LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #08 • Mars 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Par Jean-Michel Guarneri, Président France Supply Chain International

La Supply Chain à l’heure de la guerre en Ukraine

Après les risques sanitaires et climatiques, gérer le risque géopolitique

Le conflit ukrainien, avant d’être une crise économique et un souci de Supply Chain, est d’abord un drame humain : c’est la guerre avec ses cohortes d’horreurs. Aujourd’hui, la priorité de la Supply Chain est de pouvoir acheminer des vivres et des produits de première nécessité auprès d’une population en souffrance.

Au-delà de cette mission d’urgence, la guerre en Ukraine a plusieurs conséquences sur les Supply Chain. Même si ces dernières ont fait preuve de résilience pendant la crise de la Covid, personne n’était préparé à une crise géopolitique de cette ampleur, fermant progressivement l’accès à une zone d’échanges de la taille d’un continent. 

Les entreprises ayant une activité en Russie sont exposées en tant qu’employeur, client et/ou fournisseur. Certaines ont opté pour l’abandon pur et simple de toute activité en Russie en gelant leurs flux d’échanges, avec le souci de protéger leurs équipes. D’autres n‘ont pas encore franchi le pas, notamment les entreprises qui ont des réseaux de distribution et des usines importantes sur place. Elles doivent protéger et prendre en charges leurs employés et elles tentent de continuer à approvisionner les magasins pour ne pas pénaliser la population locale, tout en respectant les sanctions économiques.

A moyen terme, c’est toute la Supply Chain mondiale qui est impactée. Des entreprises ont adopté une stratégie de contournement des zones de guerre par l’ouest via la Scandinavie ou par l’est via la Chine et Singapour avec pour conséquences des coût plus élevés et des capacités de transport limitées et aléatoires. Elles ont toutes créé des cellules de crise pour réorganiser leurs flux et décrypter les sanctions économiques en particulier analyser les produits pouvant avoir un usage militaire et être interdits à la vente en Russie. Pour celles qui continuent à livrer la Russie elles le font départ usine « Ex Works » marchandises prépayées. Les contrats d’assurance ne couvrent plus les marchandises transportées et les moyens de transport dans les zones de conflits.

Désormais, dans ce monde encore plus « VUCA » (Vulnerability, Uncertainty, Complexity, Ambiguity) l’enjeu principal de la Supply Chain est d’être plus résiliente et de savoir s’adapter en permanence à des risques majeurs sanitaires, climatiques ou géopolitiques. Ces phénomènes ne vont malheureusement plus faire figure d’exception ces prochaines années et vont durablement s’inscrire dans le panorama des échanges internationaux. 


FAIT MARQUANT
La logistique, le talon d’Achille de Poutine ?

Et si le talon d’Achille de l’Armée Russe était sa logistique ? Depuis le début de l’invasion en Ukraine, certains observateurs se posent la question. En effet, le déséquilibre des forces en présence pouvait laisser penser que la conquête du territoire ukrainien ne serait qu’une formalité pour les chars du président Poutine. Lui-même avait sans doute imaginé une invasion éclair, réglée en 48 heures. C’était sous-estimer la détermination et le courage des Ukrainiens, mais peut-être aussi l’importance stratégique de la logistique. « Des véhicules blindés abandonnés en panne d’essence, des soldats en train de piller un supermarché, des colonnes motorisées à l’arrêt en attendant d’être ravitaillées… Près d’une semaine après le début de son invasion en Ukraine, la progression de l’armée russe est stoppée par la résistance ukrainienne, par ses erreurs stratégiques, comme par ses failles logistiques », pouvait-on lire dans le Figaro la semaine dernière. Depuis la guerre du Golfe, et même depuis le débarquement des alliés en Normandie, on sait que pour un soldat au front, il en faut plusieurs dizaines à l’arrière pour approvisionner en munitions, en nourriture, en carburant… Et que cette logistique ne s’improvise pas ! Au même titre que la logistique industrielle (qu’elle a d’ailleurs inspirée), la logistique militaire nécessite des moyens adaptés, de l’organisation, de l’anticipation, de la planification et surtout du personnel parfaitement formé et compétent. A ce titre elle représente un élément essentiel qui conditionne le succès sur le théâtre des opérations. Les jours à venir nous dirons si cette faiblesse supposée se confirme. Auquel cas elle serait un élément à prendre en compte dans le rapport de force qui oppose le Goliath russe au David ukrainien.


À NE PAS MANQUER
La parole aux jeunes

Le 1er mars, le Lab jeunes lançait sa première émission sur Radio Supply Chain. Un rendez-vous hebdomadaire dans lequel les jeunes viennent raconter leur parcours et leur vision de la Supply Chain.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact