Skip to main content

Le Lab Digital et Technologies nouvelle formule se lance dans un 1er sprint de 2 mois

À partir du 26 février, et ce pour 2 mois, les membres du Lab testeront un nouveau fonctionnement, agile et dynamique. Répartis en 5 squads, chacune animée par un responsable, ils partageront et co-construiront des livrables pour la communauté.

1 squad = 1 sujet = 1 équipe autonome

Résultat attendu : des ressources applicables et concrètes (fiche pratique, webinar ou document de référence) et des apprentissages clés pour permettre à vos projets de passer à l’échelle de l’entreprise.

S’engager sur un temps maîtrisé, c’est l’avantage de cette nouvelle formule.

Voici les 5 thèmes alias squads du 1er trimestre 2024 :

Grille de maturité data

Les mardis de 8h à 9h

Objectif : finaliser une grille d’analyse V0 pour la tester au sein de chacune des squads. Cette grille permettra aux entreprises de déterminer quel cas d’usage adresser en fonction de leur maturité. Dans un second temps, la grille sera homogénéisée aux vues des résultats observés dans les 4 autres squads.

  • Gouvernance des données et calcul CO2

    Les vendredis de 8h à 9h

    Objectif : proposer des méthodologies afin de mesurer et de comparer correctement ses émissions carbone. L’approche sera complétée et illustrée par des cas d’usage concrets.

  • Retour du S&OP

    Les mercredis de 12h à 13h

    Objectif : dresser un rapide état de l’art, puis travailler sur les nouvelles technos et modèles possibles pour être plus granulaire, automatisé et agile face à la volatilité des marchés et aux crises.

  • IA générative

    Les jeudis de 12h à 13h

    Objectif : partager une liste de cas d’usage qui sont soit en thèse, soit déployés afin de donner des idées, faire ressortir ce qui a fonctionné et les warnings.

  • Intra logistique

    Rdv à définir après la publication de leur Panorama

    Objectif : travailler sur le retrofit, la fin de vie et la location des solutions de manutention, de préparation et de stockage. Il s‘agit d’adresser le sujet d’investissements long terme dans un contexte un peu bousculé.

Conditions pour intégrer une squad pendant 2 mois (et plus si vous le souhaitez) :

  • Être membre
  • Être capable d’apporter quelque chose à la squad, avoir des choses à raconter (en-cours ou en prod)
  • S’engager à hauteur de 8h d’effort par contributeur sur la durée du sprint

Participer au lancement la semaine du 26 février

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Newsletter inédite focus Richesses Humaines de la Supply Chain

NEWSLETTER INÉDITE focus RICHESSES HUMAINES de la SUPPLY CHAIN

Retrouvez ce mois-ci :

  • Des témoignages de membres
  • Des publications et outils pensés pour votre carrière
  • Ce qui vous attend dans les prochains mois

La Supply Chain ne peut se limiter à des Systèmes Informatiques et à de l’IA ! Le LAB Richesses Humaines de France Supply Chain vous propose donc de rejoindre :

  • Un lieu d’échanges ouvert basé sur le partage des enjeux et thématiques RH : télétravail, attractivité des métiers, compétences, alternance, formations, recrutement, place des femmes, etc.

  • Des groupes de travail axés sur la production de ressources et d’évènements (études, guides, webinars, salons).

RELAYEZ L’INFORMATION EN INTERNE !

Le LAB se retrouve toutes les 6 semaines autour de ses co-leaders Denis Deumier (Directeur Supply Chain groupe Rexel) et Loïc Lassagne (GMRH Supply Chain Renault Group). 

Que vous soyez professionnel de la Supply Chain, collaborateur RH, enseignant chercheur ou cabinet de recrutements, vous pouvez les rejoindre le 20 février prochain. 

Retour sur le salon STUDYRAMA Etudes Supérieures 2024

Dans les coulisses

Pour la 2e année consécutive, nous étions présents sur le salon afin de faire découvrir les formidables métiers de la Supply Chain aux plus jeunes. Professionnels experts, juniors et alternants ont alliés énergie et passion sur notre stand et lors d’une conférence nommée : Innovation, durabilité, stratégie : les métiers de la supply chain à l’aire des challenges.

Conférence à laquelle ont participé : 

  • Anne Borde – Directrice Supply Chain – Louis Vuitton Malletier

  • Rodrigue Branchet-Fauvet – Supply Planner chez Reckitt
  • Valérie Macrez – Directrice France Supply Chain
  • Fatoumata Ndjim – Directrice Supply Chain
  • Robin Thomas-Le Doré, Supply Chain Process Leader – VIE chez Rexel USA
  • Cyrille Raynald – Partenaire associé Turnpoint executive search | recrutement transport, logistics & supply chain

Merci aux membres issus des 3 promotions du Lab Jeunes d’avoir répondu présents !

La BD des métiers de la Supply Chain : la suite bientôt !

Les acteurs

Après le succès des 4 premières planches imaginées par le Lab Jeunes #2, de nouveaux métiers de la Supply Chain passeront bientôt à la moulinette de la nouvelle promotion. Stay tuned !

Mathilde Assier donne vie aux héros de la Supply Chain


Faites résonner votre voix dans l’univers captivant des podcasts de la Supply Chain

Les acteurs

Jean Damiens et Laurence Papeil invités du podcast 

Nous vous invitons à prendre le micro et à partager votre expérience dans notre nouveau podcast ! 

Le Lab jeunes de France Supply Chain by ASLOG lance un appel à candidature pour mettre en lumière les figures inspirantes de notre domaine.

Si vous avez forgé votre succès à travers les défis et les triomphes de la Supply Chain, alors c’est votre moment de briller. Rejoignez-nous pour une série de podcasts captivants où vous pourrez partager vos stratégies, vos leçons apprises et votre vision de l’avenir.

Contactez-nous dès maintenant pour rejoindre notre tribune audio

À l’affiche

  • Les Leaders Supply Chain qui transforment durablement nos entreprises

    Quelles sont les compétences humaines et comportementales clés de ces talents de la Supply Chain ? Qu’est-ce que les entreprises attendent d’eux ?

    Découvrir la publication

  • Étude des rémunérations en Supply Chain en 2023

    Un référentiel détaillé des rémunérations des fonctions cadres en Supply Chain proposées sur le marché français : salaire, variable, augmentation.

    Consulter l’étude menée avec Michael Page


Rencontre avec Valérie Dubois

Tête à tête avec la Directrice Industrielle des Ateliers de Maroquinerie Louis Vuitton

Découvrez les coulisses du quotidien professionnel et personnel de Valérie Dubois.

Lire l’article et visionner le replay

Les prochaines séances

DATES A PAS MANQUER

  • [Remise de prix]

    08/02

    Prix Transition Energétique Maritime de l’académie de marine – SCLCMT 

  • [Concours]

    08/02

    Concours Emballé 5.0

  • [Atelier]

    20/02

    LAB Richesses Humaines

  • [Salon]

    19-20-21/03

    SITL

  • [Salon]

    26-28/03

    CELO Connect Entrepôt & Logistique

  • Congrès

    28/03

    Supply Chain Day 2024

  • [Congrès]

    05/12

    RISC 2024 – Rencontres Internationales de la Supply Chain

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain

4 offres d’emploi et plus de 40 CV de candidats, mis à jour chaque semaine sont disponibles sur le site

Découvrir

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Un Replay pour comprendre le biométhane : une énergie alternative mature

Notre objectif avec ce nouveau webinar est de poursuivre l’acculturation de nos membres et au-delà, des professionnels de la logistique et de la Supply Chain aux différents carburants verts. Le biométhane en particulier est une énergie renouvelable à la croisée des enjeux énergétiques, écologiques et économiques de notre pays qui permet l’obtention d’un carburant renouvelable nommé bioGNV. Nos invités nous partagent leur expertise des gaz verts et répondent à vos questions : où se fournir et à quel coût ? Quel rendement pour l’usage mobilité ? Découvrez les nombreux atouts et les perspectives de ce carburant alternatif pour décarboner nos Supply Chains.

Les ambitions : générer près de 20 % de gaz verts dans le mix gazier français d’ici 2030 et 100 % en 2050

Nos intervenants :

  • Élodie Dupray, Chef de pôle mobilité BioGNV/GNV chez GRDF
  • Rami Hariri, Délégué Biométhane chez GRDF

Les modes de production des gaz verts et leur maturité

Il existe plusieurs gaz verts ou biogéniques. Ils sont constitués de la même molécule chimique que le gaz fossile mais sont issus d’un cycle plus rapide et parfois synthétique. Le premier mode d’obtention de biogaz est la méthanisation, elle s’appuie sur la digestion anaérobie de matière organique.

Les différents processus de production des gaz verts

En France, il existe différentes filières de production de gaz verts avec une maturité variable. Par exemple, la gazéification hydrothermale qui utilise la biomasse humide, du lisier, des boues ou microalgues passera de la R&D aux 1ers projets d’injection réseau en 2025. À l’inverse, sur un même horizon temps, l’électrolyse avec ou sans méthanation atteindra le stade de l’industrialisation.

Focus sur le biométhane

Le biométhane circule déjà dans nos réseaux et se développe fortement grâce à une technologie mature. Au sein de digesteur, on recrée les conditions internes à une panse de vache : de la chaleur et un mouvement de brassage. On recueille ainsi les gaz qui se dégagent de la matière organique en putréfaction avec quasiment aucune perte de rendement. La particularité de la méthanisation est d’obtenir 2 produits :

  • le biométhane ;
  • le digestat qui peut faire office d’engrais en lieu et place des engrais chimiques pour les agriculteurs.

La capacité de production par méthanisation a cru de façon exponentielle en France grâce à la mise en place d’un nouveau cadre réglementaire. La répartition des sites de production (principalement en Bretagne et au nord de la France) met en exergue son lien au monde agricole et à l’industrie agro-alimentaire.

Comment les biogaz peuvent-ils nous aider à atteindre les objectifs Fit For 55 ?

Les études montrent que notre consommation de gaz va continuer à baisser sous l’effet de changements de comportement (sobriété) et d’améliorations de notre efficacité (processus, technologie, bâtiment). En parallèle, la production de gaz verts français va croitre jusqu’à couvrir notre besoin total en gaz d’ici à 2050.

Une énergie renouvelable pour les mobilités

Certains territoires sont déjà à 20 % de molécules de gaz verts dans leur réseau quand d’autres atteignent seulement les 3 %. Il est donc indispensable de rapprocher l’usage de la production afin de répondre à la demande et de permettre de rouler au biométhane carburant sur tout l’hexagone.

En se basant sur une analyse du cycle de vie, un camion roulant au bioGNV réduit ses émissions de GES de 80 % (base carbone ADEME)

90 % des flux de marchandises peuvent être effectués au BioGNV grâce à une grande autonomie (jusqu’à 700 km, soit une tournée d’un chauffeur) et une gamme de véhicules étendue : véhicules lourds (transport de marchandises, de déchets et de voyageurs) comme du chariot de manutention.

Gammes de véhicules adaptées au BioGNV/GNV

Des intrants déjà largement disponibles

La matière organique utilisée pour générer du bioGNV n’est pas en concurrence avec les besoins liés à la production de biocarburant, par exemple. D’autre part, l’emploi des intrants et le besoin en terre agricole sont très contrôlés et limités. Plus de 90 % des besoins sont couverts par les effluents d’élevage, les cultures intercalaires qui ne mobilisent pas de biomasse et les déchets issus de l’industrie agroalimentaire.

Comment rouler au biométhane et à quel prix ?

Il existe bien un surcoût à l’achat d’un véhicule adapté au GNV qui est cependant gommé par :

  • un carburant plus accessible ;
  • des aides régionales ou locales ;
  • la gratuité de la carte grise (ou moitié prix) ;
  • une bonification de l’amortissement.

Pour répondre à cette question de manière complète, il faut prendre en compte plusieurs facteurs, notamment le mode de financement de la production ou les incitations législatives. Des outils ont été développés pour calculer son TCO ainsi que pour comparer les coûts d’un véhicule au biogaz avec les autres énergies (électrique, bio-carburant ou diesel).

Pour en savoir plus sur les défis du biogaz (flexibilité du réseau, raccordement, etc.), son coût et son impact sur votre stratégie de décarbonation, nous vous invitons à visionner le replay. Cette vidéo, réservée aux membres, bénéficie d’une timeline qui vous permettra de consulter uniquement les passages qui vous intéressent.

A retenir

On estime que le biométhane permet de répondre en partie à 3 enjeux majeurs que sont :

  1. la décarbonation de notre énergie ;
  2. la décarbonation de notre agriculture ;
  3. la gestion des déchets.

Télécharger le support

Réponses aux questions posées lors de cette conférence :

  • L’un des défis est lié au raccordement au réseau de gaz des méthaniseurs agricoles, qu’en est-il ?

    Aujourd’hui, avec 12TWh, le réseau gazier est au rendez-vous, son développement et son renforcement n’a pas posé de problématique. La problématique est maitrisée par les opérateurs gaziers.

  • Voyez-vous un avenir au plein de biogaz par les camions en direct au site de méthanisation, ou bien tout se fera-t-il via le réseau ?

    Il y aura une majorité de stations réseau, mais la distribution dite à la ferme maillera le territoire dans les zones rurales.

  • Qu’est-ce que ETS ?

    ETS sont les initiales de Emission Trading Scheme, en français le système communautaire d’échange de quotas d’émission. Il s’agit d’un dispositif visant à mesurer l’émission de CO2 pour les entreprises, avec la possibilité pour les plus performantes de vendre leur quota d’émission de CO2 non utilisé aux entreprises les plus polluantes.

  • Dans le cas d’une très forte demande en biométhane, peut-il y avoir des conflits d’usage sur les produits agricoles (si les déchets ne suffisent pas dans le méthaniseur) ?

    La biomasse utilisée pour le biométhane ne rentre dans aucun conflit d’usage. La très grande majorité de la biomasse utilisée n’est pas en concurrence, ce ne sont pas les mêmes intrants vs agrocarburants, par exemple.

  • Sur un site de quinze hectares, à Cérilly, près de Châtillon-sur-Seine, un méthaniseur est en train de sortir de terre. Cette usine, dont le projet est né en 2018, sera alimentée par des cultures intermédiaires à vocation énergétique, du seigle fourragé. Ce sont 150 agriculteurs du territoire qui se sont engagés à produire des céréales, moyennant rémunération évidemment, pour fournir suffisamment de matière au bon fonctionnement de l’usine. Certains sites mutualiseront plusieurs agriculteurs, mais en France la taille reste moyenne, voire petite : 3-4 producteurs. Les sites sont 10 fois à 6 x moins grands que dans d’autres pays (Allemagne ou Danemark). Cet exemple est-il en conflit ?

    Pas de conflit, il s’agit de culture intermédiaire, et donc entre les cultures principales. Pas de concurrence d’usage donc.

  • Vous avez parlé de capture du CO2 lors de la production de biogaz. Quel est l’état d’avancement ? Est-ce envisagé aussi bien pour bioGNC que pour bioGNL ?

    Aujourd’hui, tous les sites de méthanisation sont exploités à l’état gazeux, aucun site à l’état liquide. Des projets sont en cours pour capter le CO2 du process de méthanisation.

  • Le GHG Protocol dirait d’ajuster le facteur d’émission général du gaz, au fur et à mesure que la part du biogaz augmente.

    Les échanges sont en cours avec le GHG protocole, car dans certaines zones avec beaucoup de gaz vert (parfois 100% ) ce principe n’a justement aucun sens.

  • Ces outils TCO sont-ils disponibles ?

    Les outils de TCO sont à demander pour étude de flux à GRDF.

  • Vous parliez d’organiser des visites, est-ce avec vous ?

    Oui, nous allons organiser une visite avec France Supply Chain.

