar ou document de référence) et des apprentissages clés pour permettre à vos projets de passer à l’échelle de l’entreprise.

S’engager sur un temps maîtrisé, c’est l’avantage de cette nouvelle formule.

Voici les 5 thèmes alias squads du 1er trimestre 2024 :

Grille de maturité data

Les mardis de 8h à 9h

Objectif : finaliser une grille d’analyse V0 pour la tester au sein de chacune des squads. Cette grille permettra aux entreprises de déterminer quel cas d’usage adresser en fonction de leur maturité. Dans un second temps, la grille sera homogénéisée aux vues des résultats observés dans les 4 autres squads.

  • Gouvernance des données et calcul CO2

    Les vendredis de 8h à 9h

    Objectif : proposer des méthodologies afin de mesurer et de comparer correctement ses émissions carbone. L’approche sera complétée et illustrée par des cas d’usage concrets.

  • Retour du S&OP

    Les mercredis de 12h à 13h

    Objectif : dresser un rapide état de l’art, puis travailler sur les nouvelles technos et modèles possibles pour être plus granulaire, automatisé et agile face à la volatilité des marchés et aux crises.

  • IA générative

    Les jeudis de 12h à 13h

    Objectif : partager une liste de cas d’usage qui sont soit en thèse, soit déployés afin de donner des idées, faire ressortir ce qui a fonctionné et les warnings.

  • Intra logistique

    Rdv à définir après la publication de leur Panorama

    Objectif : travailler sur le retrofit, la fin de vie et la location des solutions de manutention, de préparation et de stockage. Il s‘agit d’adresser le sujet d’investissements long terme dans un contexte un peu bousculé.

Conditions pour intégrer une squad pendant 2 mois (et plus si vous le souhaitez) :

  • Être membre
  • Être capable d’apporter quelque chose à la squad, avoir des choses à raconter (en-cours ou en prod)
  • S’engager à hauteur de 8h d’effort par contributeur sur la durée du sprint

Participer au lancement la semaine du 26 février

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Webinar Inspirant : tête à tête avec la Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton

Mercredi 17 janvier, les projecteurs se sont tournés vers Valérie Dubois, Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton. Avec 5000 collaborateurs répartis sur 9 sites, cette femme d’influence dévoile les coulisses de son quotidien professionnel et personnel, offrant une perspective rare sur la vie d’une dirigeante accomplie. Cette immersion dans sa réalité quotidienne révèle les défis qu’elle relève avec brio et les leçons inspirantes qu’elle partage avec le public.

Le quotidien d’une Directrice Industrielle

Valérie Dubois

Grâce aux questions de Marie-Laure Furgala, Directrice de l’ISLI MS/MSC en global Supply Chain de KEDGE BUSINESS SCHOOL, Valérie Dubois nous transporte à travers ses journées bien remplies, oscillant entre les réunions stratégiques au siège et l’immersion dans les ateliers de production. Cette dualité entre le tangible sur le terrain et les discussions stratégiques dans les bureaux du siège révèle son équilibre unique.

En tant que mère de deux enfants, elle partage également son approche pour concilier vie professionnelle intense et vie familiale épanouissante. Elle explique par exemple avoir rapidement fait le choix d’être moins présente, de parfois rentrer tard mais d’être présente à 100% pour partager des moments de qualité. C’est ainsi qu’elle a pu combattre son sentiment de culpabilité.

En ce qui concerne la gestion de son emploi du temps, elle a partagé avec nous sa stratégie astucieuse consistant à engager une au-pair. Cette décision lui a permis de mettre fin à la course effrénée contre le temps. De plus, afin de prendre du recul lorsque les exigences opérationnelles deviennent accablantes, elle planifie régulièrement des moments dédiés à son bien-être, que ce soit à travers des séances de soins relaxants ou des sessions de course à pied pour libérer son esprit du tumulte quotidien.

Découvrez le replay intégral

Casser le mythe de la “chance” et cultiver la confiance en soi

En tant que femme occupant une position de leadership, Valérie Dubois dévoile son parcours, soulignant comment elle a surmonté les freins qu’elle s’était parfois imposés, notamment par la manière dont elle se présentait et dont elle expliquait sa présence au poste de Directrice de site. « Je disais, j’ai eu de la chance, mais ce n’est pas vrai, elle se provoque et elle est le résultat de ce que l’on est et de son travail ».

Elle encourage les femmes à être claires dans leur positionnement dès le début de leur carrière, à oser changer et à tester car c’est ainsi que l’on apprend continuellement et car « c’est ça qui donne du sel dans sa carrière ». De plus, de telles trajectoires permettent de gagner en confiance en soi et de se construire pour la suite.

UN SKETCHNOTE RÉALISÉ PAR MYRIAM DUMANCHIN-MAKNI

Un sketchnote réalisé par Myriam Dumanchin-Makni

Son avis sur le coaching et comment elle l’a utilisé au cours de sa carrière

Valérie Dubois

Si c’était à refaire, j’y ferai appel plus tôt pour chercher du feedback, du coaching et une vision à 360.

Selon l’invité de Marie-Laure Furgala, ce type de prestation permet de prendre confiance en soi, de se légitimiser et donc d’oser. Cela donne des clés et le mindset nécessaires afin de briguer un nouveau poste ou de construire la suite de sa carrière.

Mais comment les trouver, et comment trouver ses mentors, des gens de confiance ? Pour cela, Valérie Dubois en tant que manager a une opinion claire : « les entreprises doivent avoir une vraie stratégie de mentoring, c’est hyper important ». Un accompagnement en one to one par un ainé est un booster de carrière et permet également de fidéliser les talents. Cela est valable pour un junior comme un collaborateur expérimenté dont on perçoit les qualités et que l’on souhaite amener jusqu’à une prise de responsabilité nouvelle.

Les opérations et la production : une passion éclairée

Les opérations ne se résument pas simplement à des processus, elles incarnent l’agilité, la complexité, la diversité, et une quête inébranlable de durabilité. C’est bien plus qu’une simple mécanique, c’est une source d’inspiration qui vise à émerveiller et à susciter l’éclat dans les yeux. Chaque intervention dans les opérations a un impact tangible, et l’élément humain est inséparable de ces activités de production, conférant une dimension essentielle à l’ensemble.

Valérie Dubois

C’est le cœur du réacteur, c’est de là que l’on comprend comment se construit la valeur ajoutée, quels sont les intervenants, les métiers supports […] Fabriquer les produits au plus juste, générer de moins en moins de déchets, ça donne aussi des missions.

La singularité de cette approche réside dans une passion profonde pour le produit, exprimée à travers une minutie obsessionnelle, un engagement envers la qualité, et la maîtrise d’un savoir-faire exceptionnel. Il n’est pas simplement un résultat final, mais il occupe une place centrale, imprégnant chaque étape de la production.

Pour Valérie Dubois, Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton, la production et le produit ne se limitent pas à des éléments fonctionnels de son métier, ils deviennent le moteur qui anime sa carrière et lui donne un sens essentiel.

Une vision du management

Afin de faire face aux crises, elle incite à regarder et à analyser les situations à travers « 2 paires de lunettes différentes » :

  • La vue de l’entreprise
  • La vue des collaborateurs

C’est de cette manière qu’elle pense réussir à mener des changements structurels profonds, à revoir une organisation de travail et bien sûr à embarquer les équipes. Sur ce dernier point, elle confie avoir dû trouver des solutions inédites lorsqu’elle est devenue la boss de ses collègues. Sa réponse ? Le management collaboratif.

Pour en savoir plus à ce sujet, découvrez le replay

Ce 3e webinar inspirant a offert aux internautes une source infinie d’inspiration, de conseils pratiques et une vision éclairée de la réussite professionnelle et personnelle.

Un dernier tip ?

Valérie Dubois

Le réseau que l’on se forge même dans des secteurs et des métiers variés, cela nourrit pour demain. Cela porte ses fruits de la même manière que sa propre expérience.

Merci à Valérie Dubois

pour les leçons précieuses qu’elle nous a partagées avec générosité et franchise.

Ça vous a plu ? Découvrez le replay intégral, les épisodes précédents et les réponses aux questions posées lors de ce webinar :

  • Le REPLAY

    Visionner

  • Épisode 1

    avec Annie SaillardVice President Operation Digital & Integrated Solutions d’ALSTOM et Stéphanie RottDirectrice des Opérations chez GUERLAIN 

    Découvrir

  • Épisode 2

    avec Laëtitia Balac-Ruscher, Directrice Supply Chain et Logistique/Membre du Comex du Groupe Monoprix et Latifa Gahbiche, Directrice Générale SULO France & Suisse (premier fournisseur européen de solutions de tri innovantes)

    Découvrir

FAQ

  • Quels sont les livres que Valérie peut nous recommander pour gagner en confiance en nous ?

    Je peux simplement conseiller un livre qui est très intéressant : « L’affirmation de soi : Mieux gérer ses relations avec les autres » de Dominique Chalvin (Edition ESF Sciences Humaines).

  • En reconversion depuis 3 ans (Bachelor+Mastère), comment “cibler” un métier précis dans la Supply Chain et une activité, au-delà de la taille de l’entreprise ?

    La clé réside dans l’expérience terrain. Explorez divers secteurs de la Supply Chain, découvrez les réalités du terrain. Consultez notre guide des formations supérieures pour des conseils détaillés et des orientations adaptées à votre parcours.

  • Bon produit, bon endroit, bon moment avec les bonnes ressources mais aussi la bonne information ? Ne faut-il pas encourager les filles à aller aussi vers les filières d’enseignement typées informatique en plus des filières orientées Qualité, Logistique Industrielle et Organisation ?

    Absolument ! Pour un succès complet, encourager les filles vers des filières informatiques est essentiel. En plus des filières classiques, l’informatique joue un rôle crucial dans la Supply Chain. Consultez notre guide des formations supérieures pour découvrir les diverses voies disponibles.

  • Auriez-vous des conseils de formations (certifiantes ou non) qui apportent des clés importantes pour une carrière en supply (en parallèle d’un métier lorsque l’on travaille déjà) ?

    Des formations certifiantes ou non peuvent enrichir votre parcours en Supply Chain tout en travaillant. Consultez notre guide des formations supérieures pour des recommandations spécifiques, car le choix dépend de vos objectifs professionnels et de votre disponibilité.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Comment construire des Supply Chain Circulaires ? Retour sur un atelier de réflexion collaborative

Le 22 novembre dernier, le Lab SupplyChain4Good  et notre partenaire Citwell ont orchestré une journée de travail dynamique, rassemblant plus de 50 personnes issues de divers horizons professionnels. Entreprises, institutions, académies, collectivités et associations se sont réunies pour partager leurs expertises et expériences, affirmant ensemble que la Supply Chain circulaire est incontournable pour une économie circulaire.

Les Objectifs des ateliers pour une Supply Chain Circulaire

L’idée maîtresse qui a guidé cette journée était la conviction que la transformation des modèles Supply Chain est essentielle pour embrasser la circularité. En effet, pour accompagner l’évolution des modèles économiques, la supply chain doit elle aussi adopter une approche circulaire, étant donné sa transversalité.

Les ateliers se sont articulés autour de trois objectifs clés :

Chapitre 1

S’aligner sur la transformation des modèles Supply Chain nécessaires au circulaire

Chapitre 2

Lister les freins et les leviers vers le circulaire que VOUS avez rencontrés

Chapitre 3

Mobiliser les énergies pour constituer une coalition de la supply chain circulaire

Explorer la Supply Chain Circulaire

Des conférences passionnantes ont permis d’approfondir la compréhension de la Supply Chain circulaire. Deux témoignages ont mis en lumière des sujets cruciaux : la décarbonisation des transports et la circularité dans le textile. Ces exemples ont dévoilé des processus opérationnels et des stratégies novateurs, allant au-delà des méthodes classiques telles que la logistique inverse et les emballages réutilisables.

Parole d’experte – Anaïs Leblanc – PARTNER ET DIRECTRICE INNOVATION DURABLE chez Citwell

Quatre Boucles, quatre axes de réflexion pour des résultats concrets et opérationnels

La journée a été structurée autour de quatre boucles fondamentales :

  1. Intensification de l’Usage : comment maximiser l’utilisation des ressources existantes ?
  2. Réparation et Redistribution : explorer les opportunités de réparation et de redistribution des produits.
  3. Remanufacturing et Production Durable : comment construire des produits robustes et sobres ?
  4. Recyclage : comment récupérer les matières, quelles évolutions réglementaires et techniques mais aussi comment tracer ?

Les ateliers ont abouti à plus de 30 solutions concrètes, rapidement opérationnelles, émanant de l’engagement et de la créativité des participants. Le deuxième atelier, axé sur la résolution des obstacles identifiés le matin, a été particulièrement fructueux.

Catégorisation des solutions apportées à l’issu des ateliers

Aide financière / MO

Grande proposition

Groupe de partage

Groupe de travail

Piste d’expérimentation

Prestation

Sensibilisation

Sujet de recherche

Après les « grandes idées » non tangibles, globalement, une majorité de propositions de partage de la connaissance, puis de groupes de travail plus ou moins précis. Quelques moyens tangibles de mise à disposition de main d’œuvre ou de locaux et savoir faire

Le pragmatisme des actions proposées

Non tangible pour nous

Prérequis nécessaires

Court terme

40% de grands principes non tangibles, 33 actions qui pourraient démarrer si les pilotes et coordinateurs étaient identifiées.

Cette journée a été le théâtre d’une collaboration enrichissante et a généré des solutions pratiques pour orienter la Supply Chain vers la circularité. Ces résultats tangibles témoignent de la volonté des acteurs de transformer leurs pratiques pour un avenir plus durable. Nous vous inviterons bientôt à participer à notre série de témoignages, qui débutera en avril. Partagez vos expériences, vos succès et vos défis dans la mise en place de pratiques circulaires au sein de votre Supply Chain.

Ensemble, construisons un avenir où la circularité devient la norme.

Les annonces de France Supply Chain et de l’ELA : retour sur For Supply and Beyond

Paroles de Président

Monsieur de Feraudy, une question piège pour commencer : vouliez-vous organiser cet évènement ?

Oui, je voulais cet événement. Il y a environ un an, j’ai reçu un courriel de Thomas Wimmer (président du BVL) qui souhaitait en quelque sorte rejouer le célèbre couple franco-allemand et faire revivre l’ELA. J’ai bien sûr été très intéressé. Nous devons apprendre les uns des autres, nous devons collaborer pour obtenir les meilleures pratiques.

C’est alors qu’est entré en jeu notre partenariat avec Supply Chain magazine, qui organise les Rois de la Supply Chain et, chaque année, ensemble, nous présentons nos champions aux ELA Awards. Et il se trouve que l’année dernière, en 2022, la France a gagné les ELA Awards. Et il m’est venu à l’esprit que nous pourrions avoir une sorte d’organisation de type Eurovision où le gagnant organise la prochaine édition.

Il m’a semblé tout à fait normal de saisir l’occasion des ELA Awards 2023 pour organiser l’événement marquant l’étape d’une nouvelle gouvernance de l’ELA et marquant aussi une nouvelle habitude : le gagnant de ce soir devra organiser ce même événement l’année prochaine.

Avec For Supply and Beyond, quelles idées vouliez-vous pousser auprès de la filière ?

En 2020, nous étions à la recherche d’une mission et il s’est avéré que nous voulions tous utiliser la Supply Chain comme levier pour plus de durabilité. Nous sommes ceux qui, avec nos équipes et leurs compétences sont vraiment essentiels pour faire advenir des Supply Chains plus durables et un monde plus durable. C’est donc notre devise et ce que nous voulons faire. Et nous continuons à aller plus loin (beyond).

Nous avons parlé d’impact social, de circularité, de ralentissement des flux mais également de la mise en place d’écosystèmes collaboratifs. Autant de sujets qui font l’objet de débats, de questionnements et que nos membres développent dans la nouvelle version de notre Manifeste.

Manifeste pour une supply chain

Obtenir le Manifeste

Quelles différences avec la version précédente ?

En 2021, le Sénat français nous a invité à un entretien avec une série de questions sur le thème “Comment être plus durable ? ». Nous avons préparé un document de travail montrant les raisons de croire en un tel scénario grâce aux Supply Chains. C’est ainsi qu’a vu le jour notre premier Manifeste.

Dans cette version, nous ne citions pas les entreprises ayant fournis les exemples et les réalisations menées mais dans cette nouvelle version, nous avons décidé de nommer les projets et les sociétés qui ont accepté de témoigner. C’est donc un ensemble de cas d’usage afin d’inspirer les autres et de pouvoir échanger avec ceux qui souhaitent en savoir plus pour répliquer ces projets réussis.

Pourquoi avez-vous choisi de révéler votre plaidoyer pour une Supply Chain Frugale et Désirable au cours de cet évènement ?

Ce que je viens de vous dire ne fonctionne que pour la France. Ce que nous avons appris c’est que très souvent la réponse est au-delà des contraints, les solutions sont au-delà des limites de votre seule entreprise, vous devez collaborer. Vous voyez beyond est partout aujourd’hui. Mais c’est insuffisant de collaborer entre Français. Nous devons apprendre les uns des autres à un niveau européen. J’ai donc invité l’ensemble des invités à se procurer ce Manifeste et à collaborer pour enrichir et compléter ce document avec leurs propres exemples.

Monsieur Markus Mau (Président de l’ELA), une réaction ?

Une nouvelle ère de collaboration et d’interactions s’ouvre et cela représente une réelle valeur ajoutée pour nous tous. Mais pour aller au-delà, comment contrôlons-nous cela ? Comment nous assurer que ce que nous estimons important est pris en charge de la bonne manière et envoyé jusqu’à une destination lointaine ?

Nous avons la certification ELA, une certification individuelle attestant de compétences spécifiques en Supply Chain Management et Logistics.  Nous l’adaptons actuellement afin de prendre en compte les nouvelles exigences de la CSRD, ESG, etc.  Ce travail se fait de manière conjointe entre industriels et académiques et permettra de s’assurer partout dans le monde que la personne que vous engagez respecte les standards définis par l’ELA et ses membres. Cela va au-delà de tout certificat universitaire.

  • Supply chain 0025

  • Supply chain 0026

  • Supply chain 0037

  • Supply chain 0114

  • Supply chain 0195

  • Supply chain 0206

  • Supply chain 0216

  • Supply chain 0500


Les temps forts du congrès
Une autre vision de la Supply Chain, humaine et émouvante avec le keynote de Luca SILIPO

Dans cet extrait, notre orateur du jour prend l’exemple du café afin de nous démontrer qu’il existe deux façons de penser la Supply Chain :

  • Chapitre 1

    Une séquence d’actions

    qui mènent à un café

  • Chapitre 2

    Une série de personnes

    qui mènent à un café

Transformative Power of Supply Chains on Social Sustainability par Luca SILIPO, Chief Economist, Supply Chain Leader and Independent Thinker

C’est ce second axe qu’il a choisi d’approfondir en faisant appel à nos émotions, à nos souvenirs et à notre rapport aux objets. Luca Silipo nous fait la démonstration d’une vision porteuse d’espoir pour repenser le futur en prenant en compte l’impact global des entreprises sur la cité et ses habitants. Une réflexion sur la manière de contrôler le pouvoir des liens sociétaux et de le potentialiser.

Découvrez l’intégralité du keynote


Les 6 projets innovants des finalistes aux ELA Awards 2023

Tour à tour, français, slovène, autrichien, espagnols et suisse sont montés sur scène afin de raconter la naissance de leur projet, leurs objectifs et les résultats obtenus. Les transformations digitales et technologiques pour exploiter et transmettre la donnée furent au cœur de la cérémonie avec l’utilisation de la blockchain, d’intelligence artificielle, d’AGV (Automatic Guided Vehicle), etc.

Les 6 finalistes, et parmi eux le gagnant de l’édition 2023 sont :

  • The warehouse of the future for our teams and performance

    par Leroy Merlin et France Supply Chain by ASLOG

  • Optimising international trade and customs clearance with blockchain technology

    par NAFEZA & CARGO X et la Slovenian Logistics Association

  • Warehouse optimization through automation

    par RWA member de l’association Autrichienne VNL

  • Supply Chain Control Tower

    par SEAT SA du Centro Español de Logística (CEL)

  • Visual SLAM Localization and Navigation for Mobile Robots in Logistics

    par SEVENSENSE membre de GS1 Switzerland

  • Digital Logistics Corridors

    par USYNCRO de l’ICIL Institute

  • Supply chain 0377

  • Supply chain 0407


Rôle et défis des associations Supply Chain en Europe
Les grands thèmes abordés lors de cette table ronde des Présidents d’association :
  • Que faites-vous dans votre pays ? Quelles sont vos priorités aujourd’hui ?
  • Quelles sont les meilleures pratiques en Europe en matière de Supply Chain durable ?
  • Comment travaillez-vous ensemble ? Quels sont les sujets de collaboration ?
  • Comment travaillez-vous avec les autorités européennes ?

  • Yann de Feraudy

  • Konstantinos Haniotis

    Managing Director at Telenavis S.A. and ELA vice-president

  • Xavier Rius

    General Director of the ICIL Institute


Regards croisés sur le développement durable en Supply Chain

Lors de cette 2e table ronde, les intervenants ont pu présenter les solutions concrètes mises en place dans leur entreprise ou avec leur association sur les sujets de transition énergétique, de décarbonation du fret comme de la pénibilité dans le transport ou les entrepôts.

L’une des questions essentielles qui se pose est celle du financement et des coûts pour déployer de telle transformation. Les 4 praticiens nous ont apportés leur réponse et leur vision d’un modèle économique durable.

Merci à :
  • Camille Demarquilly

    VP Global Supply Chain Engineering chez Michelin

  • Romeo Dumitru

    Logistics Director chez ELBI ELECTRIC & LIGHTING and Vice-President of ARILOG

  • Ramon Garcia

    General Manager of Centro Español de Logística (CEL) et Vice president of the innovation cluster for sustainable delivery of freight (CITET)

  • Aimé-Frédéric Rozensweig

    Supply Chain Expert Leader chez Renault Group

  • Supply chain 0417

  • Supply chain 0421

  • Supply chain 0460

  • Supply chain 0467

  • Supply chain 0471

  • Supply chain 0506

  • Supply chain 0516

  • Supply chain 0517

POUR visionner le replay et découvrir les réponses aux questions posées lors de ce webinar

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      S'abonner      I      Contact      I      Plan du site