Archives : les lettres fsc

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #33 • Décembre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Didier Granger, Président – CEO OEMServices et Xavier Derycke, VP Supply Chain Transformation Rexel Group

Un projet d’envergure récompensé aux ELA Awards

Le 23 novembre se tenait la ligue des champions, le combat des vainqueurs : l’Awards du meilleur projet européen, élu parmi les meilleurs projets eux-mêmes vainqueurs de leur pays. Cette année concourraient des projets tchèques, portugais, espagnols, suisses et français. Et le vainqueur, fût … le projet français !

Ce projet, vous le connaissez bien déjà, ce sont les Rois de la Supply Chain, prix décerné tous les ans par Supply Chain Magazine, et élu en début d’année : Socamil / E. Leclerc – Witron. C’était déjà, en somme, un projet très européen d’envergure, commandité par Socamil/ E. Leclerc et dont les automatismes ont été conçus et installés par Witron, société du sud de l’Allemagne.
L’objet était de mettre en œuvre un entrepôt totalement automatisé de l’ordre de 80.000 m² à Castelnaudary pour livrer les centres E. Leclerc dans toute la diversité de leur distribution : hyper, super, pick and collect …

L’innovation est importante, elle réside dans le gigantisme du projet, dans les différentes ambiances d’entrepôt à mettre en œuvre et leurs contraintes très fortes, notamment la température dirigée à -23°C et le cross-docking des produits frais. C’est aussi bien évidemment un projet de données pour faire fonctionner ce niveau de contraintes. Et c’est enfin un projet humain pour attirer à Castelnaudary, former et faire évoluer une équipe à l’origine plus orientée vers du magasin traditionnel et qui devient pilote d’une machinerie très sophistiquée.

Les ELA Awards sont organisés par l’ELA (European Logistics Association) et sont assistés pour la France par France Supply Chain, au travers d’un représentant au jury, Xavier Derycke, et d’un membre siégeant au conseil d’administration l’ELA dont France Supply Chain est un membre fondateur : Didier Granger.

Cette victoire récompense une nouvelle fois la filiale Supply Chain française et ses pratiques. C’était la troisième fois que France Supply Chain présentait un dossier. Les années précédentes les projets avaient déjà atteints le top 3 du classement, démontrant la grande qualité des Rois de la Supply Chain. La première marche est désormais gravie : bravo à Socamil/E.Leclerc + Witron !


À NE PAS MANQUER
Retour sur les paroles de femmes en Supply Chain

La semaine dernière était publiée le dernier témoignage de « Paroles de femmes en Supply Chain ». Leur engagement a permis de mettre en lumière la richesse des différents métiers de la Supply Chain et ont démontré qu’ils sont accessibles à toutes les femmes. Leurs sourires sont le reflet de la passion qui les anime au quotidien dans la réalisation de leurs missions.

En attendant la suite, retrouvez les 9 témoignages sur notre site Internet.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #32 • Novembre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Jean-Marc Bacquet, Général de corps d’armée, Officier général Armée de Terre en deuxième section

La Supply Chain et l’Histoire-Géographie : une longue aventure amoureuse

De l’importance de savoir décrypter l’histoire des horizons

Comprendre l’espace.

Si comme le dit Yves Lacoste, la géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, les grands explorateurs d’hier et d’aujourd’hui pourraient lui répondre que la géographie, ça sert d’abord à rapprocher les hommes.

L’espace géographique est le fruit d’une longue construction dans laquelle on ne pénètre pas impunément. Placés au cœur des préoccupations de la supply chain, les flux de ressources s’établissent d’abord dans une géographie des lieux dont il faut saisir les contraintes et les facilités, les ouvertures et les fermetures.

Dans la perspective d’une activité durable, comprendre l’échelle géographique sur laquelle on interagit, c’est aujourd’hui saisir la portée de son empreinte, lourde ou légère, dans le respect toujours plus important d’un environnement fragilisé.

Comprendre l’histoire.

La rencontre avec l’autre, c’est d’abord la rencontre de deux histoires qui parfois s’opposent mais le plus souvent se combinent et s’enrichissent. Il n’y a pas d’activité économique sereine et durable sans compréhension et respect des histoires mutuelles de ceux qui choisissent d’entreprendre ensemble.

Consubstantiellement ouverte au monde qu’elle doit sillonner avec humilité, la supply chain se nourrit donc de la compréhension de l’histoire des autres qu’elle sait mettre en valeur le long d’un cheminement respectueux de la trace et de l’apport de chaque contributeur.

Dans la perspective d’une meilleure résilience des organisations, comprendre l’histoire des mondes dans lesquels on s’aventure, c’est se préparer avec patience aux ruptures et aux surprises que le théâtre ininterrompu des opérations se plait à maintenir à l’affiche.

Parcourir le monde.

Dans un monde ouvert et relié, aucun entrepreneur ne peut ignorer les vents chauds ou mauvais qui balayent les plaines et les vallées éloignées et qui finissent par affecter son activité. L’interdépendance accrue est le marquant, choisit ou subit, d’une civilisation planétaire inexorablement en marche.

Les femmes et les hommes des métiers de la supply chain le savent bien qui parcourent ce monde à la rencontre des ressources nécessaires à l’activité de leur entreprise mais surtout à la satisfaction d’une clientèle de plus en plus exigeante au sens profond qu’elle place légitimement dans l’acte d’achat.

Ce monde est pourtant régulièrement secoué de spasmes violents qui fragilisent les équilibres et rabaissent les ambitions d’une économie intriquée. Comprendre les ressorts géographiques et historiques d’un monde en perpétuelle recomposition est une nécessité dont l’oubli coûte toujours très cher.

Sans voir le lien intime et vivant qui rapproche la Supply Chain de l’Histoire-Géographie et qui permet de saisir la connivence des échelles de temps et d’espace, l’entreprise se prive d’une partie de l’intelligence du monde qu’elle veut servir


À NE PAS MANQUER
Les présidents de France Supply Chain se souviennent

A l’occasion des 50 ans de France Supply Chain, nous avons contacté les anciens présidents afin de leur dédier une rubrique hebdomadaire avec Radio Supply Chain.

Dans cette série d’interviews, ils vous partageront les souvenirs de leurs mandats. Retrouvez dès maintenant, les interviews de Denys Liurette, Laurent Grégoire, Yves Le Denn, Pascale Eymery, Frédéric Hendricks et Jean-Michel Guarneri sur notre chaîne Youtube.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #31 • Novembre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Philippe Armandon, Directeur du Chapter Excellence des Opérations Industrielles de Sopra Steria NEXT et Directeur du Conseil Aéronautique & Spatial

De la résilience à l’économie de guerre
Votre Supply Chain est-elle prête ?

Cet article a été écrit avec Alain Durand, Boris Laurent (secteur Défense) et Jean-Luc Lecomte (secteur Retail & Industrie)

Les Supply Chain gèrent en permanence des équilibres instables. Mais depuis 2020, elles font face à de véritables chocs :  Brexit, pandémie, blocage du canal de Suez, guerre en Ukraine, départ de Russie pour certaines entreprises, confinements à répétition en Chine. Tout cela avec les conséquences que l’on connait :  crise des composants électroniques, prix de l’énergie, des matières premières, des transports, etc. qui révèlent des inadaptations et des faiblesses.

C’est dans ce contexte que le ministre des Armées a récemment demandé aux acteurs de la Base Industrielle et Technologique de la Défense (BITD), dont l’aéronautique, via la Direction Générale de l’Armement (DGA), de se préparer à produire plus vite, plus de matériels.

Mais comment faire, quand en plus émergent de nouvelles problématiques dues au rebond de l’aviation civile, au caractère dual des chaînes de production (civil/militaire) fortement internationalisées et aux compétences manquantes ?

Nous pourrions aussi – dans un avenir pas si éloigné – ne plus disposer des matières premières requises, pour des raisons géopolitiques (préemption par un État), écologiques, ou encore règlementaires (plus d’eau, plus de minerais, plus de titane… ?). À tout cela s’ajoute l’enjeu de la sécurité des systèmes d’information alors que les cyberattaques sont devenues la règle.

Les crises ne se succèdent plus, elles se superposent. Le monde d’après est de plus en plus complexe, et instable. Il faut devenir « super agile », aller au-delà de la résilience (qui n’est que l’encaissement du choc, en physique).

Les opérations et les Supply Chain sont en première ligne de cette nouvelle économie. Mais sont-elles prêtes ?  La question peut paraître provocante. Pourtant, elle est incontournable. Elle n’est que la synthèse de nombreuses questions qui affleurent. La complexité des réponses révèle les nombreux défis auxquels sont soumises les Supply Chain :  

  1. Savez-vous identifier et interpréter les signaux faibles ? c’est la première étape, anticiper les aléas, les remonter dans une analyse de risques pour les interpréter.
  2. Avez-vous préparé des scénarios (what if ?) ? dans certaines industries, les risques identifiés il y a deux ans (date de renouvellement du plan de maîtrise des risques), sont presque tous avérés.
  3. Savez-vous sur qui vous pouvez compter ? clients, fournisseurs, collaborateurs, partenaires, État ?
  4. Avez-vous la volonté de ‘super collaborer’ et êtes-vous prêts à franchir le pas ? partage de compétences, de moyens de production, de transport, transmission d’informations critiques.
  5. Avez-vous préparé une gouvernance de crise ? raccourcissement des circuits de décision, un seul décideur, règles d’arbitrage, communication/diffusion ultra-rapide des décisions pour une exécution puissante et agile.
  6. Saurez-vous « couper » vos systèmes, ou les isoler ?  travailler en mode rustique (disons-le : papier, crayon, téléphone…),  Sécuriser le « digital étendu »
  7. Avez-vous défini vos clients prioritaires, ceux qui assureront votre pérennité d’après, et les autres ?
  8. Saurez-vous revoir vos cadences rapidement, reconfigurer votre schéma de production, de distribution ? changer de fournisseurs sur un « quasi-claquement de doigt », accélérer les processus de qualification.
  9. Savez-vous changer vos BOM si une matière venait à manquer ?
  10. Avez-vous fait des « stress tests » ? avec un jumeau numérique de votre Supply Chain. Votre « Time to survive », et votre « Time to recovery » estimés en fonction des scénarios [1]
  11. Avez-vous fait le ménage dans vos data ? les bonnes, les périmées ? Quid de la gouvernance, de l’unicité, de la qualité, etc.
  12. Enfin, avez-vous suffisamment de cash devant vous ? il s’agit, quoi qu’on en dise, du nerf de la g…

Il y a bien d’autres questions critiques en fonction de votre secteur et des caractéristiques de sa Supply Chain. La question fondamentale est de savoir si votre entreprise est souveraine, c’est-à-dire maîtresse de son destin, avec ses partenaires, pour affronter un monde plus compliqué.


[1] Il s’agit littéralement des temps de « survie » et de « rétablissement/guérison ». Pour en savoir plus : https://hbr.org/2022/10/fixing-the-u-s-semiconductor-supply-chain


À NE PAS MANQUER
Les présidents de France Supply Chain se souviennent

A l’occasion des 50 ans de France Supply Chain, nous avons contacté les anciens présidents afin de leur dédier une rubrique hebdomadaire avec Radio Supply Chain.

Dans cette série d’interviews, ils vous partageront les souvenirs de leurs mandats. Retrouvez dès maintenant, les deux premières interviews de Denys Liurette et Laurent Grégoire sur notre chaîne Youtube.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #30 • Octobre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Jean-Marc Bacquet, Général de corps d’armée, Officier général Armée de Terre en deuxième section

L’agilité en Supply Chain

De l’agilité à l’agitation, il n’y a qu’un faux pas que la confusion des mots aime semer sur le chemin embûché de l’homme en action.

L’agilité, une philosophie de l’action. 

Au-delà de la méthode posée en procédures normées et déployée avec art par les maîtres certifiés, l’agilité ne se limite pas à un assemblage de tâches ordonnées et chronométrées, utiles dans la conduite des projets complexes. Elle est d’abord immatérielle, se nourrissant en marchant à la source des motivations de celles et de ceux qui décident d’entreprendre. 

Relevant du vieil esprit guerrier, l’agilité est la philosophie qui considère, sans naïveté, les difficultés comme des opportunités et qui cherchent à surmonter les obstacles dans la perspective jamais perdue d’atteindre les objectifs désignés. En somme, l’agilité est la ligne de vie d’une volonté en marche. 

L’agilité, une rigueur dans l’action.

Comprendre les enjeux d’un monde en mouvement qui dissimule souvent, accepter la part incompressible d’incertitude qui perturbe toujours, ajuster le juste équilibre nécessaire à la bonne décision au bon moment qui relance l’action, relèvent d’un apprentissage cuit lentement à l’expérience des coups dont chaque leçon doit être lue. 

Proactive ou réactive, l’agilité exige une intelligence de situation travaillée qui puise sa science dans la compréhension des ressorts de l’anticipation et de la réaction. Elle ne relève pas de l’inné mais de l’acquis progressif et exigeant qui s’aiguise à la confrontation. 

L’agilité, la fille du plan en action.

L’opposition stérile du monde froid et corseté de la planification au monde chaud et libéré de l’agilité ne résiste pas à l’expérience des faits qui montre qu’un groupe avance mieux lorsqu’il voit le cap à suivre tout en jouissant de la liberté d’action nécessaire à l’engagement de ses capacités propres. 

A la poursuite des objectifs retenus, dont l’atteinte subira à l’évidence les rugosités de l’adversité et de l’incertitude, l’agilité doit garantir la capacité d’adaptation du plan dont les hypothèses de départ sont révisables et les modalités de déploiement aménageables à défaut d’être réversibles. L’agilité se love dans le plan qu’elle rend vivant.

Le centre de gravité d’une Supply Chain qui veut gagner en agilité porte donc davantage qu’ailleurs sur les femmes et les hommes qui la font vivre et qui lui permettent de survivre et de se renforcer en l’adaptant aux contingences imprévisibles d’un monde qui restera incertain. 


À NE PAS MANQUER
Le Guide des formations supérieures Supply Chain en France 

Lundi 10 octobre le Guide des formations supérieures Supply Chain en France 2022-2023 est sorti. Il est le support de référence concernant les formations pour aider les entreprises dans leur recrutement et les étudiants dans leurs orientations. 

Merci à tous les organismes pour leur aide. 

Nous attendons vos remarques afin de corriger notre guide.

Si des erreurs se sont glissées dans la fiche de votre formation, contactez-nous


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #29 • Octobre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Françoise Lieuré, Chargée de missions France Supply Chain et Narjiss Beniouri, Responsable marque employeur et relations écoles FM Logistic

Guide des formations supérieures Supply Chain en France

4,5 millions de recrutements à venir en 2023, tel est le constat du baromètre de l’emploi de Adecco-Analytics qui reflète la reprise exponentielle du marché de l’emploi depuis quelques mois. Parmi les métiers qui recruteront le plus, figurent tout naturellement ceux de la Supply Chain, encore méconnus du grand public malgré les nombreuses perspectives de carrière et divers challenges que le secteur offre. 

Pour pallier ces problématiques d’attractivité, le LAB RH accompagne depuis plusieurs années l’écosystème de France Supply Chain dans la constitution de son vivier de talents, notamment à travers un outil synthétique et accessible mis à disposition à la fois des professionnels dans la recherche de leurs perles rares, mais aussi des étudiants pour s’orienter dans le dédale des formations.

Après une première édition publiée en 2020, nous avons écouté les attentes des différentes parties prenantes et avons retravaillé le contenu pour qu’il soit le plus complet et pertinent possible. En effet, présenter les formations à travers leurs critères de sélection, contenu, rythme, apports,…  et émettre un avis professionnel « entreprise » est un atout pour convaincre, renseigner le public de l’intérêt de ces métiers et c’est ce que nous nous sommes attachées à faire. Par des contacts directs avec les organismes de formations identifiés, nous avons répertorié 140 cursus depuis mars dernier. Nous avons ainsi un aperçu de la « communauté académique » Supply Chain.

Ce travail est le fruit d’une longue collaboration entre les membres de FSC et les quelque 90 organismes de formation qui ont su faire preuve d’intelligence collective au service d’une Supply Chain “Made in France” innovante, entreprenante et consciente de ses nombreux enjeux.

Pour découvrir le nouveau panorama des formations en Supply Chain et mieux comprendre la démarche, rendez-vous sur le site de France Supply Chain et sur la page LinkedIn le 10 octobre après-midi prochain !


À NE PAS MANQUER
Une multitude de formations Supply Chain

Peu connue, voire méconnue pour certains, la Supply Chain couvre un large panel de métiers et pour les atteindre ils existent une multitude de formations. C’est pour cela que depuis plusieurs mois, nous travaillons sur le Guide des formations supérieures en Supply Chain Edition 2022-2023, qui sortira le mardi 10 octobre. A l’occasion, un cocktail de lancement est organisé. 


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #28 • Septembre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Sébastien Perdereau, Practice Manager chez Michael Page et Philippe Raynaud, CEO de C Way

Paroles de femmes en Supply Chain

De nombreuses femmes s’engagent au quotidien sur l’ensemble des métiers de la Supply Chain. Cependant elles n’occupent que 10% à 20% des postes de direction Supply Chain. Cette inégalité des représentations est très certainement un des défis à relever par notre profession. 

Au-delà des chiffres, il nous a semblé intéressant de capter le témoignage de 9 femmes en Supply Chain, sur leur parcours et ce qui les anime.  Nous espérons que vous serez touchés, comme nous l’avons été par leur passion et leur engagement.

Ces témoignages vivants, divers et inspirants permettent de mieux comprendre nos métiers, et illustrer en quoi ils sont : variés, riches, passionnants, offrant des passerelles et de vraies évolutions, servant des enjeux essentiels, notamment RSE.

Nos métiers gagnent en effet à être (mieux) connus. Le développement de l’attractivité de nos métiers est au cœur de la mission LAB RH de France Supply Chain.

MERCI MESDAMES !

Merci à Appoline LECORPS, Caroline GUDIN, Clémence LETURCQ, Emma ARRONDEAU, Gaëlle ALMEIDA, Laetitia STERPIN, Latifa GAHBICHE, Pénélope LAIGO et Sandy MOURET

Remerciement spécial à Claire HABEGRYTZ et Claire SCHMAUCH pour leur aide précieuse dans la réalisation de ces contenus.


À NE PAS MANQUER
Une semaine, un témoignage

Aujourd’hui, le projet “Parole de femmes en Supply Chain” voit le jour. Initiative du LAB RH, ces témoignages ont pour but de mettre en lumière la richesse des différents métiers de la Supply Chain et démontrer qu’ils sont accessibles à toutes les femmes. 

Chaque semaine, suivez leurs histoires sur notre page LinkedIn


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #27 • Septembre 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Xavier Personnic, Expert Go to Africa Xavier Personnic Consulting

« GO OR NO GO TO AFRICA » en tenant compte de l’impact géopolitique actuel sur les perspectives des économies africaines.

L’actualité de France Supply Chain ce mois-ci est la tenue du conseil d’administration le 22 septembre où il sera question des premiers résultats du lancement de France Supply Chain international. Ce dernier sera donc prolongé par une conférence « GO TO AFRICA » sur l’évolution des feuilles de route d’entreprises d’un point de vue chaine d’approvisionnement ou parts de marchés locaux.

Répondre globalement à toute question sur l’Afrique est une gageure.

Il convient de rester conscient de l’étendue d’un continent plus grand que la surface cumulée des Etats Unis, de la Chine, de l’Inde, du Japon et l’ensemble de l’Europe de l’Ouest communautaire avec le Royaume Uni.

Également il s’agit de prendre en compte, pour les 55 pays, la disparité de taille, de population, de gouvernance politique et bancaire, de vie de la religion, d’autosuffisance alimentaire, d’accès à la mer, de réserves de matières premières « mondiales », de la surface de terres arables et forêts, de maturité en transport & logistique …

Cela étant on peut analyser quelques conséquences de sujets impactant tous les pays, même diversement.

  1. La dégradation de la situation économique interne chinoise avec sa politique « Zéro Covid » qui malgré des excédents commerciaux records, a conduit à un ralentissement des investissements et prêts en Afrique, majoritairement sur des projets d’infrastructures.
  2. La guerre de la Russie contre l’Ukraine, non reconnue comme telle par la majorité des états africains, touche diversement les pays. La faiblesse des exportations de céréales pénalise surtout l’Afrique du Nord avec en tête l’Egypte, alors que la pénurie d’engrais touche surtout l’Afrique subsaharienne.
  3. A date, le Covid a eu moins d’impacts directs qu’en Europe excepté en Afrique du Sud. Plusieurs raisons ont été avancées sans conclusions claires (jeunesse de la population, moyens de lutte contre les épidémies connues, résilience des populations, …). En revanche, l’attention qu’ont dû porter la majorité des groupes internationaux au pilotage de leur Supply Chain, dans leurs géographies principales, les a conduits à mettre en attente nombre d’investissements en Afrique. Pour mémoire l’Afrique ne contribue qu’à environ 3% au commerce mondial, « ceci expliquant cela ».
  4. Le réchauffement climatique devenu incontestable et les perspectives démographiques à 25 ans (une génération pour passer de 1,2 milliards d’habitants en Afrique à 2,5 milliards hors « catastrophe ») amèneront inéluctablement des déplacements massifs de population. L’enjeu de l’Europe, qui reste le premier partenaire commercial de l’Afrique, est de contrôler ces mouvements et donc de déployer des programmes d’investissements (enveloppe en cours de déblocage) en co-construction avec des investisseurs / entités locales pour éviter des migrations incontrôlables. Ces co-constructions devraient favoriser l’implantation d’industries de substitution aux imports régionales sur un modèle inspiré de la communauté européenne. Celles-ci imposent une Supply Chain intracontinentale de qualité qui a bien progressé sur les infrastructures portuaires hormis la multimodalité containers mais qui restent globalement faibles en infrastructures logistiques avales (entrepôt et distribution secondaire en corridors ou sur des voies transversales à créer). La faiblesse tient autant du manque de moyens que d’acteurs pour une concurrence saine.

En conclusion, il est difficile de tirer une prévision de développement global, mais nous constatons depuis quelques mois une relance d’études de feuilles de route d’entreprises françaises et européennes. Même si les financements restent chers, vont le rester durablement et sont limités face à un besoin d’investissement énorme, des opportunités existent. Il convient donc de trouver un chemin entre un « afro optimisme » teinté de naïveté et un « afro pessimisme » reflétant une méconnaissance des économies locales. C’est tout l’enjeu des discussions à mener lors de la conférence du 22 septembre et à travers les Chapters Afrique de France Supply Chain International !


À NE PAS MANQUER
La Supply Chain au cœur de l’Afrique

Se développant à l’international avec une vingtaine de chapters, France Supply Chain International décide de faire le point sur la zone Afrique le 22 septembre à 18h30.  Au cours de cette soirée “GO to Africa”, plusieurs intervenants éclaireront la situation de la Supply Chain sur les économies locales d’Afrique.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #26 • Juillet 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Cassandre Jacquin, Chargée de communication France Supply Chain

Vous avez la parole !

Créée dans la continuité de la belle dynamique de 2021, la Lettre de France Supply Chain prend vie grâce aux prises de parole de nos membres dans la rubrique « le billet de la semaine ». Sept mois que vous participez à sa création en nous partageant une réflexion, une expérience ou une aspiration personnelle. Représentatives des 50 ans de l’association, la transparence des messages et la richesse des points de vue créaient la valeur de la lettre. Avec la moitié de l’année écoulée et l’arrivée des vacances d’été, France Supply Chain vous annonce le début de la trêve estivale de sa lettre.

Alors à vos plumes, à vos crayons ! Profitez de la saison pour prendre plaisir à écrire votre point de vue pour qu’il soit mis en avant dans les lettres de la rentrée. Afin de vous aider dans la rédaction de votre billet, six conseils sont à prendre en compte.

  • Prenez un sujet d’actualité

Vous êtes en première ligne pour partager des expériences porteuses de sens. Par exemple, début janvier, Éric Le Mignon, Directeur Général Supply Chain Intermarché a expliqué le rôle de la Supply Chain et la mobilisation de ses équipes dans la distribution des auto-tests du Covid. Plus récemment, Ali Berrada, Président du salon Logismed a raconté comment le Maroc a fait de la logistique et de la Supply Chain un levier essentiel de sa compétitivité. Vous pouvez être aussi à même de détecter et décrypter des tendances : la taxonomie européenne, comme l’a fait Luca Silipo. Et bien sûr vous pouvez mettre les projecteurs sur les initiatives de FSC auxquelles vous participez comme Xavier Derycke, VP Supply Chain Transformation Rexel Europe sur le guide 2022 des formations supérieures pour valoriser les fonctions Supply Chain produit par le Lab RH.

  • Choisissez un message essentiel et un seul

Une fois votre thème choisi, mettez en avant l’idée que vous souhaitez défendre. Pour ne pas vous perdre, il est important d’avoir un fil rouge vous permettant de sélectionner les informations qui soutiennent votre idée principale.

  • Soyez concret

Le discours trop conceptuel fait fuir le lecteur tout comme les généralités. Illustrez vos propos avec des exemples, des chiffres, des preuves de ce que vous avancez.

  • Parlez clair

Evitez le jargon technique et les mots valises, soyez précis et sans ambiguïté.

  • Parlez court

Evitez les phrases à rallonge qui vont perdre vos lecteurs. « Sujet + verbe + complément » est la structure la plus efficace.

  • Finissez en beauté

Pour finir, élargissez le débat sur le futur, donnez des perspectives ou, pourquoi pas, ajoutez un trait d’humour, une chute pour finir en beauté !   

Une fois rédigé, envoyez-nous à cassandre@francesupplychain.org votre édito. Un doute, besoin de conseils, nous serons présents pour vous accompagner.

Lancez-vous, invitez aussi vos collaborateurs à participer, la Lettre de France Supply Chain vous attend !

Retrouvez toutes les lettres.


FAIT MARQUANT
L’immobilier logistique résiste en dépit d’un contexte incertain

L’immobilier est souvent un indicateur pertinent pour mesurer l’état de santé d’un secteur d’activité. Or, si l’on se réfère aux derniers chiffres publiés la semaine dernière par les principaux brokers, le dynamisme que connaît l’immobilier logistique depuis plusieurs années se maintient à son plus haut niveau en dépit d’un contexte économique et géopolitique incertain. Selon Olivier Durif, Directeur France Transaction SCLS chez JLL, « le volume de demande placée reste à un haut niveau, supérieur au seuil des 500 000 m² commercialisés. Les géants de la grande distribution et du e-commerce participent toujours activement et de manière croissante au niveau élevé des commercialisations d’entrepôts en France. Sur 12 mois glissants, c’est-à-dire du 3èmetrimestre 2021 au 2ème trimestre 2022, la demande s’est approchée du seuil des 4 millions de m² placés ». Toutefois, si la demande reste active, le climat macro-économique pourrait, à termes, ralentir les investissements spéculatifs : « la remontée des taux d’intérêt bancaires, conjuguée aux incertitudes fortes pesant sur l’évolution de la consommation, devraient fragiliser (…) le segment des entrepôts initiés en blanc », prévoit, pour sa part, Didier Terrier, directeur général d’Arthur Loyd Logistique. Une thèse que le broker s’empresse de nuancer, considérant notamment, que la tension foncière plaide en faveur des solutions qui permettent de livrer un entrepôt dans des délais courts. Même analyse chez CBRE qui estime que les liquidités restent abondantes et que les produits avec des flux locatifs sécurisés et indexés à long terme seront toujours recherchés. François-Régis de Causans, Directeur Investissement I&L conclut : « les perspectives du 2ème semestre s’annoncent néanmoins porteuses d’opportunités pour ceux souhaitant tirer profit des mutations en cours dans la Supply Chain ». Un optimisme largement partagé par René Jeannenot, Directeur du pôle Industriel de BNP Paribas Real Estate Transaction France qui affirme : « si les multiples vagues de la crise sanitaire, le démarrage de la guerre en Ukraine et la forte hausse des coûts de construction perturbent les utilisateurs et leurs chaînes d’approvisionnement, nous restons confiants sur les prochains trimestres, car le niveau des demandes, actuellement enregistrées par nos équipes, reste fort ». Alors soyons confiants et partons en vacances rassurés ! Car comme le suggère ce vieux dicton : « quand le bâtiment va…tout va » !


À NE PAS MANQUER
Vous les avez peut-être manqués

Entre conférences, tables rondes, rencontres, depuis le début de l’année France Supply Chain et ses membres ne cessent de produire du contenu sur différents sujets : digital, richesses humaines et RSE. Coalition vélique, attractivité des métiers Supply Chain, camions hydrogène ou encore Live blanc sur la cybersécurité, vous avez peut-être manqué un de ces évènements.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #25 • Juillet 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Cécile Cloarec, Directrice Ressources Humaines Groupe FM Logistic

Comment valoriser nos métiers et attirer les talents de demain ?

“Auriez-vous envie de travailler dans le secteur de la logistique ?” Si vous posez cette question à votre entourage ou à de jeunes diplômés, vous obtiendrez probablement une moue un peu gênée, un manque d’enthousiasme ou un air interrogateur, avec une réponse du type : “La logistique, c’est-à-dire ? Faire de la manutention en entrepôt ou conduire un camion ?”.

