LA LETTRE DE FRANCE SUPPLY CHAIN #05 • Février 2022

LE BILLET DE LA SEMAINE
Xavier Roux, Directeur Supply Chain Groupe Avril

Un partenariat avec un millier de transporteurs pour rouler en biocarburant

Fin 2021, Avril, producteur d’huiles et protéines végétales (notamment l’huile Lesieur), a annoncé sa volonté d’accélérer la décarbonation de sa chaîne logistique. L’accent est porté sur l’amélioration du bilan carbone de ses flux de transport routier. L’objectif : réduire, d’ici 2025, de 60 % les émissions de CO2 liées à ces flux. Ainsi, les flottes de camions affrétées par le groupe rouleront, en 2023, à 50 % en Oleo100 et d’ici 2025, à 100%, en Oleo100, l’énergie B100. Ce bio carburant 100% renouvelable est produit par la filiale de transformation des graines Saipol,à partir de colza exclusivement français.

Cette démarche s’inscrit, en droite ligne avec la raison d’être d’Avril « Servir la Terre », à réduire de 30 % d’ici 2030 l’ensemble de ses émissions de gaz à effet de serre, directes et indirectes. Dans le transport, un millier de sociétés de transports sont concernées, des géants de la logistique aux TPE. Tous les cahiers des charges intègrent désormais dans leurs critères l’impact carbone avec la qualité de service et le coût. Cette démarche a été initiée par la société Lesieur. En juillet dernier, elle a annoncé, dans le cadre de son adhésion à la démarche collective FRET21, son ambition de décarboner à hauteur de -25 % d’ici 3 ans l’ensemble de ses flux de transport. En 2022 d’autres entreprises du groupe vont suivre cette trace.

Pour réussir une mission de cette ampleur, la notion de Supply Chain étendue, intégrant la sous-traitance est essentielle. Le projet concerne tant le fret amont (acheminement des matières premières vers les sites industriels) que le fret aval (acheminement des produits finis vers ses clients : agriculteurs, transformateurs ou distributeurs).

Aujourd’hui, aucun transporteur ne peut se permettre de ne pas avoir une ambition de décarbonation mais c’est aux donneurs d’ordre decréer avec chacun un lien de partenariat. L’enjeu : faire comprendre que ces actions ne servent pas que le groupe Avril mais aussi la planète. Le point clef de notre monde sans frontières, c’est la compréhension réciproque.


FAIT MARQUANT
Fortes tensions sur l’emploi

Voici quelques jours, l’éditeur informatique Hardis annonçait sa volonté de recruter 340 personnes en 2022 pour soutenir la croissance du groupe. Deux jours plus tard, le prestataire ID Logistics indiquait à son tour qu’il souhaitait embaucher 1.000 collaborateurs au cours des prochains mois dans de multiples fonctions. Ces deux exemples ne sont pas isolés. Dans un contexte de forte reprise économique de nombreuses sociétés doivent renforcer leurs équipes. Le hic, c’est que la logistique ne fait toujours pas rêver et qu’en période de tension sur l’emploi, les entreprises du secteur éprouvent souvent de grosses difficultés à attirer les talents. Dans l’imaginaire collectif, la logistique reste fortement associée à des opérations peu valorisantes et peu rémunératrices. Alors que les indicateurs économiques sont plutôt favorables, n’est-il pas absurde de pénaliser le recrutement à cause d’un déficit d’image très éloigné de la réalité ? Si l’on considère que l’attractivité du secteur constitue un vrai enjeu national, il serait temps que le grand public ait une meilleure connaissance de nos métiers. Et qu’il entende parler de Supply Chain au JT de 20 heures en termes de création de valeur, de technologie, de développement durable, de stratégie, d’organisation et de management.


À NE PAS MANQUER
La RPA au service de la Supply Chain

Les solutions RPA deviennent des opportunités pour les entreprises. Cette technologie permet l’automatisation de processus pour réallouer le budget et le temps à des tâches à forte valeur ajoutée.


Évènements

Retrouvez tous les évènements autour de la Supply Chain.

FRANCE SUPPLY CHAIN © All rights reserved

Credits and Legal Mentions      I      RGPD      I      Contact