  • Vous parlez de suramortissement de 120 à 160%, je pensais que c’était 140%… comment est-ce défini ? Merci.

    Il est de 20% pour les modèles compris entre 2.6 et 3.5 tonnes, 60% entre 3.5t inclus et 16 tonnes, et 40% au-delà.

  • Comment expliquez-vous l’écart constaté entre transport de marchandises et transport de personnes, autrement que par l’impératif de rentabilité qui s’impose au secteur privé ?

    Il y a certes un impératif de rentabilité mais aussi les trajets sont les mêmes tous les jours pour le TRV et on est sur un modèle de stations privatives. C’est plus complexe pour le TRM mais c’est une solution alternative mature.

  • Pourquoi certaines stations ne font pas de bioGNC alors qu’elles font du GNC ?

    Il faut que les stations soient raccordées aux réseaux de gaz. Certaines stations GNL réchauffent le gaz pour avoir du GNC et celles-ci ne peuvent pas proposer de Bio.

  • Bonjour, le bio GNL, est-il vraiment vert si on prend en compte l’énergie pour le liquéfier et le transporter ? Merci

    Aujourd’hui, en France, il n’existe pas de BioGNL, d’ailleurs, il n’existe pas dans la base empreinte de l’ADEME

  • Est-ce qu’il existe du bio GNL ? J’ai cru comprendre que c’est extrêmement rare

    Aujourd’hui, en France, il n’existe pas de BioGNL, d’ailleurs, il n’existe pas dans la base empreinte de l’ADEME

  • Comprimer le biogaz génère quelles pertes de rendement ?

    Autour de 10%.

  • Passer au biogaz apporte quelle réduction d’émission de CO2 dans mon bilan carbone ?

    Moins 80% d’émissions de CO2 par rapport au diesel.

  • Quelle différence de prix entre biométhane et gaz naturel standard ?

    Entre 5 et 10% plus cher.

POUR visionner le replay et découvrir les réponses aux questions posées lors de ce webinar

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Femmes et Logistique/Supply Chain, quels enjeux d’attractivité et de santé-sécurité ?

Il y a à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur terre. Et pourtant la part des femmes en Supply Chain n’est que de 39 % selon le dernier rapport GARTNER de 2023. Pire, leur présence se raréfie sur les postes exécutifs de la Supply Chain et tombe à 26 %. Dans un contexte où le recrutement met sous tension les secteurs de la logistique et de la Supply Chain, il est primordial de porter une attention particulière à la population féminine.

Éclairer sur les actions humaines, sociales, technologiques et organisationnelles favorisant l’intégration des femmes

L’un des outils de la communauté des #femmesensupplychain est d’alerter et de sensibiliser les professionnels au travers de conférences spécifiques. C’est dans ce cadre que Marie-Laure FURGALA, responsable de la communauté a pris part à un passionnant UX-forum organisé par le CERCLE ENTREPRISES et SANTÉ lors de Preventica Toulouse, le 19 septembre dernier.

Jacques Bouvet, Président et Anne-Marie de Vaivre, Fondatrice du CERCLE ENTREPRISES et SANTÉ nous ont rappelés à cette occasion que « le secteur Logistique/Supply Chain pèse en France plus de 10 % du PIB, soit presque autant que la Santé avec plus de 1,8 million de salariés et un CA consolidé de plus de 200 Mds €. Il est porteur d’innovations accélérées, en robotique, cobotique et aussi en organisationnel. »

Les intervenants du jour ont ainsi apporté leur éclairage et expérience sur ces sujets complexes :

  • Thomas DAUDRE-VIGNIER, Directeur des sites logistiques de BUT.
  • Samya BELLHARI-TRAHIN, Responsable Ergonomie, QVT, Maintien dans l’emploi & Gestion du handicap de GXO Logistics.
  • Marie-Laure FURGALA, passée de fonctions opérationnelles L/SC à la fonction de Directrice du Master ISLI/à KEDGE Business School.
  • Baptiste TRUILLET, Ergonome, au sein de la start up Soter Analytics.

Les premières solutions pour faire venir les femmes à la Supply Chain

Travailler sur l’attractivité des métiers auprès des femmes

France Supply Chain et son Lab Jeunes travaillent à changer l’image de nos métiers auprès des jeunes générations. L’objectif est que les jeunes arrivent à la Supply Chain par choix et non plus par hasard, et qui plus est les femmes. Pour cela, le Lab s’appuie par exemple sur des formats modernes et impactants tels que la BD.

« Ils ont besoin de nous » : démystifier les métiers de la Supply en images, une action du Lab Jeunes 2023

L’association a également choisi de mettre en avant des rôles modèles grâce à une série de Webinars nommé « Femmes inspirantes » et qui donne la parole à des Directrices des opérations, Directrice Générale, membre du COMEX, etc. En effet, on observe que la représentativité au top level influence fortement la présence de femmes en direction puis à toutes les strates d’une organisation.

La question de la visibilité est centrale et il est indispensable de développer les indicateurs en entreprises et avec la recherche. Bien que les signaux montrent une évolution positive, nous manquons de data et avant 2018, elles sont quasi inexistantes. 

Créer des aménagements spécifiques pour les femmes 

Ces aménagements se traduisent par la mise en place d’accords au sein de l’entreprise et qui ont pour but d’aider les femmes à mieux gérer l’équilibre vie pro/vie perso. Par exemple :

  • le paiement intégral du congé maternité et/ou son allongement comme le fait Géodis au niveau monde ;
  • des horaires aménagés de travail pour les femmes enceintes (qui passent en équipe de jour lorsque les fonctions sont postées) ou pour les mamans de jeunes d’enfants ;
  • des jours complémentaires maladie (jours enfants malades, etc.) ;
  • flexibilité du travail pour les postes qui le permettent via le télétravail.

Des initiatives pour faciliter l’intégration des collaboratrices

De nombreuses applications terrain ont été présentées lors de la table ronde afin de réduire la pénibilité du travail à des postes de manutention, de fabrication ou de préparation.

GXO Logistics emploie des solutions new Tech afin de prévenir les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) ainsi que pour faciliter les tâches. Ce type d’outil porte également ses fruits chez But où l’on compte 16 % de femmes en entrepôt, bien que les produits manipulés soient lourds et de grande dimension.

Pour renforcer encore l’intégration d’un personnel féminin, il est possible de déduire les déplacements via des convoyeurs, des robots collaboratifs (Cobots) qui se déplacent et amènent les produits aux opérateurs ou avec des systèmes de « Goods to Man » et d’armoires robotisées.

Autre enjeu, la réduction des poids manutentionnés. Pour cela, il existe des réponses technologiques telles que la mécanisation des entrepôts ou le déploiement d’équipements aidants (exosquelettes) ou organisationnelles comme la révision des standards (hauteur de palette 1800 mm maximum et idéalement entre 1200 et 1500 mm, poids de colis à 7-8 kg maximum, etc.).

Pour les entreprises ayant installé ce type d’innovation (SONEPAR ou LVMH par exemple), la part de femmes dans les opérations Supply Chain s’élèvent à 50 %. FM logistic nous a également remonté que le passage à l’hydrogène des chariots de manutention se traduisait par un accueil plus positif auprès des femmes qui perçoivent la recharge comme plus simple et plus propre.

Des pistes pour fidéliser ses employées

Une fois le personnel féminin recruté se pose la question de sa rétention. Voici de quoi inspirer les managers et responsables de ressources humaines :

  • grâce à une vraie politique d’équité salariale homme/femme (mesurée et transparente) ;
  • en valorisant l’engagement via des réseaux de femmes au sein des d’entreprises (« elles VMH ») ou des communautés comme la nôtre auxquelles les collaboratrices membres ont accès ;
  • du coaching spécifique en interne à destination des femmes (conférences sur le leadership, gestion de carrière, prévention du burnout, etc.) ;
  • encourager l’évolution de carrière en proposant des parcours propres aux femmes avec des projets transverses ;
  • travailler sur les problématiques de harcèlement ;
  • avec une politique réelle de recrutement paritaire en Supply Chain.

Ces actions sont loin d’être exhaustives et si le sujet vous passionne, nous vous invitons à visionner le replay séquencé par intervenant de la table ronde qui aura levé le voile sur nombre de démarches et de réflexions.

Voir le replay

Un grand merci à Anne-Marie de Vaivre pour l’organisation et l’animation de cette riche table ronde et à Marie-Laure pour ses notes 😉 et son intervention.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actus


ÉVÈNEMENTS


PRESSE

Lire la suite

Un Replay Public pour Découvrir nos Labs, Communautés et Nouveautés

Un Replay Public pour Découvrir nos Labs, Communautés et Nouveautés

Le 21 septembre dernier, pour marquer la rentrée, nous organisions un nouveau webinar afin de présenter nos actions à nos nouveaux membres et peut-être, qui sait, à quelques futurs. L’occasion de rappeler qui nous sommes, notre fonctionnement et surtout notre raison d’être.

Accéder en un clic au chapitre vidéo désiré

Pour tous ceux n’ayant pas pu se joindre à nous en live (septembre est intense pour beaucoup d’entre nous), nous avons décidé de donner libre accès au replay de l’évènement. Cette vidéo bénéficie d’une timeline qui vous permettra de consulter uniquement les passages qui vous intéressent.

Cette session nous a également permis de lever le voile sur de nouvelles initiatives de la communauté. À commencer par celle des jeunes, incarnée par Rodrigue Branchet-Fauvet, alternant en SCM à KEDGE ISLI et PMO du Lab Jeunes.

  • De la BD pour démystifier les métiers de la Supply

  • Des vidéos motions pour faire découvrir les bonnes pratiques en Supply Chain et leur mise en œuvre

    Regarder

Autre, focus important, la présentation de la communauté des #femmesensupplychain par Marie-Laure Furgala, Directrice de l’ISLI MS/MSC en global Supply Chain de KEDGE BUSINESS SCHOOL. Quel est le but de cette sphère d’échange ? De quoi y parle-t-on ? Un exemple concret des bénéfices pour les membres ayant intégré une communauté.

Les avantages sont nombreux au sein de France Supply Chain, notamment avec une nouvelle banque de ressources. Cette plateforme privée regroupe l’ensemble des productions des Labs et communautés, soit plus de 60 replays sous-titrés de nos webinars, de 200 publications, mais aussi des fiches de bonnes pratiques, des fiches métiers ou des podcasts. Pour y accéder, nous avons préparé un rapide tuto vidéo que vous pourrez découvrir dans le chapitre « Focus sur les Avantages membres » du replay.

Enfin, les leaders des Labs présentent tour à tour leurs actualités et dernières productions dans des séquences de 10 à 15 minutes seulement dont voici le sommaire :

    • Qui sommes-nous ? De quoi va-t-on parler aujourd’hui ?
    • Focus sur les Avantages membres
    • Pourquoi des Labs et Communautés ? Quelles communautés chez FSC aujourd’hui ?
    • Lab SupplyChain4Good (prospective : impact du changement climatique sur la Supply Chain ; Economie circulaire : groupe de travail lancé ; compteur CO2 : un atelier en présentiel à Paris ; etc.)
    • Lab Richesses Humaines (comment recruter en interne pour les fonctions Supply Chain ; pénibilité en entrepôts ; Onboarding alternants ; Management de transition)
    • Lab Digital et Technologies  (résultats de l’enquête « quelles sont vos priorités en SC Digitale ? » ; travail sur des use cases internationaux et inter-labs)
    • Lab ETI / PME  (la raison d’être du Lab ; les outils adaptés aux problématiques des ETI et PME)
    • Lab Jeunes (le podcast qui donne la parole aux jeunes ; des actions pour rendre attractif les métiers de la Supply Chain)

    Pour aller plus loin :

    ACTUALITÉS

    Voir toutes les actus


    ÉVÈNEMENTS


    PRESSE

    Lire la suite

    FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

    Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      S'abonner      I      Contact      I      Plan du site