Les clichés ont la vie dure. Même si la crise sanitaire a révélé le rôle clé de la logistique dans nos vies quotidiennes, l’étendue des métiers et des carrières possibles est encore peu ou mal connue, et n’attire pas les foules.

Pourtant, le secteur de la logistique regorge d’opportunités et de défis passionnants. Sa croissance et sa perpétuelle transformation requièrent l’acquisition continue de nouveaux talents, dans un marché du travail en forte tension.

Alors comment valoriser nos métiers et attirer les talents de demain ?

D’abord, en gagnant en visibilité. Il nous faut saisir toutes les opportunités pour faire connaître nos activités, nos challenges et nos offres de carrière. Les prises de parole des dirigeants de nos entreprises, dans la presse généralisée et grand public, font rayonner notre expertise et notre contribution à la société. Entretenir des relations écoles de proximité est un excellent levier pour créer des vocations chez les étudiants en école d’ingénieurs ou école de commerce. S’engager dans un processus de certification et entrer dans des classements RH reconnus valorisent la qualité de notre expérience candidat et employé. Toutes ces démarches renforcent notre notoriété et mettent en avant notre promesse employeur.

Ensuite, en expliquant avec pédagogie que la logistique est un secteur stratégique, porté par l’innovation. La crise sanitaire l’a montré : nous sommes un rouage essentiel de l’économie, assurant l’acheminement des produits essentiels. Nous avons aussi un rôle clé à jouer face au défi climatique pour accélérer la décarbonation et rendre possible pour tous une consommation plus responsable. Cela donne du sens aux activités que nous menons au quotidien.

Nous avons toutes les cartes en main pour offrir un environnement de travail passionnant. Alors ne soyons pas timides : allons chercher les talents et proposons-leur des carrières évolutives et enrichissantes ! Cela commence par un parcours candidat soigné, du recrutement jusqu’à l’intégration. Cela passe aussi par des modes de travail flexibles et collaboratifs adaptés aux attentes d’aujourd’hui, en termes de télétravail notamment. Cela se traduit enfin par des opportunités d’évolution professionnelle, avec de la formation et un accompagnement personnalisé.

C’est en développant ce type de relation gagnant-gagnant entre l’entreprise et les personnes qui la font vivre que nous relèverons les défis qui se présentent à nous, et que la réponse à la question “Auriez-vous envie de travailler dans le secteur de la logistique ?” deviendra : « Évidemment !”


FAIT MARQUANT
Vers un emballage plus respectueux de l’environnement

Selon une enquête réalisée par le salon All4Pack, la principale préoccupation du secteur emballage concernerait la transition écologique. En effet, 88% des acteurs du marché estiment comme enjeu prioritaire un emballage plus respectueux de l’environnement.  Les principales raisons sont les attentes des consommateurs (69%), les bénéfices en termes d’image (56%) et les changements de législation (49%).  À contrario, les freins exprimés sont (sans surprise) le coût à l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement (63%) et plus loin la disponibilité (43%) et la qualité des matériaux (37%). Interrogée sur la nature des matériaux utilisée dans les deux ans à venir, la communauté emballage répond que l’utilisation des biomatériaux devrait progresser. Ainsi 37% des sondés déclarent vouloir commencer à utiliser des biomatériaux dans les deux ans à venir. Le papier et le carton devraient également sensiblement augmenter : 46% des décideurs interrogés déclarent vouloir en utiliser davantage.  Une baisse réelle de l’utilisation du plastique devrait avoir lieu. 32% comptent réduire cette ressource. Mais 5% seulement envisagent de l’arrêter complètement. Pour les industries utilisatrices, les attentes des consommateurs représentent la première raison menant à l’utilisation de matériaux plus écolos (69%), notamment dans l’industrie agroalimentaire (83%). Les bénéfices en termes d’image (56%), les changements de législation (49%) et la volonté des dirigeants (35%) suivent, notamment dans les grandes entreprises. La globalité de l’enquête est disponible sur le site internet www.all4pack.fr/ Rappelons que l’édition 2022 d’All4Pack Emballage Paris se tiendra à Paris Nord Villepinte du 21 au 24 novembre.


À NE PAS MANQUER
Attirer et fidéliser les talents Supply Chain

Retour sur la journée du 21 juin où le Lab Richesses Humaines organisait une table ronde pour partager ses connaissances en termes de recrutement. Cette conférence concernait les acteurs Supply Chain, les étudiants, les directeurs RH, les enseignants, les cabinets de recrutement et plein d’autres encore. Nos intervenants ont répondu à vos questions, retrouvez leurs réponses et le replay sur notre site internet.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #24 • Juin 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par le Lab Jeunes de France Supply Chain

From scratch to match

Initiée en juin 2021 par le LAB RH, l’idée de créer un LAB pour les jeunes, par les jeunes a démarré par le séminaire d’intégration des Master l’ISLI (Kedge Business School) en septembre 2021. C’est aujourd’hui 11 étudiants en alternance qui forment ce LAB. Si nous venons d’école et d’horizon différents, nous avons un point commun, une appétence pour les métiers de la Supply Chain. Promouvoir, rendre attractif la Supply Chain aux futures générations et trouver les bons mots pour attirer les jeunes sont les objectifs qui nous animent au quotidien.

Nous sommes partis de zéro, « from scratch » comme nous l’entendons souvent en entreprise. Être organisé était primordial pour constituer un lab sérieux, ambitieux et durable. Nous avons donc formé trois pôles : projet, communication et partenariats.

Notre premier projet a été d’éditer une vidéo présentant la Supply Chain, qui servira pour les futures interventions du Lab Jeunes dans les salons étudiants et les écoles. Toujours en lien avec l’idée de promouvoir la Supply Chain aux futures générations, nous sommes en contact avec l’Etudiant, ce qui représente un réel point d’entrée vers nos jeunes talents.

Faire découvrir la Supply Chain c’est bien mais de manière ludique c’est mieux. Pour cela nous travaillons sur la création d’un jeu sous forme de fresque du climat qui mettra en avant la diversité des métiers du Supply Chain management.

Afin de créer une réelle communauté de jeunes Supply Chain, nous lançons une page Instagram permettant de présenter nos différents projets.

Si nous avons la chance d’échanger de manière hebdomadaire sur des sujets d’actualités sur la chaine de Radio Supply Chain, nous avons également décidé de créer notre propre podcast : d’Aspiration à inspiration. Ce projet a pour but de retracer la carrière de professionnels de la Supply Chain inspirants, vous y découvrirez de quelle façon ils se sont construits, leurs réussites, leurs erreurs, leurs leçons. Pour la première édition nous avons eu la chance d’interviewer Vincent Giard, professeur émérite de Paris Dauphine, qui sortira prochainement sur notre page Instagram @lab_jeunes et sur la chaine Youtube de France Supply Chain.

Nous sommes également intégrés aux différentes actions menées par le Lab RH.

« Avec Appoline nous avons été ravies d’apporter notre contribution au beau projet porté par France Supply Chain, Témoignages des femmes dans la Supply Chain qui verra très prochainement le jour », livre Emma.

Quelques membres du Lab Jeunes ont souhaité vous partager leur retour d’expérience :

 « C’est une aventure enrichissante qui nous permet de nous développer tant sur le plan personnel que professionnel, qui allie travail de groupe et réseau » affirme Wilfried.

« Ce projet qui demande beaucoup d’investissements est complet et nous permet d’être en relation avec des acteurs de la Supply Chain. Mon seul regret à l’heure actuelle est que la diversité de notre groupe, avec des emplois du temps non alignés nous empêche de se réunir physiquement, ce qui est un frein dans le développement du Lab » Charly.

C’est des projets plein la tête que nous préparons la passation pour l’automne 2022.

Pour finir, nous tenions à remercier l’association France Supply Chain pour leur soutien et leur confiance. Nous espérons sincèrement que ce Lab permettra aux métiers de la Supply Chain de devenir attractifs auprès des jeunes générations.

Retrouvez tous leurs podcasts


FAIT MARQUANT
Mouvements de grèves sur fonds de bénéfices records

D’importants mouvements de grève risquent d’accentuer les perturbations que connaît le trafic maritime depuis plusieurs mois. Ainsi, dans une note de conjoncture, Project44, spécialiste de la visibilité transport, rapporte cette semaine que les ouvriers du port de Hambourg se sont mis en grève pour la première fois depuis plus de 30 ans. Quant au Port d’Anvers-Bruges il a été paralysé par un arrêt de travail le 20 juin, aggravant des temps d’attente déjà très longs. Compte tenu du contexte géopolitique, et de l’impact de l’inflation sur le pouvoir d’achat, une extension des conflits sociaux dans ce secteur n’est pas à exclure. Un risque d’autant plus fort que ce mécontentement est largement attisé par les résultats exceptionnels des transitaires et des compagnies maritimes. Ainsi Maersk a annoncé pour le premier trimestre un bénéfice qui a plus que doublé, à 6,8 milliards de dollars. Malgré la suppression de ses expéditions à destination des ports russes, le groupe prévoit un Ebitda d’environ… 30 milliards de dollars.  A noter que son concurrent CMA-CGM a atteint 56 milliards de dollars, en 2021 (+78% par rapport à 2020), porté majoritairement par les activités maritimes du Groupe. Son Ebitda est de 23,1 milliards de dollars, soit une marge de 41,3 %, en hausse de 21,8 points par rapport à l’année 2020.  Sans tirer de conclusions hâtives sur les raisons qui permettent aux acteurs du marché de réaliser de tels profits en temps de crise, on peut comprendre que cette situation pour le moins déséquilibrée, puisse nourrir quelque amertume.


À NE PAS MANQUER
Maitriser vos risques pour optimiser votre Supply Chain

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous sommes partenaire de soutien le 5 juillet pour la Journée Transporter 2022 de Classe Export. Des conférences et webinaires animés par des experts vous attendent.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact      I      Plan du site